Le Chasseur de geais 1/5

Publié le 29 Février 2016

Le chasseur de Geais (1)

 

                                                        

Histoire en 2856 épisodes                                                   1/2856
Exraits tirés du livre :
"Comment inventer des histoires avec rien"
Editions Jupidort
 

 

Tout d’abord quelques précisions : cela se passe dans mon village au début des années 50, j’étais encore un pitchoun gari* à cette époque, et c’est bien plus tard que cette histoire vraie me fut racontée. La personne à qui est arrivée cette histoire est encore en vie.

 
 

Attention, j’enrobe l’histoire, autrement elle ne fait que dix lignes.

 

 

A la sortie de la guerre de 45 et même après, la vie était encore rude dans nos campagnes, certains se souviennent peut être encore du bouillon de corbeau, souvenir peu réjouissant.

 

Recette du bouillon de corbeau

 

L’on peut tirer un excellent bouillon des corbeaux (berk).

 

Il suffit pour cela de les plumer et vider, d'attendre qu'ils soient mortifiés*, de les saler à dose convenable, et de les faire bouillir jusqu'à ce que tout leur suc soit passé dans l'eau.

Le bouillon qu'on en retire est de la meilleure qualité, et l'on peut s'en servir pour tous les potages (re-berk).

* Une viande mortifiée est une viande soumise à un commencement de décomposition pour l'attendrir (vomir)

Tout cela pour vous dire qu’ici on mangeait encore les pies et les geais,  en fricot avec des olives et pommes de terre, tout en sachant que ce sont des oiseaux opportunistes et à la limite charognards.

 

Oui, Jupi a mangé du fricot de geais, mais il y a très longtemps, maintenant je les laisse manger mes cerises en toute impunité.

 

Donc, revenons à notre brave chasseur  qui s’appelle Marceou*. Il chassait comme tout le monde avec son vieux fusil à piston, antiquité héritée de son grand-père.

Il faut dire que les chasseurs chassaient pour amener de la viande gratuite à la maison.

 

Mais oui vous connaissez, ce sont ces vieux fusils que l’on recharge par le canon. Un peu de poudre, un bout de papier journal (comme ça les oiseaux manqués peuvent lire les nouvelles fraîches au passage, genre armistice de 14/18) puis on tasse avec la baguette, un peu de plomb en grenaille, encore un peu de journal (de cette façon les oiseaux peuvent lire l’autre page), puis on vérifie si les petites cheminées d’amorçage sont bien remplies et on met une amorce.

Ensuite on attend le gibier, et puis Pan ou Pchuiiiit et Boum,  oui pchuiit cela veux dire que la cheminée était mal remplie et que le coup va partir, mais pas tout de suite, cela fait tout drôle de rester le fusil épaulé en train d’attendre que le coup parte, surtout si c’est un Tyrex Malinus Malinus en face de vous

 

Bon, prenons le coup du Pan sec et franc, là encore vous aurez des surprises, avant l’invention de la poudre T sans fumée, la poudre fumait énormément. Au bout du canon du fusil se formait un petit nuage blanc/gris opaque et vous ne saviez pas si le gibier était touché et si vous deviez vite vite recharger

 

Donc la technique, était de faire quelques pas en avant pour traverser ce nuage digne des fumigènes des CRS  (chasseur rapide et sûr) et de taper dans la patte du Tyrex. Attention « Tyrex pas content n’a jamais mal aux dents ».

 

Stooooooooooop !!!

 Retournons chasser lou Gay* tranquillement, je vous parlerai des œufs de Tyrex plus tard, œufs indispensables pour faire une bonne brouillade de rabasses*.

 

Donc Marcéou, prenais son fusil, son carnier* sa quille de rouge, deux beaux oignons blancs du jardin, un bout de pain et quelques amandes, avec cela il devait faire tout de même quelques kilomètres pour retrouver son coin à geais, (en principe les geais vivent en couple, sous réserve d'un amant caché) et rester la journée entière afin de remplir sa besace.

La suite demain.............

 

*pitchoun gari : petit garçon, ou petit rat.

*simple : tous les villages ont un simple ou plusieurs, mais plusieurs cela fait des doubles, putaing, je vais pas en sortir.

*Marcéou : Marcel.

*lou gay* : le geai.

*rabasse : truffe noire, fruit abondant et peu cher.

*carnier : besace en cuir pour mettre la carne, heuuuuuuu !!!!

Rédigé par La Cachina

Publié dans #Galèjades

Commenter cet article

Lou vièi gardian 01/03/2016 19:34

Pas d'accord avec vous, adorable Liliane, je préfère le gros sel....Le petit plomb, on le retire petit à petit. le gros sel...Ca se dissout lentement...Et ça brûûûle....C'est sadique, mais tant pis j'aime pas les massacreurs de petites bêtes. Moi je ne mange pas du chat. Mais un jour je vais me faire un hot-dog avec le caniche de ma femme ! Elle est gentille, cette bête, mais elle est envahissante...

jupi 02/03/2016 08:15

de très vieilles pois chiches sont mal appréciées dans les fessiers.
toutes ces pratiques sont bien finis maintenant, les condés sont là tout de suit si le chant d'un coq dérange, je ne dis pas pour un coup de fusil même en l'air, c'est cayenne palace

