La sueur de nos anciens

Publié le 1 Septembre 2016

Vous alliez croire que j'allais faire une recette à base de sueur ! Sacripants.

 

Quelques outils qui ne sont pas si vieux que cela, je les ai vus fonctionner.
 

Les paysans, terme non péjoratif,  travaillaient dur derrière ces outils, les chevaux , mulet et ânes étaient encore de partout présents dans notre Provence, et le soleil tapait aussi fort que maintenant, sinon plus. Je me rappelle encore le bruit des sabots des cheveaux ou mulets qui attendait leur ration de foin et d'eau , très tôt le matin, il paiffaient en frappant le sol de leur écuries avec la pointe de leur sabot, cela  s'entendait  dans toute la rue en un bruit un peu sourd qui se répercutait de maison en maison. En effet beaucoup de chevaux de trait avaient leurs "remise" écurie dans le village même.
Le soir certains cheveaux allaient boirent tout seul aux maintes fontaines du villages, puis revenaient tout seul vers leur remise, cela se passait encore dans les année 60.
J'abrège car pleins de souvenirs d'enfance remontent trop facilement et puissamment , me laissant un goût de nostalgie

Ces outils représentent beaucoup de sueur versée par nos anciens pour arracher de maigres récoltes  le sol pauvre et ingrat du Haut Var

Une houe à largeur variable
Image

Une charrue sans soc à déchausser les ceps de vignes
Maladroit s'abstenir, remarquez les mancheron désaxés

Image


 
L'ancêtre des bi-socs modernes
Image
 
Une pompe à eau sur brouette avec sa lance
Image

Des faucilles pour les céréales, l'herbe, les lavandes
Une pensée pour ces hommes et femmes toujours penchés

Image

 
Une vieille bonbonnière de nos antiques épiceries. J'ai levé les bonbons  évidemment , avec toutes ces gourmandes qui  viennent voir le blog  c'est plus prudent . rappelez vous ; l'épicier une fois tous les six mois remplissait ce bocal de bonbons ou de haricots, de caramels, de billes, il fallait devinez en prenant le ticket de tombola , le nombre approchant , que contenait ce bocal, et alors vous gagniez le contenu . rappelez vous aussi les pastilles au sucre rouges et blanches ou les petits caramels à 1 centimes d'anciens francs, la pièce était en aluminium
Image
et oui cette vieille pièce la voila

Et une verseuse de table, huile vinaigre
Très classique de notre provence, et je m'en sert toujours

Image

 

 Comme je ne peux pas m'empêcher de faire des bêtises, vous allez subir la série des Zyliss
 

Et bien sûr une antiquité Suisse, l'ouvre boîte  tout en argile du 18 ème siècle, molettes taillées à la main, frein mécanique manuel, une vraie formule 1, vous allez acheter des boîtes rien que pour le plaisir de les ouvrir : Zyliss forever, attention il bouffe ce qu'il y a dans la boîte, mais il est garanti 5 ans

 

Rédigé par La Cachina

Publié dans #Remontons le temps

Commenter cet article

patricia 10/10/2016 17:40

merci de ce beau retour en arrière j'adore bisous

jupiter 11/10/2016 09:35

j'ai beaucoup de souvenirs patricia, dans la tête aussi.Bisous

Liliane 01/09/2016 23:48

Hommage à tous ces anciens travailleurs... Je dirais des forçats ! Essaie de donner ces outils à un d'jeune !!! J'aimerais voir sa tête !!! Belle soirée au Sud. RÔOOoooo bisousssSSSS Jupinou.

jupiter 02/09/2016 08:10

il chercherait en premier le moteur et l'accélérateur sur les mancherons.

rooooooooooooooooo Bisousssssssssssssssss

René 01/09/2016 10:36

Bonjour Jupi.
On trouve souvent par ici de vieux outils agricoles oubliée dans les champs et mangés par la rouille. Quand on pense à nos anciens qui faisaient presque tout manuellement avec l'aide de bétail, on est obligé de leur tirer le chapeau pour leur rendre hommage.
Bonne journée à tous *.

jupiter 01/09/2016 12:25

et ils ne mangeaient la viande que rarement, je te garantie qu'ils ne courraient pas après les jupons, les pauvres

quand on voi les tas de pierres dans la forêt on dit que cela était dur pour tout le monde femmes enfants et hommes.

jluc 01/09/2016 08:53

salut patrick
Paysan... non pas péjoratif du tout, mais plutôt un mot noble car il désigne ceux qui nourrissent les hommes en travaillant cette belle nature sans la défigurer;
je parle des paysans bien sûr, pas des grands industriels de l'agro-alimentaire.
Que cette journée te soit belle.
luc

jupiter 01/09/2016 09:04

le mot paysan à été souvent utilisé comme moins que rien, illétré et autre misère.
Crois tu que notre société sa rapproche des paysans, un peu oui, mais pour la majorité les gens s'en foutent.
Ou ils les prennent pour des soixante huitard, ou des utopistes quiq sont voués à l'échec (j'en ai connu)

mon collègue voulait faire du bon, il faisait tomates, miel, courgette, des fraises etc. sur du bois raméal fragmenter, et ça marchait..

mais il ne vendait quasi rien, les gens veulent du CALIBR2E, putain ce mot me fait sortir de moi.

bob, bon je m'emporte pour rien la messe est dites Jean luc
La journée est belle pour le moment, un ami doit venir me couper des branches qui gêne les câbles, je rage car avant je faisait du secours en sites accidentés, et je ne peux plus monter à l'échelle, misère.


que la santé t'accompagne

Patrick

Gael 01/09/2016 08:20

Merci pour ce voyage dans le temps. J'ai connu tout cela.

jupiter 01/09/2016 08:22

les gens ont bien gagné leur retraite, mais c'est une misère gael

Monique 01/09/2016 08:09

Bonjour.
Oui j'ai vraiment cru avoir une recette à la sueur :)) tant il fait chaud devant les fourneaux en cette fin aout. Merci pour ces séquences "nostalgie" je ne pensais plus à ces pastilles au sucre rouges et blanches .J'ai encore deux bonbonnières dans ma cuisine avec un gros bouchon en liège où je stocke thym, sarriette, laurier etc .
Bonne journée.

jupiter 01/09/2016 08:25

il y a un un tas de truc que l'on ne se rappelle plus. ce qui ma facinait c'était la boîte à ultra violet chez le coiffeur et salon politique, nous on allaient chez les "rouges"

dans mes bonbonnières il y a des pounchus, pas maï

tu fait quoi dans la cuisine, je te donne la recette des chichis de foire si tu veux, je viens d'en faire pour mes petits garnements
bisous

biche