Dans les vieilles marmites

Publié le 6 Juillet 2007

 

L’aïoli des estivants ou comment se faire piéger.

 

 

Aïoli veux dire en Français d’en haut, agapes, plat de fêtes, plat incontournable, peste ce n’est pas cela du tout.

 

 

Donc chaque année plusieurs aïoli sont organisés sur le Cours dans mon village, en principe c’est le comité des fêtes qui organise à peu près cela, oui « à peu près » n’ayons pas peur des mots.

 

 

Bonne poire que je suis, on m’a demandé si je pouvais donner un coup de main à cette « cagade » d’aïoli ;

Oui, mais alors on la fait comme il faut !

- mais oui il n’y a pas de problème, qu’on me répond.

 

 

 

Bon , là commence, n’ayons pas peur des mots, les emmerdements, d’habitude le comité des fêtes était constitué de gens et jeunes du pays , mais la population a changé.

 

 

Donc me  voilà en présence du comité des fêtes nouvelle mouture ; quelques gens du pays et une bonne partie de l’Europe du Nord, par ordre décroissant, anglais, belges, allemands, hollandais, danois et pour finir quelques retraités du Nord plein d’entrain.

 

 

Il ne faut pas de traducteurs, mais ils disent toujours oui même s’ils n’ont pas compris.

 

 

Comment faire comprendre que l’on allait faire un vrai « Aïlet » cette fois.

 

 

Grosse crise : comme au conseil Européen.

 

 

- non on ne met que de l’huile d’olive du village, pas moitié, moitié

- non pas au mixer ou au batteur

- non pas des filets de poissons, que de la morue séchée

- non pas de moules, encore moins de bulots (qui c’est qui a dit bulot ?) pas de réponse, il doit avoir le QI d’un acarien, pas possible.

- qui a dit surimi ?

- non pas de chou fleur, ce n’est pas la saison

- j’ai entendu quelqu’un dire saumon

- quoi !! Chantilly avec de l'ail ?

- què crabes !

 

 

Devant toutes ces « c…….ies » j’ai sorti le carton rouge, ben oui j’avais que celui la dans la poche. Donc j’écris sur ce carton la recette de l’aïoli comme elle se fait « ICI »

 

 

-et vous vous la faites passer, ceux qui ne comprennent pas se font expliquer par le voisin « moment pas triste ».

 

 

Ceux qui ne sont pas d’accord n’ont qu’à partir.

 

 

Bref on c’est retrouvés 3 couillons, et cela c’est terminé devant un bon pastaga bien frais, et ouf pas d’aïoli communautaire à faire pour moi « Yesssss ».

 

 

Sur le carton il y avait écrit :

 

 

Pour 1 litre d’huile d’olive vierge = 6/7 personnes bon mangeur

 

 

- 10 gousses d’ail

- un jaune pour aider à monter, sel poivre vinaigre

 

 

Garniture par personne

 

 

2 carottes

2 pommes de terre

2 œuf durs (en principe c’est 1)

1 betterave rouge cuite

1 poignée de haricots verts fins (en principe il n’y en a pas la saison est passée)

Large comme une main (sacré mesure) de morue séchée dessalée pochée, ou des escargots bouillis

 

 

Du pain et du vin à volonté

 

 

En gros j’avais souligné ;

 

 

C’EST UN REPAS DE PAUVRE EN PRINCIPE

 

 

Les gens n'achetaient que la betterave et la morue, et encore, au moment des escargots ils n'achetaient pas la morue

- Zont pas dû apprécier

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

Certains propos peuvent vous paraître crus mais ce n'est que notre parler au quotidien, enfin, quand même, je ne parle pas comme cela à mon percepteur lorsque je lui disque je n'ai que 2588 chèvres alors que lui en compte 2590.

 

 

 

Réponse normale : "venez donc compter avec moi vous verrez bien".

Parler local : "vieux counas, viens avec moi tu feras la chèvre qui manque et le bouc sera content ce soir !"

 

Moralité il y a 2588 chèvres, plus le percepteur, plus le bouc, fatche de con il avait raison.

 

 

 

 

Bon, maintenant vous êtes prêts et prévenus. Vous avez pris le ticket ? Alors, j'y vais !

 

 

La Siestasse de l'aïoli

 

 

 

Il y a encore quelques temps, on mangeait l’aïoli le jour précédent l'ouverture de la chasse dans une vieille bastide appelée la « Barrette rouge ».

 

 

Je vous passe les détails des trognes qui s’y réunissaient, tout cela pour vous dire que j’étais le seul présentable après, vu que je ne buvais que de l’eau.

 

 

Bref, je ne faisais pas vraiment partie des 3G* mais je participais activement surtout pour la cuisine, il faut bien des couillons !

