Publié le 12 Décembre 2012

Aujourd'hui  , avec  mon petit coeur tout mou et sa   tuyauterie pas neuve et bouchée malgré tout les Destop que je bois , je suis  parti en quête  d'un coq  pour vous réaliser  un gentil coq au vin à ma façon.


Comme d'habitude , je ne comptais pas me ruiner pour un coq dur comme des banes * qui avait passé sa vie à sauter les poulettes, faire le beau et cocorisquer* tous les matins . Ils sont tarés ou ils n'ont pas de montre pour vous faire savoir qu'ils ne dorment pas et que la testostérone les travaille

Donc je cherchais un reproducteur usé , aux coucougnettes vides comme des figues sèches, bref un truc par cher, mais pas un truc boiteux et édenté.

Je ne pouvais pas trouver un coq mort de la maladie de  l'aiguille* (c'est une histoire vrai que je vous conterais un jour).

Vu ce que m'avais annoncé le docteur, je me suis dit pourquoi chercher un coq à faire cuire, autant prendre une bonne cuite avec le vin rouge et oublier la recette (oui je sais j'ai pas bon moral).

Bref, après m'être fait jeter de plusieurs bastides pour avoir voulu marchander un coq à vil pris , je repris mon AX version sport dégonflée et filait antenne au vent vers le surper market le plus proche pour acheter (ça me fend le coeur le mot acheter ) un coq de réforme, vous savez ces coq usés jusqu'à la corde qui ont sauté des poulettes toutes molles pleine d'antibiotiques.

Mais la chance qui m'a toujours ignorée vint ce jour là à ma rencontre sous la forme d'un monstrueux sanglier

16_boar

qui traversa la route, oui je sais avec mon AX il n'aurait pas craint grand chose, donc debout sur le peu de frein qui me reste je réussi à éviter la bête , puis le chevreuil qui le suivait de près,

chevreuil_livre
ainsi que lièvre,

le_lievre

 

le renard aussi passa près de mes roues ,

DSC03093

 

mais  le coq qui arrivait en dernier percuta le pare chocs

coq


, j'ai pas dit pare buffles (c'est vrai et étonnant le nombre de voitures possédant cet accessoire et qui route en ville au milieu des buffles).
Bon quoi le coq ? C'est vrai ce n'est pas un animal de la forêt, que faisait il là sur la trace de tout ce gibier ? Fuyait t'il un feu de forêt , un paysan prêt à l'occire ?
Mystère ? je vins près du coq agonisant qui me dit (oui le parle coq couramment) :
- je voulais me payer le renard qui vient de me niquer toutes mes poules, tues le , je te fait don de mon corps, et il mourut.
En effet sous ses plumes était glissé sa carte de donneur d'organes.

Cocagne, un coq gratos, et puis tuer un renard ce n'est pas mon genre, j'adore regarder les petits renards que l'on accuse de tous les maux de la création.

Je vous passe mon retour jovial, et la séance de plumage laborieuse, bientôt vous aurez la recette de ce coq au vin au goût de pneu d'AX.et si le colôn va mieux !

 
*banes : dur comme de la corne , banes = cornes
* cocorisquer : mot jupitérien qui veut dire que le coup de fusil n'est pas loin pour faire taire cette excité sexuel
*l'aiguille : maladie occasionnelle et providentielle pour faire ribotte (bon repas)

Voir les commentaires

Rédigé par jupiter

Publié dans #Galèjades

Publié le 11 Décembre 2012

- 12  jours before the big dark

 

Gnocchi sauce courte ,dites sale

 

 

DSC09422.JPG

.Hier vous avez pu voir la recette des gnocchi à la pomme de terre . Aujourd'hui , j'ai testé leur cuisson , en les accompagnant d'une petite sauce très vite faites. Meeuh non n'allez pas croire que j'achète de la sauce en brique iu sachet, ça va pas la tête !

Passons tout d'abord à la cuisson des gnocchi (des gnocchi , un gnoccho, c'est ça lili ?, on fait bouillir une bonne quantité d'eau salée et plouf on projette d'un geste large et précis les gnocchi au plafond, comme ça ils croient qu'ils montent au paradis des pâtes . Et bien non, ils retombent tout de suite en enfer dans l'eau bouillante, et lorsque dans un effort désespéré ils essaient de sortir en surnageant, c'est qu'ils sont cuits.

DSC09414.JPG

Jusque là c'est d'un banal à faire pleurer  un poulpe.

OK , on peut les manger avec du beurre, du parmesan râpé, même avec des petits mollusques de mer, mais pour faire plus italien , j'ai confectionné en quelque minutes une sauce rapide au coulis, appelée "sauce sale" car elle sert à colorer les pâtes et çà donner du goût

La Sauce rapide, il faut pour une personne :

- 1 petit oignon émincé très fin

- 1/2 cuillère à soupe d'huile d'olive

- 1 dizaine de lardons ou petits bouts de jambon

- 2 cuillère à café de coulis de tomate épais

- 1 pincée de thym

- un peu d'eau  tiède

- sel poivre, et si besoin une pincée de sucre pur "cassez " l'acidité

Pendant que l'eau monte en température pour vos gnocchi,mettes dans une poêle , l'huile d'olive , puis lorsqu'elle est chaude mettre, les oignons et attendre qu'il deviennent translucides , s'ils se mettent à clignoter c'est que vous n'avez pas mis vos lunettes et que vous faite cuire des vers luisant, jetez les lardon , les deux cuillères à café de coulis, touillez

DSC09418.JPG

puis ajoutez un peu d'eau tiède  et faites réduire (pendant ce temps vos gnocchi font le grand plongeon), lorsque le "sauce" , est comme ça :

 

DSC09420.JPG

jetez-y les gnocchi et les faire un peu sauter avec deux coups de poignée, stop ! versez dans l'assiette, courrez entre les congères de la terrasse (merde il fait soleil aujourd'hui, il faudrait que je sorte plus souvent) pour immortaliser avec une photo qui restera dans les anales du journal "patamoi",  votre assiette que vous donnerez en pâture le lendemain à vos blogonautes.

Oui c'est nul, mais ça dépanne

Voir les commentaires