Publié le 21 Avril 2012

Le vallon Gai


  Avertissement, cet article ne porte en rien atteinte aux homosexuels  et autres personnes, d’ailleurs j’ai de très bons amis, et de fidèles lecteurs parmi eux. J’ai choisi cette histoire à cause du lieu . Tout le monde est libre d’aller où il veut et d’avoir les relations qu’il veut où il veut , la loi est bien faites pour cela et tant mieux. Alors surtout ne vous sentez pas visés du tout, je suis extrêmement tolérant (sauf pour les menteurs professionnels, mais cela est une autre histoire) Si toutefois quelqu’un se trouve choqué, faites le moi savoir immédiatement et l’article sera retiré illico

Cordialement à toutes et tous

Patrick


Oui nous avons  un Vallon Gai dans notre village. En fait je ne sais pas comment ce nom est apparu pour ce charmant parcours de la rivière la Cassole  qu’on appelait auparavant « le Gouffre de Rigaud » et qui se termine par une jolie cascade, visitée tout l’été pas les estranger. 

 porri-7809--Resolution-de-l-ecran-.JPG

Bref pour des mascles comme nous cet endroit  fait un peu froid dans le dos, même le bas du dos, on pense tout de suite aux Village People qui peuvent hanter la forêt qui borde cette promenade rafraîchissante

ymca.jpg

Tout cela pour vous dire que devant le frigo vide, je me suis dit je vais braver ce danger pour allez faire le plein de truites avec quelques grenades de ma composition. En principe on appelle cela la « pêche repérage ». On envoie quelques grenades pour voir combien de poissons remontent à la surface (because la plupart meurent au fond), et en faisant un petit calcul digne des technocrates de Bruxelles on en déduit le potentiel pêchable, Oui je pars en couille !


Donc pour s’aventurer seul dans ce vallon gai il vaut mieux bien être équipé. En principe il faut mettre un slip en acier, mais depuis qu’Arcelor Mitté a fermé cela devient dur d’en trouver de neufs

Me voila donc rabattu sur un slip maison fait de plusieurs couches d’aluminium alimentaire superposées (en espérant que cela tienne). Cette protection indispensable permet de ne pas se faire agrandir la petite pastille livrée à la naissance ….. Qui peu devenir à vie, large comme une pièce de 5 centimes en aluminium, et je suis modeste, j’en ai vu de bien plus grosses lorsque j’étais pompier

 

D’après les dires du village, le plus sauvage est l’indien, Silencieux, lorsque vous sentez son souffle chaud sur votre nuque c’est déjà trop tard

 

 

Ce qui est à craindre dans cet endroit ombragé, c’est que les lombrics (voir tante Victorine) ne sont pas sous terre mais se baladent à 1 mètre de haut et mesurent entre 20 et 25 cm, le diamètre de ces bestioles pas catholiques est variable, d’autant plus qu' elles peuvent surgir du cours d’eau (IN THE NAVY)

 

Je vous garantis que la « piqûre » ces animaux est bien plus douloureuse qu'un suppo à la blanquette de veau, et que le F….. S’en rappelle longtemps

 

Bref les poches pleines de grenades et de pommade contre les hémorroïdes, d’un rétroviseur et d’un castrateur mécanique à mouton, me voila parti pour une mission à haut risque (remplir mon frigo) et sauver mes fesses

castreur.jpg  

Me voila donc parti vers le coup de midi (because les gardes pêche font l’apéro comme tout le monde), la peur au ventre (putain c’est vrai que j’ai bobo) et les fesse serrées, et avec un désagréable bruit d’alu chiffonné qui me faisait repérer à 100 mètres

 

Mon but ultime était d’atteindre la cascade, là ou se tiennent les truites, voui, mais c’est l’endroit le plus éloigné et c'est un  véritable « cul de sac »

porri-7759.JPG

Cette promenade aurait du être bucolique avec le chant des  petits zoizeaux, mais c’était plutôt la colique qui me serrait le ventre. En plus marcher dans un chemin étroit en regardant dans le rétroviseur fixé à la chabraque sur l’épaule ce n’est pas très aisé

porri-7784.JPG

Ma peur, je crois était injustifiée car après les trois quart du parcours, aucun lombric lévitateur  ne me suivait dans le rétro, par contre j’entendais approcher des pas et des conversations dans une langue inconnue. Si j’avais su que le danger pouvait prendre une autre forme je serais volontiers resté couché le ventre vide dans la maison froide

