Un sanglier dans le jardin

Publié le 18 Décembre 2020

En ce moment la cuisine c'est BOF, je vais diffuser une série en huit épisodes , qui bien que vrai est agrémenter de beaucoup beaucoup de bêtises.  A vous de démêler le vrai du faux. Si cette "Histoire" vous embête dites le , j'arrêterais.

1/8

LE SANGLIER DU JARDIN. 

 

Première condition, il faut avoir un « bon jardin »  très bien situé pour ce genre de recette.

Contrairement à ce que l’on peut croire, ce jardin doit être entouré de collines avoisinantes.

De ce jardin dépend la suite de la recette.

Deuxième condition, il faut du sanglier. 

Il nous faut donc ces deux conditions.

Le but du jardin est d’attirer les parasites, donc limitez vous à faire le minimum nécessaire pour avoir quelques légumes rachitiques et malingres, des fèves pleines de pucerons, des radis fourchus et durs, bref du "Bio" sans arrosage.

Négligez les parasites mineurs, nous allons faire venir par ces maigres cultures un parasite majeur, Le Sanglier.

Le Sanglier ne vient pas comme le reste des parasites, genre morpion gigantus des plages, quelques uns me diront que ce n’est pas un parasite, et c’est vrai, mais du moment qu’il est dans le jardin pour moi c’est un parasite. 

Ce n’est pas non plus un jardinier, le jardinier plante dans la journée et le sanglier « déplante » la nuit. 

Bref nous avons le jardin, il manque le sanglier pour réaliser la recette. 

La position de jardin est essentielle, je l’ai mis juste sur le passage des sangliers, pensant qu’ils allaient me « déplanter » les mauvaises herbes ? Très mauvais calcul de ma part, car il déplante tout ayant une préférence pour ce qui est mangeable.

J’avais oublié le jardinier excédé dans la recette, oui, celui qui par flemme plante du bio.

 Après moult essais pour éloigner ces parasites, ce jardinier, sur les conseils de personnes très au courant de la chose, préfère passer d’un régime végétarien à un régime carnivore. 

Il va donc acheter un nouvel instrument qui permet de semer des graines assez lourdes à distance. Le marchand lui conseille de semer ces graines la nuit, ainsi que quelques conseils avisés. 

Le jardinier a des débuts difficiles, oui le jardinier est diurne et le sanglier nocturne, il essaye de se tenir éveillé par de savantes tisanes, qui le précipitent quelques fois aux toilettes sans autre forme de procès.

Bien, il se met à l’alcool, pour se sentir bien et se désinfecter au cas ou il se ferait mal en jardinant. 

Après bien de nuits de veille et plusieurs litres de désinfectant  alcoolisé utilisés dans un but non thérapeutique, il voit apparaître un parasite  assez gros, le groin près à dessemer son jardin.

Suivant les recommandations du grainetier, il empoigne sa machine à planter les projectiles, vise le parasite au jugé « oui il fait nuit, et le jardinier a pas mal de brume dans le cerveau ».

Dans sa petite tête lui revient, « visez bien ces parasites ont la peau dure ». 

Après beaucoup de bruit et de fumée, le parasite est mort allongé sur les tomates rachitiques. 

Vient la partie la plus délicate de la recette : vous vous rappelez il est 2 heures du matin, le jardinier/boucher/cuisinier est plein de désinfectant, il se retrouve avec un parasite de 80 kg. et quelques grammes de désinfectant dans le sang

Il se dit malheureusement : le plus gros est fait. Que nenni il se trompe lourdement. Quel est l’abruti qui lui a dit : tu verras c’est facile.

Ce n’est pas facile du tout (intermède ;coup de téléphone auprès les spécialistes qui  arrivent prennent quelques morceaux pour dédommagement-finissent tout le désinfectant-disent c’est de la viande laisse la rassir-)

La viande 4 jours après est rassie, elle réapparaît le 5ème sous forme de daube au vin rouge (la recette vous sera donner en temps utile, ainsi que d’autres relatives à toutes les parties du sanglier).

Mais que de monde ce jour là : les spécialistes, eh oui, la gendarmerie, pour entretenir de bonne relation, les gardes , pour un soit disant contrôle sanitaire, les pompiers, si quelqu’un aurait un malaise en se désinfectant, le garde municipal, venu voir les dégâts dans le jardin. 

Quelques décalitres de boissons fortes plus tard, l’animation se termine par un gonflage de ballons –les gendarmes pour finir les stocks de l’an dernier et établissent  un concours d’alcoolémie, et décrètent que tous le monde doit impérativement faire la sieste avant de repartir vers un autre "chantier-" les gendarmes ne soufflent pas pourquoi ? 

Notre jardinier décide le soir venu de redevenir végétarien, mais garde une dent contre les sangliers ; celle que le recul du fusil lui a cassé. 

  ..... à suivre .......

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Rédigé par La Cachina

Publié dans #galéjades, #jardin, #sanglier, #la cachina Provence

Commenter cet article

mimile 20/12/2020 17:03

Ca me rappelle mes années passées au Niger.

Les Cangas du désert.


Au Niger, les armes sont interdites, et seulement réservées à l'armée.

