Le ruscle (Appel à ceux qui savent et se rappellent)

Publié le 20 Août 2016

Appel à ceux qui savent et se rappellent

 

En provençal cela veux dire avoir une fain de loup. Ce mot désigne une activité je crois : le fait d'eblever l'écorce du chêne liège. Ici dans les collines du haut var c'était enlever les écorces des brachetettes de chêne vert pour alimenter les défuntes tannerie barjolaises

Lorsque les massifs seront ouvert je mettrais des photos de mon cru, je m'excuse d'avoir piqué ces photos sur le net

 

Image du net

Afficher l'image d'origine

 

Ces branchettes servaient à faire du charbon de bois, donc cest deux activités étaient faites en famille enfants compris qui restaient une partie de l'année (laquelle je ne sais pas) dans un mauvais cabanon en pierres sèches (il en reste des ruines idem des plateformes pour le charbon de bois). Je vous laisse imaginer ce que ces pauvres gens devaient manger

 

Petite apparté, donnez moi une idée sur leurs menu (non périssable et pièges à animaux)

 

image du net

borie 35

 

Pourquoi le parler provençal se perd ?

 

Rédigé par La Cachina

Publié dans #patrimoine

Commenter cet article

Lou vièi gardian 27/08/2016 19:17

A la bouno ouro ! La rusco, c'est l'écorce du chêne, le tan. Li rèire lou sabèn. Mis amistas,

jupiter 27/08/2016 19:30

oui je le sais, ce que je sais pas c'est la vie que pouvait mener ces pauvres charbonniers et leurs familles perdus dans les collines.

Amistas

jluc 20/08/2016 17:28

Aaaah je vois que tu fais suite à notre échange de mails.
des plateformes de charbonniers, j'en connais des palanquées, ici, dans le Var, et ailleurs.
par contre "le ruscle" ?
je suis, et tu le sais, en train de me renseigner sur les fours à cade et les fours à poix pour mon futur roman, ceux du Var de préférence, j'ai déjà pas mal de doc (pas du net où on trouve tout et rien, de la "vraie", celles de chercheurs, entres autres un certain Laurent Porte qui a fait du beau travail).
Pour ce que tu cherches, je vais relire avec plaisir Pierre Magnan...les charbonniers de la mort, il y aura peut être quelques indications.
Que Dieu et la Nature te gardent.

jupiter 21/08/2016 10:48

mon ancien chef de corps m"avait appris plein de choses, le ruscle entre autre mais maintenant il est partit en haut.
Oui sur le net il manque beaucoup de choses, qq fois c'est la foire aux c.....s, on avait un historien ici ancien de l'ONF, monsieur henri Blanc, mais il est mort.
Pour les four à cade ne compte pas sur moi, j'en ai mangé une fois alors que j'étais haut comme trois pommes à toulon. ensuite il faudra que tu me parle des four à poix, je ne connais pas.
J'ai quelques livres de pierre magnan, mais pas celui que tu cites.

La nature me gardera c'est sur, mais sous terre, j'irai fertiliser pachamama

que la santé soit avec toi

René 20/08/2016 15:08

Bonjour Jupi.
Allez, mets toi au charbon on veut la suite....Hihi....Et oui, nos anciens travaillaient plus lentement mais respectaient la nature et créaient de magnifiques ouvrages et tout cela sans les moyens d'aujourd'hui.....Les orages arrivent, ça tourne, donc je pars au sandre...
Bon samedi à tous *.

jupiter 20/08/2016 16:25

oui mais ils étaient à la peine tous les jours, n'étaient en surpoids et surtout ne regardaient pas les âneries à la TV.
Problème, si je demande de l'aide c'est que je n'ai pas la suite, alors avant d'écrire des C.....ies, j'attends .
Les sandres ne te disent pas merci. Il y a une maman sandre qui a perdu ses deux enfants en ardèche, elle a posté le visage du pêcheur sur gloutube.
Il faut qu'il pleuve, ça commence à faire long.

marie 20/08/2016 14:57

Recoucou, le parler provençal se perd car plus beaucoup de monde ne le parle : la cote d'Azur est "snobe " et ce sont ses vacanciers venus d'ailleurs qui faisaient passer nos ancétres pour des personnes peu éduquées et dont ils se moquaient ; ici, La Catalogne résiste des 2 cotés et c'est eux qui ns disent : " vs venez chez nous , apprenez le catalan ! et ils ont raison , mais , en Espagne ont des écoles catalanes car gratuites , considérées qd méme pour les moins aisés " , on va tourner en rond comme en politique ! Bon , par contre , on en apprend chez toi , je connaissais le charbon de bois mais pas la façon , presque inhumaine , dont ces personnes travaillaient pour le faire et j'espère qu'on venait les approvisionner : c'est TRES INTERESSANT d'apprendre tt celà et Merci pour ton image du net , qui ns fait un petit peu comprendre , un travail non facile et on attend la suite qd tu auras du temps pour celà ; je sais que tu es un " puit " de sciences mais tu attends des informations car tu as plusieurs idées et livres en téte : la transhumance , le charbon de bois et j'en oublie : çà bouillonne chez toi pour notre + gd plaisir : bises amicales : marie .

Pat 20/08/2016 22:59

"La maman des poissons ...elle est bien gentille."

jupiter 20/08/2016 15:25

Peu de gens le parle encore dans mon village, rien n'est fait pour le maintenir. Nous ne sommes plus 300 indigènes sur 2200 personnes, il y a plus de piscines chez nous 1200 au dernier comptage, c'est fou.
Mon père disait que c'était interdit de parler dans les années 1920 le provençal dans la cour de récréation. Il m'avait dit que lors de la "grande guerre" beaucoup de soldats ne parlaient que leurs patois, donc une incompréhension entre eux (vrai -faux je ne sais pas).
Le Var a toujours été pauvre coincé entre Nice et Marseille. Des métier durs il y en avait, des gens défonçaient tous les jours à la pioche des terrains à 80 cm de profondeurs. Pedand la WW2 mon père et un ami étaient attachés à la "bricole pour tirer une charrue. tous les oliviers étaient piochés à la main, la liste est longue, cette partie de notre histoire (que je n'ai pas connue) disparait et les gens qui savent aussi.

je suis coincé pour la transhumance, juste par des points de détails, genre la composition du troupeau, son déplacement.
Quand j'écris mes bêtises c'est d'un trait sans plan directeurs, j'invente au fur et à mesure. Quand j'ai des idées je ne les note pas sur un calepin. Dire que j'étais très bon en français, quand tu vois ou je vois mes fautes énormes ça me désespère.
Le plus dur pour moi c'est d'écrire avec un thème imposé, et là, sur la transhumance je me suis fourvoyé sur un sujet imposé (par moi, quel couillon je suis)
En plus je tape lentement en regardant le clavier, pfff. Hola, je ne suis pas un puit de sciences et loin de l'être, je pioche juste la croûte.
Raconté son métier c'est facile, raconté ce qu'on a pas vécu c'est dur, et puis ça fait rigoler ceux qui savent. Bisous.