porri-7757.JPG

Ces pas se rapprochaient inexorablement, "en effet je marche presque comme une tortue", et bientôt finirent par me rattraper ? Whoua , punaise, fan de garce, c’était des nordistes, suédoises je pense vu le teint d’albâtre aperçu entre leurs shorts et leurs grosses chaussettes montantes, chose étrange elles avaient des bâtons de marche, heu….sur un terrain plat, mais bon, on est habitué a en voir d’étrange par ici

porri-7769.JPG

Malheur, ma fièvre de l’APN me repris tout à coup devant ces beautés, mais aussitôt sorti de son étui la « chef » me dit dans un anglais teinté de suédois « you’re a very vicious bad boy »

Oh putain, j’étais certainement tombé sur un clan d'amazones ou autres sectes castratrices.

Dans mon malheur je me suis dit qu’au moins les YMCA n’avaient qu’à bien se tenir !

porri-7754.JPG

Pour la suite je vous la fait en français, bien que les dialogues fussent très courts et impératifs.

Et me voila l’APN confisqué, heu…pas les grenades, ficelé à un arbre avec leurs lacets de chaussures et un bandeau sur les yeux, pue thym, il ne manquait plus que le peloton d’exécution

 

La suite je ne peux pas vous la raconter ni vous monter des photos mais cela m’aurait bien plus. Tout ce que je sais c’est que la horde furieuse ne craignait pas l’eau froide ni aux yeux , ni ailleurs et qu’elles profitèrent pleinement de notre chute d’eau et de notre petit lac de 300m2

 

Voila; une fois détaché elles partirent le pas alerte, en disant que je retrouverais mon appareil à l’entrée du vallon. Sur ce, je fis rapidement retraite car je craignais les représailles des Village People.

 

Moralité : si tu veux du poisson frais va chez le poissonnier

 

En rentrant à la casa, je déchargeais aussitôt mon APN car il y avait des photos « d’avant », et là surprise la carte de l’appareil était pleine avec un petit mot gribouillé

« Gardare ma non toccare »

 

 

Alors ……vous voulez voir les photos ?

  

tuxpi.com.1334927754.jpg

Anita Ekberg (source le net) La fontaine de Trèvise


Cette histoire est une pure fiction sortie de neurones bien fatigués

 

Voir les commentaires

Rédigé par La Cachina

Publié dans #Galèjades

Publié le 18 Avril 2012

On aime parce qu'on aime, il n'y a aucune raison pour aimer, Quand on aime pas, on n'aime pas, il n'y a aucune raison pour aimer.


 

Arôme provençal


Petite galéjade suite à un mail provocateur de Tante Victorine


Batiste regardait la brume de chaleur au loin, vers le sud. Derrière les Maures s'élevait une bande rougeâtre signe de grosse évaporation et de fortes chaleurs depuis plusieurs jours


Boudiou pensat-il, ça doit transpirer dur sur les plages pour sûr. Parti dans ses rêves il sentait presque l'odeur des huiles de « bronzage ». Faut dire que dans le midi on a  un bon nez, même que certains arrivent à se passer de chien pour chercher les rabasses. Attention cette pratique est très risquée car un sanglier en rut peu passer et alors, bé vous à quatre pattes reniflant le sol, les chances sont contre vous vous voyez ce que je veux dire . Rassurez vous, les greffes d'anus sont au point , d'ailleurs nous avons une belle bande de trous du c.... en réserve , oui  là haut, derrière des grille dorées, à Paris.

BZZZZZZZZZZZ x4

Putanasse ! Un tavan merdassier venait de piquer Batiste en plein délire qui se croyait sur la plage de pampelonne en train de renifler le sable, et je reste correct.

Dur retour, ce couillon était quillé en haut du Bessillon avec son troupeau de chèvres, entouré de rien. Mais alors rien ! Juste quelques mauvaises cigales et trois boudragues.

Ah, voui, j'allais oublier les fameux tavans merdassiers, les mouches, les langastes planquées dans la farigoule, les fourmis rouges......et le Saga Pedo , plus gros insecte de notre pauvre France , si c'est vrai !