Durant une certaine période de l'année,les vols de Cangas venaient se poser aux abords des exhaures prés de la carrière. Sans armes il fallait faire preuve d’ingéniosité pour pouvoir en capturer quelques uns pour se faire un petit gueuleton.

Kroussan, mon ami touareg, m'avait expliqué une combine que pratiquaient certains Touaregs dans ces situations de chassesans armes. Nous décidons de la mettre en application ce dimanche matin .

On prépare une aire relativement propre et bien dégagée. Je jette à la volée comme un semeur, des graines de mil et de sorgho sur une surface assez réduite. Pendant ce temps Kroussan installe une branche longue et souple bloquée par un amas de pierres pour faire du poids. Celle-ci, est alors tendue en arc de cercle, à ras du sol et retenue par une corde accrochée à un piquet. On se cache sous une bâche et on prends notre mal en patience. Une demi heure après, une dizaine de congas se pose et commence à picorer. Je lâche la corde, la branche fouette l'air, et tous s’envolent. Raté, à refaire.

je retend la branche, et nous reprenons notre place sous la bâche. A peine dix minutes après, une trentaine de ces beaux oiseaux se pose .J'attend une minute, peut être et je lâche la corde. cette fois çi, cinq volatiles restent au sol.

Ça y est,nous avons une belle brochette en perspective. Je puis dire que le conga (perdrix du désert),est aussi bon qu'une perdrix de chez nous, légèrement plus ferme.
Avec une bonne purée de lentilles, ils nous feront un repas digne de ce nom.

Satisfait de cette première expérience on se promet de recommencer à l'occasion.

patrick 21/12/2020 08:10

Bonjour mimile je ne connaissais pas ce piège, celui avec un filet oui, au moins tu as ramasser une belle brochette sans bruit. je suis allé voir "cangas" sur google et en effet cela ressemble à une belle perdrix, et pas d'elevage !!.
J'ai essayé d'attraper un sanglier au collet , j'avais mis un gros câble puis un pneu et une forte chaine du pneu à un arbre, et bé j'ai attrapé un gros blaireau par le museau, pris au piège c'est très agressif, je suis arrivé avec un coupe câble pro à couper le câble à la boucle (je ne voulias pas tuer le blaireau), mon beauf tenait le blaireau en joue, aussitôt le câble coupé il n'a fait qu'un bond, tchao ....ouf. je n'ai plus mis de collet. Je n'ai pas d'anecdote de chasse, j'étais un très mauvais chasseur.

bonne journée

Nicolas 19/12/2020 17:00

pas facile a avoir les bestioles
j ai passer des jours et des jours a l agachons et j ai jamais tirer 1 (mais y a 40 ans de ca depuis je chasse plus )faut dire qua cette époques y en avais pas des masse ,pas comme actuellement

très intelligents

mimile 20/12/2020 17:34

Ca me rappelle aussi mon premier Sanglier. J'avais 15 ans.Fan de chichourles que ça fait loin, presque 65 ans.
Je passait tous les week-end dans les hauts de St Zacharie dans la propriété de ma tante. A gauche de la source des Nailles. De la terrasse de la maison ,bâtie sur le bord d'un vallon couvert d'oliviers, l'on pouvait voir l'autre coté du vallon. Et souvent le soir presque à la nuit tombée, je voyais passer un beau male blanchissant. Un soir, ni une ni deux, je mis deux chevrotines dans le vieux Seize à chien (que j'ai toujours d'ailleurs )et je grimpais sur un gros chêne au bord de la draille. La nuit était tombé, mais pas de sanglier en vue. Je rentrais à la maison en me disant on verra demain. Et à la troisième tentative, perché sur mon chêne, je le vit arriver mon pépère au pas. Quand il fut au dessous de moi; bien calé e lâchais mes deux coups. Il accusa, plia les pattes avant et s'écroula.je failli tomber pressé de descendre voir ma prise. J'appelais mon oncle ,et il vint m'aider à le ramener à la maison.
Je me fit un peu remonter les bretelles, pas d'avoir pris le fusil, mais pour le travail que nous aurions le lendemain. Mais ce qu'il y a de sur, c'est que les bocaux (le parfait) d'un litre et demi, de daube furent de bon augure durant deux ou trois ans.
65 ans après je me vois encore perché sur mon chêne , le seize à la main à attendre ce qui fut mon premier trophée de chasse.
Boudiou,il me semble que c'était avant hier.