 

 

Aïoli mémorable sous les mûriers évidemment, et qui dit aïoli dit huile, pastaga, vin et liqueurs, plus cerises à l’eau de vie...tout cela fatigue ! (1G)

 

 

Les blagasses à répétition, toujours les mêmes, les coup de poings sur la table, concours de pets, de rots, (ben, quoi ? j'appelle un chat, un chat !) enfin bref, tout fatigue, plus la fatigue de naissance que nous avons = sieste, et non pas pétanque, vu l’état des participants et puis les boules sont déjà au fond du bassin depuis l’apéro.

 

 

Bien sûr pas de voisins, - un aéroport fait moins de bruit-, sauf le chemin, qui relie le monastère de St Joseph à Notre Dames des Grâces où passaient quelques pèlerins (es ensuqua per marcha soulé dins lou camin souto lou soulèu*) - et qui regardaient cette bande de mécréants que nous étions.

 

 

Il n'y avait aussi que des « ne me quitte pas » genre les arnavets et autre tirasses, normal, ici tout pique !

 

 

Il fallait donc repérer son endroit pour une grosse sieste, à l’ombre, assez loin à cause des ronfleurs, et assez confortable,... là, c'est moins facile.

 

 

 

Vous avez remarqué, les couillons sont toujours les mêmes, ceux qui font la tambouille, ceux qui font la vaisselle, etc…je fais partie de ces couillons, donc tintin pour les bonnes places à l’ombre !

 

 

Je laisse donc la table en bataille, au moins, les guêpes vont se régaler, et je bondis lentement, vous avez déjà vu un provençal bondir ? - non cela n’existe pas dans notre dictionnaire - vers l’endroit que j'avais repéré.

 

 

 

Tchancrassin ! *, il y avait déjà une outre pleine de vin en train de souffrir atrocement au pied du mûrier vu les grognements, presque les râles de la mort qu'elle émettait, et si je lui appuyais sur le ventre ? Non faut pas le faire, tant je lui pète l’embouligue* !

 

 

Toutes les autres places étaient occupées par les mêmes individus qui sciaient du bois aussi.

 

 

 

Je trouve enfin et assez loin, une place correcte sous un petit chêne blanc.

 

Là au moins personne ne viendra me faire c….

 

 

Après avoir enlevé les cailloux, oui, les cailloux repoussent tous les ans par ici, même s’il ne pleut pas, et les avoir projetés au loin de peur qu’ils ne reviennent, si, si, ils reviennent, je m’allonge tant bien que mal.

 

 

- oh enculé*, je dors moâ !!! j'ai pas envie de me faire ensuquer* ! C’était juste l’écho des caillasses que j’avais jetées.

 

 

En principe j’aurai du répondre normalement sans insulte, juré ! - ta gueule connard ou je te pisse dessus -. Non je n’en rajoute pas, Bigard ne fait pas pire et en plus vous payez !

 

 

Je ferme donc ma gueule (1G) pour éviter les représailles et me tortille pour éviter que les cailloux me fassent un massage gratuit du dos.

 

Calme plat, en pensant que tous les autres sont morts, ouf, enfin !

 

 

Bzz, Bzz – oh non putain de merde, des tavans merdassiers* ! Oui, des petits vampires déguisés en mouches qui sucent le sang des animaux et des humains, en français, des taons.

 

 

Séance de paires de baffes dans tous les sens, pour rien, - cassez-vous bandes de tafioles* !

 

 

Bon, ils sont allés ailleurs piquer les outres à vinasse, ouf !

 

 

Les bras de Morphée m’enveloppent doucement et, aïe, ça pique, il y a toujours des aiguilles de pins ou d'autres choses qui piquent, c'est normal, mais là c’est un peut trop.

 

 

Inspection de la couche, rien de dangereux genre petits dinosaures ou crocodiles, on sait jamais...

 

 

Tchi, tchi, tchi – oh une cigale, j’y crois pas, il y a des milliers de cigales et des milliers d’arbres, celle-là elle a choisi « mon » arbre, vas-y que je te secoue les branches pour qu’elle se taille*, et bien sûr j’ai droit aux feuilles dans le cou, comme convenu.

 

 

Re-plouf, chez Morphée, je suis en train de rêver de l’aïoli qui est resté sur la table, il doit y avoir des salmonelles grosses comme des assiettes qui rampent partout, re-aïe, ça pique et ça gratte, je doit faire une allergie aux œufs, il faut dire que les œufs étaient de provenances diverses, même certains je pense, avaient dû voyager dans les couloirs du temps.

 

 

Bon, inspection des parties concernées, oh putain la cagade, j’étais couché sur une fourmilière de fourmis rouges.

 

 

Bande de masos, je ne m’étais pas enduit de miel pour faire exprès !