La photo est prise réellement au Besillon

Nan, ce n'est pas un cactus qui marche


Il ne savait pas encore comment il appellerait sa petite dernière chevrette -Ségolène ou Martine-

Le dernier être humain qu'il avait vu était un touriste qui avait tenter de  monter  à reculons le chemin de 6 kilomètres en marche arrière de peur de ne pouvoir faire demi tour.


En réalité  batiste avait  vu seulement le jet de vapeur qui sortait du capot et une femme qui frappait le conducteur à coup de gourde vide!

C'était, heu ...il y avait deux semaines.

Se tournant vers le Nord, mais si, ici aussi nous avons quatre points cardinaux, yapa qu'aux States qu'ils fonctionnent à la boussole même en ville.


Donc au Nord il vit une belle traînée de poussièrasse qui filait bon train, vé, comme un écharpe ondulante, mais plus bruyante.

- Encore un fadoli qui essore la poignée et qui va me planter la merde dans mon troupeau, et me faire tourner le lait.

En effet c'était un quad qui roulait tombeau ouvert, remarquez que tombeau fermé ça fait un peu corbillard. Bon, mais où allait il cet engin, le chemin était en cul de sac ?

C'était le Quad de la Poste récemment privatisée qui testait un nouveau moyen de livraison rapide pour leur NewchronopostExpressDHL +

De temps en temps un promontoire ou un relief du terrain masquait ce boucan infernal pour les oreilles d'une petite coline bien tranquille. Remarquez que c'est moins C.... C..... que ces p....de jetskis sur la mer

Quelques dizaines de minutes plus tard , l'engin arriva enfin à sa destination, c'est-à-dire sur le pied gauche de Batiste qui essayait de regrouper son troupeau.


Sans un mot le « quadiste » sorti son calepin électronique pour faire signer Batiste qui lui fila un coup de bâton sur le casque en guise de signature électronique, mon cul.

- Tires ta roue de sur mon pied ou je te châtre, tronche de gnocchi

La fuite s'impose dans ces cas là, et le gonze balança le paquet en filant dare dare tout en  faisant un bras d'honneur. Heu... pas loin, 50 mètres plus bas il se vautra grave comme on dit.

- Petite bite, intérimaire de mes couilles, Nécrophage Postal, lui cria Batiste, faut pas jouer les dahus quand on n'est pas capable

Tiens,  se dit Batiste, en sortant sa fronde, je vais lui mettre la deuxième couche et lui casser un ongle, et puis non c'est trop loin et ça fatigue le bras !

Pendant que le chien rassemblait le troupeau, il se pencha sur le colis, barrés d'autocollants ExpressRapide, Care whith Caution

- Putain, ça vient d'où ce truc ? peuvent pas écrire en provençal come tout le monde !

Expéditeur : Tante Victorine Sud-est à Gauche

- Drôle d'adresse, connaît pas !

Un coup d'Opinel eut vite fait l'affaire de l'emballage supergonflé etqui devait résister à  tout comme qu'ils disaient sur la publicité.


Il y avait un petit vaporisateur au fond avec un mot.

« Ceci est un échantillon test, la Maison Tante Victorine est heureuse de vous l'offrir. Avec ce produit plus la peine de courir les collines pour ramasser les herbes aromatiques de Provence, ce concentré permettra ..............blabla »

Grrrrr CLIC

Un éclair d'intelligence arrêta le bras de Batiste qui allait le balancer en direction du mec qui poussait son quad « couic couic »

-       Fan de garce ! si je m'en mets sous les bras ça va faire venir les gonzesses provençales

Le pauvre, il  avait vu un jour une pub pour Axe et il  y croyait dur comme fer.

Si tôt dit, si tôt fait, pschhhht pschhhht !

Et une avalanche de chèvre lui tomba sur le râble

Le bouc furieux de voir en lui rival redoutable lui fit regretter de ne pas porter de "coquille". Depuis au village on l'appelle "Axe" ou "Schtroumph grognon"

Moralité : méfiez vous des contre façons chinoises

 

* Tavan merdassier : c'est un mot que j'aime bien car ces "Taons" on disparu avec la fin des chevaux de trait, ces gros taons pondaient leurs oeufs dans le crottin de cheval et suçait le sang des pauvres cheveaux

Maintenant avec la disparition des animaux dans  le centre du  village c'est le garde municipal qui nous suce nos pauvres Euros en amendes diverses !

Voir les commentaires

Rédigé par jupiter

Publié dans #Galèjades