Darlou 01/03/2016 16:59

Bonjour,
Un grand merci pour vos merveilleuses histoires. Les oiseaux bien marinés et cuits pendant des heures ne peuvent pas être plus mauvais que les poissons d'eau douce, hormis l'anguille ou la lamproie.
J'attends la suite avec impatience, vous êtes un grand conteur.

jupi 02/03/2016 08:18

merci Darlou, je n'aime pas du tout les oiseaux ou autre faisandés, pourtant je suis du crue.
Non je ne suis pas conteur, se sont des bêtises de village, un peu enjolivées, mais merci tout de même

Lou vièi gardian 29/02/2016 21:19

Disès, chère Liliane, vous nous prenez pour des sauvages ??? Manger des rigaù ? D'abord, à part des os et des plumes, on n'y trouverait pas grand chose. Mais des ortolans et des alouettes, oui, ça nous arrivait. Mais maintenant c'est interdit. Et puis moi aussi, je les trouve bien plus jolis à chanter dans la nature. Parc contre, une cartouche de gros sel dans le tafanari des bourreaux d'animaux, ça ne me gênerait pas.

La Cachina 01/03/2016 08:07

en vieillissant on devient plus sensibles, je nourris les petits oiseaux l'hiver, je mets la nourriture hors des chats, et je regarde avec "amitiés" les rouges gorges qui viennent voir lorsque je coupe du bois

La Cachina 01/03/2016 08:04

oui c'était avant liliane, les jeunes préfèrent leur ziziphone, je ne tire plus qu'occasionnellement sur les sangliers du jardin
roooooooooooo bisous

Liliane 29/02/2016 22:56

Ce que je dis sort de la bouche d'un vrai Provençal ! Mais ceci était AVANT !!! Et à défaut d'ortolans... Un peu comme pour les grives !!! Bonne soirée Lou vièi gardian !
Certains mangent bien du chat... Moi aussi je leur tirerais bien dans les fesses mais pas du gros sel... Des petits plombs !!! Hi, hi !

Liliane 29/02/2016 17:59

Beurk... Des corbeaux... Et de si jolis geais... J'ai entendu dire qu'en Provence on mangeait aussi des rigaous (rouge-gorges) quel malheur ! De si beaux oiseaux... J'attends l'épisode 2 ! Bon début de soirée au Sud. RÔOOoooo bisousssSSSS Jupinou.

La Cachina 01/03/2016 08:08

oui c'est vrais liliane, enfin c'était vrai, l'amende est très lourde maintenant, ils sont encore enfin en paix

rooooooo bisousx

nicolas 29/02/2016 11:40

gamin j ai manger des Agasse et corbeau ,je trouver ca bon la vrais viande c ete rare il faller bien braconner ,mais ca c et loing

La Cachina 01/03/2016 08:10

oui tous cela est loin Nicolas

alice fratacci 29/02/2016 11:13

Bonjour !
A vous lire , je suis dans la garrigue de Pagnol avec le cri cri des cigales et les senteurs chaudes du thym et du serpolet ! Merveilleux ! Pourtant je vis en Provence, mais vous avez le chic, avec un mot, de planter le décor
Bravo Jupi ! A quand un recueuil de nouvelles ???!!
Bonne journée .

jupi 01/03/2016 08:16

C'est facile quand on y vit depuis tout petit.
il n'y aura jamais de recueils ou nouvelles, je suis trop lent, et je fais trop,, de fautes Alice.

le vieux scaf 29/02/2016 10:45

Mais il faut se souvenir que la Provence à été libérée en même temps que la réouverture de la chasse interdite pendant 4 ans. Et malgré les vieilles pétoires récupérées souvent enterrées dans du linoléum et du papier gras au fond u jardin ( celui là les boches ne l'auront pas) il y a eu de sacrés carton chez les lièvres et les perdreaux. J'ai fabriqué des cartouche à la poudre noire que l'on glissait subrepticement dans la cartouchière d'un copain, il fallait voir la surprise devant le nuage noire ! le fin du fin c'était de mettre peu de plombs et une bourre avec du papier C.., la aussi la tronche du tireur voyant ces papiers volants devant le fusil. Ce sont tous des chasseurs varois qui m'ont appris à chasser dans une sacrée ambiance. On ne partait pas à la course le dimanche matin après des faisans lâchés une heure avant. Et le gibier on ne tirait pas tout, on s'en gardait toujours pour d'autres fois...

jupi 01/03/2016 08:18

oh oui Gérard, la chasse a bien changé, 4x4, téléphone portable etc........pour les sanglier c'est la tuerie

René 29/02/2016 10:45

Bonjour Jupi.
Et moi qui suis anti-chasse, tu me fais lire un article comme ça !!!! Hihihi....Des jeunes pies prises dans le nid, passe encore mais des geais....Beurk....Pauvre Marcéou, que va t-il lui arriver ? Vite la suite stp...
Bonne journée à tous *.

jupi 01/03/2016 08:19

mais c'était bon les agassons !

Cricri 29/02/2016 10:39

Ah oui ! La suite ... Belle journée à vous

La Cachina 29/02/2016 10:42

merci CRICRI, l'histoire est vielle, la suite en 5 volets

Catherine54 29/02/2016 10:34

Bonjour Jupi, quel plaisir de vous lire. J'attends impatiemment la suite. Je vous souhaite une belle et heureuse journée.

La Cachina 29/02/2016 10:43

C'est une histoire banale de mon village, que la journée vous soit douce.
patrick.