La pâte de coings de la Mémé à Mémé

Publié le 24 Octobre 2008

Avertissement

Cet article n'est pas de moi, il m'est offert garcieusement par "Mémé Mounic", se sont ses souvenirs et sa prose que vous lisez ! Personnellement je n'ai pas de souvenirs de  ma mémé car elle me détestait


"Mémé, comme elle est bonne ta pâte de coings! Tu m'expliques comment tu la fais?"
-"Chut! après"...
C'est l'heure du sacro-saint "Sur le Banc", et comme chaque jour, on mange en écoutant Raymond Souplex lancer à Jeanne Sourza son inimitable "qu'est ce qu'on mange?"...

J'aime bien manger chez ma Mémé; ça sent bon sa maison: les pièces de savon de Marseille sèchent sur le haut du buffet. Eté comme hiver, la cuisinière à bois est allumée. Mémé est très contente! Elle la trouve moderne sa cuisinière avec son four et sa "bouilloire"...Moi, je la trouve belle, son émail bleu me ravit...
Ma mémé aussi je la trouve belle! Elle a des cheveux de neige qu'elle lave à l'eau de vie;
quand je lui demande pourquoi, elle me répond-"De l'eau sur la tête? Jamais de la vie! Tu sais bien que je "crains" des oreilles"...
Elle cuisine mieux que personne, mémé. Ses civets de lièvres ou de lapin de garenne sont renommés.
Chaque Noël, notre docteur de famille, Mr Mazard, qui habite à 25 Kms fait le déplacement; le poêlon de terre emmailloté d'un immense torchon noué aux quatre coins s'en va à Carcès sur la table du réveillon.
Quelques jours après, quand le docteur ramène le poêlon et qu'il dit "Madeleine, nous nous sommes régalés!", ma Mémé ne dit rien, mais dans ses yeux s'allume une petite bélugue (étincelle) de plaisir!
Le repas se termine; mémé arrête le poste. Un Radiola rigolo! Quand on cherche les stations on se voit dans la glace où sont écrits des noms de pays lointains:Budapest, Andorre, Roumanie...

Mémé dit"débarrasse la table, je vais refaire de la pâte de coings. Tu n'as qu'a regarder, c'est plus facile que de l'écrire"
Elle est maline Mémé.
Elle est fâchée avec l'orthographe parce qu'elle n'a jamais parlé que le Provençal....toute sa vie...
Elle dit toujours"Qué Français? On est en Provence, non?"...
Les coings sont sur la table, énormes, jaunes et duveteux. Mémé les essuie avec un torchon propre, puis les coupe en quatre sur la planche à hacher, retire les pépins qu'elle noue dans un carré de mousseline.
Elle met le tout sur la cuisinière, dans une bassine a confiture, avec très peu d'eau.
Quand les quartiers sont tendres, elle retire la bassine du feu et met de côté le jus de cuisson qui lui servira à faire la gelée (avec un kilo de sucre pour un litre de jus, mené lentement à ébullition et qui cuira une demi heure).

Avec les quartiers de coings, le travail est plus long...Elle les passe à la moulinette, et pour un kilo de fruits passés, elle ajoute 750 grs de sucre cristallisé. Le tout est remis dans la bassine, sur le feu.
Elle tourne le mélange avec une cuillère en bois, debout devant sa cuisinière pendant demi-heure. J'entends les petits "flocs" des bulles qui crèvent la pâte, on dirait des volcans!
Il fait une chaleur!
 Mémé dit "lève-toi de là que tu es rouge comme un gratte-cul"!-" va préparer les assiettes, bouléguan!"
Vite, vite, je mets une nappe sur la table de la salle à manger et j'aligne les "siétons" où mémé fait couler la pâte de coings qui finit  juste de bouillir; ça embaume la maison!Elle a une couleur brune, presque rousse; mémé me dit "elle est belle, qué?"
Moi, je pense déjà qu'il va falloir la retourner dans l'assiette tous les deux jours et attendre qu'elle soit assez sèche pour que mémé me dise enfin "-allez,zou, tu peux en manger!"

Croyez -vous comme je suis bête? Ma "grand" s'en est allée depuis longtemps enseigner aux anges les recettes de notre belle Provence, mais plus de quarante ans après, chaque fois que je fais la pâte de coings (moins bonne que la sienne, vous l'avez deviné), elle est toujours avec moi, ma Mémé, avec son beau tablier blanc et ses cheveux de neige...
Voilà, mes petites! Je vous fais de gros bisous...

