Publié le 21 Mars 2012

 

En principe c'est le moment (bon d'accord c'est passé carnaval) de faire des « Oreillettes », « Merveilles" , «  Bugnes » etc.....

Cette fois je vais faire des biscuits aux fruits secs de Provence, amandes , noix, figues, noisettes etc... le choix ne manque pas . Ces biscuits sont réalisés avec de l'huile d'olive comme corps gras, il ne revenaient pas pas chers du tout "avant", tout compte fait ce sont peut être les ancêtres des Cookies, hi !
C'est la crises, Mais :
Je n'ai jamais fait de prison, je doute toutefois qu'ils servent des langoustes !!!!!
Eh bien quoi, la pauvreté? Vous avez tous ce mot-là à la bouche. Comme s'il ne vaut pas mieux manger un fruit sauvage assis devant sa porte et en étant un homme libre, que de se nourrir de langouste en prison.

Jean Carrière (1928-2005)

 

Biscuits aux fruits secs



Ingrédients :

-         8 centilitre d'huile d'olive, l'huile de colza fait bien l'affaire aussi, le beurre (80 grammes ) mou de même.

-         1 cuillère à soupe de lait

-         150 grammes de farine normale (T55)

-         1 œuf entier

-         125 gramme de sucre cristallisé ou de la cassonade

-         80 grammes de figues sèches hachées

-         50 grammes de noisettes  ou amandes concassées

-         50 grammes de cerneaux de noix hachés grossièrement

-         1 cuillère à café bombée de cannelle en poudre (si on aime, heu...j'aime pas trop)


- Dans un saladier ou cul de poule : mettre l'huile d'olive, le sucre et la cannelle et bien mélanger le tout.

- Incorporez l'œuf entier, sans la coquille. J'en connais qui.....

- Puis ajoutez la farine progressivement en la travaillant avec une spatule

- Versez la cuillère de lait et touillez

- Faire un appareil bien lisse

- Incorporez le mélange de fruits secs à l'appareil

- Préchauffez votre four à 170/180°

- Huilez légèrement la plaque en tôle noire de votre four

- Faites des petits paquets gros comme un caca de mouette sur la plaque en les espaçant (les biscuits vont s'étaler). Aidez vous de deux cuillères car la pâte colle

- Faire cuire à mi-hauteur pendant 12 à 15 minutes

- Décollez vos biscuits avec une mimi spatule et laissez les refroidir sur grille


Voili, c'est tout

Appelez un cobaye par la fenêtre pour tester vos biscuits


Voir les commentaires

Rédigé par jupiter

Publié dans #Desserts

Publié le 20 Mars 2012

Et oui encore un article succulent de mémé Mounic, vraie provençale aux recettes intactes, sachez que c'est de plus en plus rare.
En ce moment c'est la "promo" sur les choux vert, alors profitez en et par pitié ne mettez jamais de viande porc dans la farce



Lou Façun

Ce soir, je vous mets une recette salée! ça change!
Tous les jours, je vous bombarde de sucre!
Vous allez ressembler à des bonshommes de neige diabétiques!!!!!
Aujourd'hui, j'ai fait le "façun", c'est à dire le chou vert farçi!


J'adore! Pépé , lui, il aime pas trop, mais bon, vé,il ferra un effort!
Avant tout, il faut avoir un "filet " de cuisson!
Moi, je le fais dans une étamine, mais bon, c'est pas trop réglementaire!
Alors il faut:
Un chou vert
De la farce, faite avec un bout de becquet de mouton,
un bout de jarret de veau,un morceau de boeuf maigre ,un talon de jambon cru. (tout ça hâché grossièrement)
un verre de riz CRU
ail persil
1 oeuf pour lier
 1oignon,2 poireaux , 4carottes, un navet si on veut.

On fait blanchir le chou.On retire les plus grosses feuilles, et on hâche le coeur qu'on mélange à la farce.

La farce, ce sont les viandes citées plus haut, plus le coeur du chou, ail persil hâchés, verre de riz cru.sel poivre.
Mettre le tissu sur la table, y étaler les grosses feuilles, verser la farce, replier le filet; vous "reconstituez" le chou!



Dans une grosse marmite, vous mettez à bouillir vos légumes et le restant des viandes, couvrir d'eau, saler poivrer, ajouter le filet contenant le chou, cuire 1h30.
Le chou sera servi coupé en tranches, entouré des légumes, avec des cornichons, si l'on veut!
Bon appétit!
Votre mémé


Pour les amateurs voici une version en provençal, uoi je sais, cela ne vous dit rien, mais lire une langue qui est en train de mourir est toujours émouvant pour ceux qui le comprenne encore. Vous devez vous dire aussi que cette langue est vraiment très peu distinguée, c'est un peu vrai au premier abord. Ce n'est pas du Pagnol, c'est juste une recettede cuisine extraite d'un livre . Livre découvert sur le Net et que je vais acheter, "car il me parle", il chante même, les mots seront là pour égayer les petits jours qui me restent


Lou façun
Farés adouba pèr lou bouchié, un kilò de peitrino de moutoun vo de vedèu, es meiour de
vedèu. Aquelo viando dèu n’agué ges de trau, e ges d’ouesse.
Chaplarés mié kilò de farço, un pau de moutoun e de vedèu, e un eitò de cambajoun
crus.
Metrés la farço dins un poueloun, i’ajustarés uno pougnado d’espinarc chapla, uno
pougnado de ris qu’aurés lava, uno mouledo de pan trempado dins lou la; rasparés un
pau de noueio muscado, assesounarès, e pèr fini, roumprés un uòu pèr liga tout acò.
Garnirés lou façun, lou replegarés, dèu agué la fourmo d’un couissin, e lou courdurarès.
Aurés mes sus lou fue, uno oulo pleno à mita d’aigo salado emé tóuti leis erbàgi dóu
boui, e un bouen ouesse.
Quand l’aigo bouira, plaçarés lou façun dins l’oulo e escumarès.
Lou façun estènt cue, fau à pau près tres ouro pèr acò, passas lou bouioun e metès dedins
un pau de ris o d’espèuto; quàuquei minuto avans de servi, safranas lóugieramen.


Voir les commentaires