REMETTEZ VOUS (galéjades)

Publié le 31 Août 2016

La recette des cocas à la frita est en dessous cet article, L'hébergeur ne me facilite pas la tâche pour les programmations

 

Remettez vous ! (locution provençale)

 

Si vous êtes venus en Provence et que vous avez été reçus par une famille provençale d'un certain âge ou d'un âge certain, vous avez sans tous entendu cette expression  "remettez-vous"

Cette expression peu vous sembler étrange et vous pouvez par déformation la rapporter à l'effort  , que vous venez de faire ou ne pas faire

 

Exemple : vous allez payer le loyer de votre petit cabanon dans lequel vous venez de passer 3 semaines enchanteresses au bord de la plage , à faire du farniente et vivre de grillade.
Bref vous arrivez en pleine forme , bien bronzés et reposés auprès de vos proprio.


- Remettez vous donc je vous en prie : ?????? punaise que je me remette de quoi , des  suppléments imprévus

- allez zou remettez vous on a le temps : le temps de quoi ?????? chui pas fatigué moi, la cote n'était pas raide, me remettre de quoi ?

Sur cet entrefait la propriétaire arrive et vous dit,

-  Mon vieux gaga de mari viens encore de vous faire la farce du "remettez vous"
- Ben oui on ne comprenait pas
- Bou Diou, c'est juste une expression pour dire "asseyez vous" c'est tout
- Ah bon , c'est tout ?
- Bé voui, mais surtout ne vous levez pas tout de suite quand je vous communiquerai le montant des suppléments et extra dû à votre location
Et là, c'est sûr vous restez assis, même le cul par terre

Voici la version plus locale

 

Lorsque j'étais jeune je travaillais comme apprenti électricien chez mon patron Léopold.  (voir Teppe story ) Le travail n'était pas stressant comme maintenant, mais il fallait le faire. Il y avait entre autre la vérification de l'éclairage public avec la lourde échelle en bois sur l'esquine (dos). En plus beaucoup de ces lampes étaient situées dans des parties du village inaccessibles aux véhicules. Nous livrions aussi les bouteilles de gaz à dos d'homme.
Si quelqu'un connaît mon village , je vous assure que ça grimpe
Alors j'allais livrer toutes les personnes vivant dans ces parties quillées dans la falaise
Et les gens étaient braves à l'époque, ils connaissaient la pénibilité du travail manuel, alors lorsque j'arrivais sur le seuil de leur porte avec médor accroché à un mollet, tout de suite j'avais droit au "remette ti un paou" remet toi un peu; Le vrai sens de cette expression prenait alors toute sont importance

Et la vielle toute courbée par des année de travaux ménagers et des dures taches aux champs, avançait alors vers vous une de ces minuscules chaises aux pieds et appuies dos coupé, un peu comme des chaises de nains. Dans ces chaises on semblait être assis à croupeton.

Par contre le plus dur était encore à venir

"Remettez vous", va obligatoirement avec "vous prendrez bien quelques choses"
Dans ces maisons "quelques choses" c'était toute une espèce de pharmacopée du diable qui vous était proposée

"Somousta sans âge, vin de noix bitumineux -je pense que Noé aurait pu calafater son Arche avec- vin marquis, liqueurs étranges où les étiquettes avaient été rongées par les vapeurs qui avaient dévoré le bouchon, même l'eau de vie de marc était suspecte
Alors le "maistre" venait à votre secours en tendant la fameuse bouteille de pastis maison, faites de cette année.

Restait à affronter les verres de ces braves gens maintenant disparus et leur époque avec.
Les verres étaient "fumés", même ceux qui étaient dans les placards, vous savez ces placards d'angle dont les portes étaient percées par des trous disposés en coeur ou as de carreaux
Bien "remis" sur votre chaise, il fallait claquer de la langue pour flatter l'initiateur de ce breuvage qui aurait pu satelliser quiconque sur orbite.
J'étais obligé aussi d'accepter leur maigre pourboire qu'ils donnaient avec bon coeur, bien qu'ils soient restés à l'époque au centimes en pièces d'alu - j'aurais dû garder ces pièces pour faire comprendre certaines choses aux jeunes de maintenant.
Chez les gens à l'aise, il n'y avait ni "remettez vous" ni piécette, cela préfigurait la société actuelle assez moche d'ailleurs.

