Publié le 3 Mai 2008

Que faire le 1 er Mai ?
En premier lieu faire comme le fameux dicton 

En Mai fait de fumée et reste près de la cheminée. Mais non, le temps c'est mis au beau fixe après une nuit orageuse.

Ensuite se faire couper les tifs, car je ressemblais à un sauvage, et puis Mamiekeke me rendait visite , il ne fallait pas que j'effraie toute sa petite famille, Bon, déjà trouver un coiffeur un Premier Mai est chose peu facile. Je suis donc parti à l'aventure dans la campagne voir si un berger où une bergère pouvaient me couper cette tignasse. Le premier arrêt fut le bon, la bergère était en train d'affûter les peignes de sa tondeuse.
Elle me dit :  tu tombes bien il fallait que je règle la tondeuse !
Je me suis dit : je tombe mal ça va être la cata, et encore heureux si je grade les deux oreilles, je me voyais déjà avec deux trous avec deux pailles à la place des oreilles.


tondeuse

Bref, maintenant je ne suis plus gêné par les cheveux car on voit l'os par endroit, moralité je suis obligé de porter un bonnet

Les Marseillais m'attendaient de pieds fermes, bigre j'avais 1/2 de retard, et chez moi point de portable. Ils croyaient que j'étais mort.

Après une légère collation au resto de blogueurs (2 heures), et deux coup de soleil plus loin, (heureusement du bonnet), nous sommes allés voir la caserne des pompiers, ou Dimitri a voulu faire un tour de camion , avecque le pin-pon, heureusement le chef de corps a bien voulu accéder à cette requête, et ce fut un petit tour sur le parking qui restera dans la mémoire du petit garçon.

DSC07126

Ensuite nous sommes partis vers la frontière Nord de notre département, Prendre une petit café chez les sauvages de "Quoinsoon", pardon de Quinson, qui ont faillis nous bouffer , merci la crise mondiale des céréales, il voulaient faire cuire le plus gras d'entre nous, c'est à dire moi, merde alors.

DSC07144

 Heureusement que j'avais un sanglier dans le coffre que nous avions percuté sur la route, comme ces cochons de sauvages préféraient le porc, nous avons pu nous enfuir sans égratignures, presque, Cricri a voulu passez par un raccourci plein de Genévrier. Putain la prochaine fois il les achèteras chez Dubros, ses baies de genièvre.

De vrais sauvages dans ce département du 04, nous avons donc repassé la frontière vers un département plus civilisé, mais sur le pont faisant limite, les chiens renifleurs on découvert les baies de genièvre dans le coffre. Les Douaniers ont saisi les baies , plus les piquants que nous avions planté dans la peau.

Heureusement dans le Var, nous sommes tombés sur un troupeau d'Ânes de Saint André, de pauvres "petits" ânes affamés et malingres

DSC07137

Mamiekéké a voulu les soulager par magnétisme et imposition des mains

DSC07131

Et moi comme un couillon j'attendais avec mon APN que son portable touche la clôture électrique, la planète entière aurais entendu son cri de douleur, bon je suis vraiment méchant

Pour se venger les "Marseillais" m'ont fait ramasser un hectare de thym en fleur à la serpette, si, si, bon un peu moins d'un hectare. Pouah, la voiture empestait le mauvais parfum naturel  des herbes de Provence.

Le reste un autre jour, car j'ai vraiment été maltraité ce jour là. C'est dur la vie en Provence, toujours ce soleil ce ciel bleu

Au fait petit concours : quel est le nom de ce pigeon et comment se nomme son village

DSC07154__1280x768_


DSC07158__1280x768_



 

Voir les commentaires

Publié le 30 Avril 2008

Quelques photos d'un printemps qui tarde, mais les insectes sont tout de même au rendez-vous dès qu'un rayon de soleil pointe

Image
Un Agapanthus (variété d'aïl hybride d'ornement, h: 1 m a 1.5 m)
Belle fleur mais assez chère
Violette, bleu , blanche
Image

Image
Le même mais presque mûr
Image
Cette fleur fait le bonheur des bourdons et des abeilles
Image
Il est tellement affairé qu'il se laisse photographier volontier
Image
Un fleur remarquable mais dont je ne connais pas le nom

Voir les commentaires

Rédigé par jupiter

Publié dans #Photos en vrac