 

 

Finie la sieste, j’en réveille un qui pourrait me faire partir toutes ces fourmis.

 

 

Néfaste erreur, bien qu’avinés, ces grands enfants, pardonnez-leur mon père, m’ont tout fait subir, même les salmonelles dans les cheveux, et ailleurs...

 

 

Direction le bassin d’eau verdâtre et épaisse, et comme je ne suis pas Jésus, j’ai coulé dans un mètre d’eau.

 

 

 

 

Résultat... des centaines de fourmis noyées, aco m’en fouti bèn pa mau*

 

 

Déplacement de la patrouille de pompiers* qui passe « par là » pour boire un coup et pour nettoyer tout le monde, table comprise.

 

 

 

Et rebelote le soir, pour les perdigau* à la broche.

 

 

 

J’étais prévenu, j’avais pris le ticket le matin,... vous aussi !

 

 

 

Cela change un peu des réunions Tupperware (1G)

 

 

 

* 3G : goinfre, gueulard, goujat

 

 

* es ensuqua per marcha soulé dins lou camin souto lou soulèu : il est ensuqué pour marcher tout seul sur le chemin sous le soleil

 

* Tchancrassin : vient de chancre mou, bref, toutes les injures du capitaine Haddock réunies et un peu plus...

 

* embouligue : nombril

 

 

* tafioles : je peux pas le dire, bon disons... tapettes

 

* ensuquer : assommer, ou autre sens : fada, calu

 

* enculé : mot commun à employer au singulier ou au pluriel, à la place de p…, rien à voir avec l’anatomie

 

 

Un article sera peut-être consacré à ce mot utilisé en Provence.

 

 

* m’en fouti ben pa mau : ça je m’en fous bien pas mal

 

taille*  s’en aille ailleurs

 

 

Pompiers*: faut dire que le chef, l’adjoint et quelques autres sont dans la bande d’enculés qui faisaient la sieste, donc sur ordre les pompiers de patrouille savent, ils ont l’habitude, ils passent

 

 

Perdigau* perdreau

Rédigé par jupiter

Publié dans #Galèjades

Commenter cet article

micheletara 08/07/2007 21:05

COUCOU MA  je suis rentrer mais ! mais ! je suis malade ,température +++++angine.; demain toubibTa page ma doner un peu le mrale car je ne l'ais pas il me manque une peu de courage.calin de Micheletara

arielle 07/07/2007 22:19

au moins, je ne risque pas de l'oublier la recette de l'aioli ! super ton texte !remets toi bienarielle

cristina 07/07/2007 18:55

Chez nous on dit que c'est dans les vieilles casserolles que l'on fait les meilleures soupes!!!Prends soin de toi!Bisous.

marithe 07/07/2007 16:34

au secours, Jupi..ils sont là les extivants..y en a plein partout ...Que j'aime cet article, c'est du Jupi tout craché ..Comment vas tu ,,,??  je souhaite que tu guérisses vite...c'est pas possible ça !!!  tu as du choper un microbe .....tu devrais aller de nouveau voir ton docteur ...car son traitement c'est pas le pied !!!!!!!gros bisousssssss

u bebe 07/07/2007 09:06

gros bisous merci de ton passage et de tes petites mots qui mon fait du bien bisous

alba 07/07/2007 07:44

A la bonne heure !!!  voici un récit comme je les aime.Bonne fin de semaine Jupi, bises.

francoise oleron 07/07/2007 06:45

Pourquoi ne te font t'ils pas un antibiogramme, pour voir l'antibio qu'il te faut, surtout s'il ne te font pas grand chose, pour tes histoires en provencal souvent tu me fais bien rigoler, je te souhaite que ta santé s'améliore......Bisous à bientôtFrançoise

Marc Vincent 07/07/2007 02:38

Toujours rigolo Jupi, ça déride de savoir qu'il n'y a pas que chez nous que les paumé et demeurés envahissent...Les anglais, allemands, hollandais et .ricains nous grugent le patrimoine...Si ils ne s'en tenaient qu'au moine, on se débarasserait de L'église et de ses disciples...
La blague du jour:Combien d'électricité consomme un cotton-tige ? Deux Watts....2 ouates, bande d'ignares...! Reposes toi bien Jupi

Nadine de Trans en Provence 07/07/2007 01:19

Coucou Jupi,Normalement les antibiotiques devraient faire effet. Tu ne devrais plus avoir de fièvre... Ne reste pas comme ça, retourne voir ton dentiste ou le toubib, une infection dentaire surtout avec tous les problèmes que tu as, ce n'est pas négligeable !Bon, je veux bien une photo de ton plafond (lol).Soigne-toi Jupi et bon week-end quand même,Nadine qui a bien rigolé en relisant cet article plein d'humour et de couillonades.