Dans ma grande chance, ces livraisons n'avaient pas lieu le même jours, car je ne m'en serais pas remis du tout

De retour au magasin je me remettais en buvant un bon verre de "gambetta limonade", mais cela est une autre histoire

Rédigé par La Cachina

Publié dans #Galèjades

Commenter cet article

Martine 02/09/2016 06:40

Bonjour! J'aime beaucoup ton histoire! ça me rappelle ce que me racontaient les anciens. J'aurais aimé vivre un truc pareil. Tu as emmagasiné de merveilleux souvenirs! Dommage que dans ma famille, je n'ai plus personne pour me raconter toutes ces vieilles histoires... Mais la vie est ainsi faite! Je me demande ce que mon ado racontera à ses petits enfants.... Merci beaucoup pour cet article que j'ai apprécié à sa juste valeur! Biz et à très bientôt!

jupiter 02/09/2016 08:27

cette expression se perd, l'hospitalité aussi, c'est une cata, on ferme les portes à clef maintenant.

on était tranquille, le progrès amène bien de tracas et du soucis. nos jeunes raconteront l'épopée des pokémon go, misère! Biz

Liliane 31/08/2016 23:12

Pas facile aujourd'hui de te comprendre !!! C'est quoi "gambetta limonade" ? Je connais bien diabolo menthe ou citron Mais gambetta (jambette ???) Je reviendrai en arrière voir tes articles demain... Encore 261 mails à regarder... Bonne soirée au Sud. RÔOOoooo bisousssSSSS Jupinou.

jupiter 01/09/2016 08:17

holalala Liliane, même à montélimard ils ne connaissent pas.

c'est un sirop de figues des ets négrel que l'on buvait avec de la limonade

en le mélangeant avec du pastis on a "un gas oil".

ha: les mails !!!

roooooooooooooooo Bisoussssssssssssssssssss. un poutou à edgard

jluc 31/08/2016 21:11

Salut Patrick
ben moi, j'ai eu du mal à comprendre où tu voulais en venir car "remettez vous" je l'utilise encore...rire. ben voui, je dois devenir moi aussi, comme toi, une relique ! rire.
Allez ami, je te souhaite une belle soirée.
que la force soit avec toi
jluc

jupiter 01/09/2016 08:15

tu sais jean luc, les gens qui le disent deviennent rares, ils se reposent pour l'éternité maintenant. Fan de garce tu crois qu'on est des reliques !!!!!;)
que la santé t'accompagne

patrick

Annie06 31/08/2016 18:41

Bonjour Patrick, c'est toujours un énorme plaisir de vous lire ainsi que toutes les anecdotes de vous tous. On se plonge avec bonheur dans le passé. Merci. Et celui qui grogne aura lui aussi "prochainement" son passé... Il suffit simplement de prendre de l'age... Probablement de l'orage ce soir. Bisous.

jupiter 01/09/2016 08:12

C'est écrit comma je parle Annie, sans chichis. je ne regrette en rien cette période, j'ai manqué des "marches", dommage.
il a plu hier et des boum boum hier au soir.Bisous

marie 31/08/2016 15:49

Bon , tu es bon pour un recoucou , Jupiter, car ai trop ri tte seule de la façon dont tu racontes le passé ! et j'ai aimé aussi l'histoire d'Annieauriol !!!! Eh! Bien ! tu en as fait des choses et pas les + faciles et ces braves gens qui voulaient te remercier avec un petit verre et " L e remettez-vous " que je connaissais pas du tout ( originaire de l'autre mer : Calais ) mais acheté notre maison ( la 2 ième, étions plus économes, je crois à cette époque !) ds le sud il y a 35ans entre le travail de mon mari à l'étanger ou ns le suivions en famille : Le Remettez-vous , une vraie Bonne Expression , mais avec le vin de noix qu'ils faisaient pour eux , c'était un vrai plaisir pour eux de t'en offrir , méme épais , mais tu arrivais à redescendre Droit ? et la limonade , ( tu peux raconter l'histoire car " gambetta " ne connait pas ! ) c'était pour te remettre ? je me rappelle les odeurs car à partir de 7ans ai eu la chance de passer 1 mois de vacances ds la ferme d'une soeur de ma gd-mère qui elle a voulu étre instit. et à l'époque les filles aidaient , alors c'est le Maire et le curé qui allaient trouver les parents ! mais que de bons souvenirs, je sais baratter le beurre, traire les vaches, donner la patée aux cochons ( non je n'y pense pas , sur, j'irai à confesse après ! ) mais avec un peu de recul, nourrir ttes les volailles et courser avec les oies, les champs, et bien sur grimper ds les arbres et tjrs avec mon cousin ( 6 mois de + ) beaucoup de bétises aussi mais en ville , je ne me rappelle que le lait vendu à la charette tirée par le cheval ( avais ma gaterie ds ma poche et il fouillait ) mais quelle crème nous avions qd on faisait bouillir , et , le charbon vidé par la trappe ds la cave ; chez nous , c'est moins chantant , on disait : vs prendriez bien une ch' ti tasse de café avec un peu de genièvre , fait maison : merci de ns rappeller ts ces bons souvenirs que ns avons eu la chance de connaitre , car rentrant fin octobre ,mes petites filles descendront avec les écouteurs et les téléphones à la main qd je les appelle pour diner , car seule femme et çà aide mon fils : bises amicales et prends soin de toi : marie .