patrick 20/12/2020 09:43

bonjour Nicolas. Je ne chasse pas car je n'ai pas ça dans le sang, en plus je suis mauvais et je tire comme un pied. Mon petit jardin est sur une passage qui va à la rivière 50 mètre en contre bas, Ils passage presque tous les soirs mais ils sont aussi dérangés par les battue , si je mets du maïs, là je peux les observer la nuit si je mets le projecteur. selon le vents ils se foutent de la télé ou que je parle, mais quand un lève les oreilles c'est foutu ils partent comme des fous . oui ils sont malins, très malins.
bonne journée

chris 06 18/12/2020 20:56

OUI OUI OUI, nous attendons la suite de la recette.
Je me fais rare mais la fidélité reste présente. Je vois la fin des travaux (inondations de Novembre 2019)., reste encore beaucoup de rangements......la boue est tenace.
Je te souhaite des fêtes dans le calme , si possible, en famille, et m'autorise à t'envoyer toutes mes amitiés . Chris 06

patrick 19/12/2020 07:50

Bonjour Chris, c'est gentil d'être fidèle. Je ne savais pas que tu avais subi les inondations. Plus jeunes je suis allé en tant que pompier à Vaison et surtout à Bédarridess. Ce village avait été envahi par la boue, c'est une vraie peste à enlever et quel malheur pour les habitants qui en plus voient partir les secours trop vite, ça crève le coeur de les laisser dans leur malheur. Tu sais les fêtes vont être bien triste cette année, je ne peux plus serrer mes petits enfants dans les bras mais que faire, on sera deux pour Noël c'est tout, c'est la vie qui est bien moche en ce moment. Mes plus sincères amitiés. Patrick

mounic 18/12/2020 17:59

toi le 23, moi le 24...C'est juste que moi, je vais prendre 74...mamma Mia! qué vieille banne! A part ça ne me parle pas des pouarc...mon jardin semble un champ de mines ! bises ma Biche. Tiens toi en forme et guilleret...

patrick 19/12/2020 07:41

bonjour mounic, ma défunte mère c'était le 22 à 1 ans près elle aurait eu 99 ans. moi le 23 ça me fait 69 mais je me sens dans un corps de 80, sans rire. 74 c'est pas encore la vraie vieillesse selon l'état de ton enveloppe charnelle. Du coté de ma mère suisse ses frères et soeurs, aucun n'est arrivé à 100 mais tous à 96, 98,99. Bon on va pas se lamenter, console toi avec tes pouars eux se mangent mais pas les mines. Ils viennent aussi chez moi mais ils sont bien élevés . ils ont pas dérabé mes fèves, ils passent entre les rangées, ils me labourent le tour des oliviers pour bouffer les restes d'olives. Tiens toi loin du covid (la peste jaune). bises de la falaise

Roland du 83 18/12/2020 11:34

Et oui comme tout les autres la suite,par contre je n'ai pas de problème de partage même si je partage tout le gibier que je prélève si tu t'en rappelle j'ai fais 9 ans de boucherie avant d'être SPP.
En te lisant je revois quand même des scènes de chasse actuelles,sans l'alcool. A bientôt.

Roland du 83 19/12/2020 07:02

Pour ce qui est de la charcuterie je vais être honnette avec toi,je demanderai à un bon copain qui excelle là dedans aucun problème au contraire,pour mon cas suis pas charcutier,mais je me retournerai vers lui,et me ferai un plaisir de tout te dire avec un petit décalage horraire ça va ouai! un filet de chevreuil en fondue,surement que c'est excellent,moi le chevreuil et bien je l'ai manqué,il court toujours,c'est une fondue au fromage que j'ai mangée pas le même gout,Pour en revenir à la charcuterie n'hésite pas si tu t'y remet. Porte toi bien,A bientôt!!!

patrick 18/12/2020 12:12

Ah oui tu l'avais dit, si un jour je refais de la charcuterie, je te demanderai. Je suis un très très mauvais chasseur, je n'ai pas ça dans le sang,maintenant mes beauf me fournissent de temps en temps. Un jour j'ai mangé du filet mignon de chevreuil en fondue bourguignonne, punaise c'est un régal, c'est très tendre et goûteux. A bientôt.

Nicolas 18/12/2020 11:32

j attend la suite
passe une bonne journée

patrick 18/12/2020 12:13

bonjour Nicolas, cette série de huit je l'avais passée en 2010, punaise 10 ans déjà. bonne journée, il grisouille ici mais pas de froid la T° remonte

René 18/12/2020 10:14

Et oui, si tu n'as pas ta propre chaudière pour le peler il faut partager ! 80 kgs, dommage, un peu trop gros ! La suite stp. Bon weekend à tous *.

patrick 18/12/2020 12:21

Hola René, ici on est des bons à rien on lève carrément la peau. J'ai participé un jour à une vraie cochonaille, il y avait un boucher,, mais punaise c'est du boulot du matin jusqu'au soir, mais rien ne se perd. On tournait le cochon dans l'auge bouillante avec des chaines et on levait les poils avec des morceaux de verre . Au fait le fusil ne pèse pas le sanglier, une fois j'en ai tué un dans le jardin , il était gros, pour le décoller de parterre et le trainer on aurait dit une ventouse. C'est tout parti à la daube et aux amis.
Mieux vaut la pêche tranquillou des peï de 100 kg ça doit être plus que rare. Bonne journée

Chantal 18/12/2020 09:39

Bonjour Patrick
Continuez vos histoires, une autre nourriture... Un régal..

patrick 18/12/2020 12:22

Bonjour Chantal, une nourriture pleine de fautes mais au moins ça change de TV Covid.
Bonne journée

Christine 18/12/2020 08:45

La suite!la suite!

patrick 18/12/2020 12:23

Bonjour Christine, il reste 7 épisodes ça va devenir lassant );