jupiter 31/08/2016 16:54

Les anciens le disent encore, mais le nombre diminue, ça fait vraiment plaisir d'entendre ça car c'est bien plus que deux mots qui me réchauffe le coeur, les mots d'un temps disparu, c'était dur, mais ce fut une bonne époque.
Il y avait au village un pré ou un éleveur tenait 6 vaches, nous allions tous les matins chercher le lait en faisant tournoyer le pot au lait en aluminium.; il y avait beaucoup de crême sur le café au lait (notre petit déjeuner quotidien)., le beurre je ne sais pas, ici il se gardait peu, pas de frigo.
L'été on chapardait les fruits et on connaissait où et quand il fallait y aller.
L'hospice se servait du charbon, il y avait le charbonnier avec son sac retourné sur la tête en capuchon qui versait le grésil par le soupirail, nous c'était le bois. On faisait des cabanes dans les arbres, taillait des lance pierres dans les arbres de l'aire des "fourche" (ils faisaient des fourches en bois avec du sorbier je crois), on montait à la falaise (70 mètres) personne n'a jamais eu d'accident, notre quotidien était presque qu'un jeu, bien mieux que ces foutu pokémon, hi. Bises

ah oui, le Gambetta est un sirop de figues fabriqué par les ets Négrel, il n'est même pas connu à montélimard, porte du soleil

René 31/08/2016 11:34

Bonjour Jupi.
C'est vrai que le l'avais oublié ce " allez, remets toi ".....Après une bonne peur, un gros effort,une grande joie, un cadeau, une gifle méritée,une belle prise à la pêche etc....Bon , je vais" me remettre " de ce souvenir avant d'aller " dîner " !!!Bonne journée à tous *.

jupiter 31/08/2016 11:42

et oui, cela se dit encore, mais les anciens disparaissent René.

connais tu les anchois qui viennent du Nord ? j'hésite à les faire salés

Le vieux Scaf 31/08/2016 11:20

Tu livrais aussi dans les grottes ?
Le pastis de campagne je connais, j'étais tombé en arrivant à sanaaary dans une bande de copains qui tout les dimanches matins faisaient la tournée des dites campagnes. Chez chacun on dégustait le pataclet maison. Inutile de dire qu'à midi on était bien. Et c'ees là qu'il y en avait toujours un pour dire " on boit le dernier à la Source" il s'agissait à la sortie des gorges d'Ollioules d'un haut lieu de distribution de l'amour tarifé où œuvraient de sulfureuses hôtesses. On se contentait juste du pastis sauf qu'il y en avait toujours un pour céder aux appels de ces vénus callipyges...une belle partie de notre jeunesse. Au fait Jupi j'ai le droit de raconter ça ?

jupiter 31/08/2016 11:47

C'était tritre tous ces mélanges, il y en avait "un" aussi en hau de la sambuque (st zach).

nous on avait rien de payant il fallait faire avec le gratuit.

oui je livrais les habitants des grottes, ils étaient albinos, blancs comme des bidets et ne sortaient que la nuit. Le travail il y en avait mais il ne nous pesait pas lourd car on récupérait vite. Tu peux tout raconter, même les pseudo des" demoiselles"

annie auriol 31/08/2016 11:18

je repousse toujours pour laisser un message ...... mais là, ça m'a fait revenir vraiment en arrière et avec mon mari qui vient de rentrer dans la pièce : j'ai testé et bien sur qu'il s'est assis !!!!! et nous " prendrons bien quelques choses " va être l'excuse pour un petit apéro ( ça c'est nouveau ! ) tout à l'heure avant de manger - et voila, on dit de moins en moins "diner" pour midi . On resiste encore pour dire " déjeuner " mais ILS y arrivent à nous faire oublier "notre parlé "
gros bisous Annie
P S la chaise aussi je la revois très bien ...... mais en ce moment j'ai le dos en compote alors je préfère un fauteuil

jupiter 31/08/2016 11:53

faut pas hésiter Annie, voisine !
ici, on est plus guère 300 indigènes sur 2200 Ils, mais on dit encore déjeuner, dîner,souper.............je vais demander à ma fille ce qu'elle dit.

C'est un énorme trou qui c'est fait en 50 ans, je sens encore l'odeur des rue, des matelassiers avec leurs cardes, etc, boudiou que c'est loin et proche.

il n'y a plus de carroulets qui nous"habillaient " de la tête au pied. pour les chaises je ne sais pas ce qu'elle sont devenues


Gros bisous

Pat 31/08/2016 11:17

Avant que je donne la douche à mon mari toujours et pour quelques semaines encore handicapé,il me dit :après tu auras de la lecture.
Et oui pour moi c'est une petite pose bien agréable les histoires de Jupi;avant de galoper pour attraper le bus pour aller travailler l'après-midi.
Bonne journée,ici on a l'été,c'est rare et précieux !

jupiter 31/08/2016 11:56

on a eu une légère pluie hier, mais on attendait beaucoup plus, juste un pipi de chat Pat.

j'ai des histoires de la vie d'avant, mais il faut que les trouve. le travail était dur mais au moins il existait et il n'y avait pas ce stress. Bonne journée