Rédigé par jupiter

Publié dans #Spécialités provençales

Commenter cet article

Julima 28/10/2008 17:16

Bisous Jupi :0010:ta mémé ressemble à la mienne sauf que la mienne sa spécialité c'était les crèpes (les vraies, celles de Bretagne cuite sur le bilik). Soupir....re-bisousJulima et les Juli-chats

loralie 26/10/2008 22:01

j'ai l'impression de me revoir toute petite chez mes grands parents . j'aime beaucoup ce texte . attendrissant,  drôle, nostalgique  ;-)Merci Mémé , merci jupi ^^Bonne semaine, je vais manger de ta pâte de coing ^^

marithé 26/10/2008 10:47

et oui ta mémé devait être géniale mon jupi ..sûr  qu'elle est là haut et surveille ce que tu fais en cuisine ....gros bisousssssss

maryse 25/10/2008 22:40

je préfère la belle histoire que les haricots géants!moi aussi j'ai de merveilleux souvenirs de mes deux mamy une auvergnate qui faisait si bien les confitures, la potée,ses tartes aux pommes ...et mon autre mamy était italienne elle nous cuisinait ses raviolis maison et une sauce hhummmmm meme le papy s'y mettait, si l'on pouvait revenir en arrière!heureusement les souvenirs restent!

~~ Kri ~~ 25/10/2008 21:54

Plein de charme et d'authenticité dans ce récit

cristina 25/10/2008 20:42

Très touchant ton billet de ce jour.Bon dimanche,bisous,

mémé 25/10/2008 18:58

merci mon Jupi! c'est toujours un honneur! et merci aussi pour les gentils commentaires! bisous à tous! mémé mounico

applemini 25/10/2008 18:32

j'adore la gelée de coings, la pâte de coings aussi.J'ai un souvenir de jolies photos de tes pâtes à toi Jupi, je crois même me souvenir que les coings, tu étais allé les voler! non?

CATALANE 25/10/2008 17:44

Bien belle cette histoire si bien racontée par Mémé Mounic ! Plein de bisous à toi.

Eduenne 25/10/2008 14:55

Bonjour tout le monde et not' JupiMerci double pour l'excellente recette naturellement et parce que Mémé Mounic m'a rappelé la petite fille d'il y a 69 ans qui regardait sa Mémé à elle confectionner cette fameuse pâte de coings : ses cheveux avaient la couleur des nuages du ciel d'été et son tablier avait celle des yeux de mon Parrain, mon grand'père, cette teinte bleu foncé que je n'ai jamais retrouvée chez d'autres personnesBonne après-midi.

:0091: Lili-Flore :0010: 25/10/2008 14:46

c'est superbement conté, adorable mais ne ferai pas cette recette trop de sucre. Grosses bises du jour, le soleil est en train de se lever, il était temps.

mariefrance.thiery@neuf.fr 25/10/2008 11:26

Ces transmissions orales de génération en génération sont magnifiques, il faut les préserver, c'est notre culture. Je ne m'en rendais pas compte quand j'étais plus jeune et maintenant j'en comprends toute l'importance. J'ai eu des coings pour la première fois cette année, j'en ai fait du confit, mais je testerai la pâte de coings l'année prochaine si la cueillette est bonne, car c'est vraiment un délice.Bon dimanche,

cricridamour :0025: 25/10/2008 11:06

coing coing,mais c'est une belle histoire contée par mounic;moi j'adorais mes grands mèresque de bons souvenirs, elles étaient adorables,bon les pépères aussi quand mêmeBises

100%Gourmande 25/10/2008 10:05

A la transmisson familiale : J 'adore ...C 'est pourquoi je veux montrer ce que je fais à mes enfants afin qu'ils gardent ses souvenirs que l'on garde en soi et qui font que nous sommes ce que nous sommes ...

Véronique 25/10/2008 09:39

Quelle jolie histoire, à lire comme à déguster. Merci.

lizagrece 25/10/2008 09:16

Grâce à toi elle est toujours là ta Mémé ... Je l'imagine dans sa cuisine ... Elle t'a transmis un beau patrimoine : la langue Provençale et les recettes de cuisine, le goût des bonnes choses ...C'est moins bling-bling qu'un yacht ou un château mais plus sûr que les stocks-option ... Et c'est tellement plus précieux !LIZAGRECE

bunny le cht 25/10/2008 07:49

salutj'adore ce que j'aime le plus avec le coing c'est la gelée surtoutr quand on y ajoute du miel des vosgesbonne journée

biker06 25/10/2008 07:46

et oui ! c'est la saison des coings , tout le monde fait sa confiture !!bon week endpat

Francoise du Var 25/10/2008 07:30

Miam miam la pate de coings, quelle merveille, c'est vrai que c'est la fête du coings chez toi..... pour les photos je n'ai pas pris toutes les roches mais principalement une énorme, et l'intérieur de la piscine avec les traces de ces roches cassés au brise roches, je t'en enverraiBisousFrançoise

françoise 25/10/2008 06:56

A lire çà, j'ai l'odeur des coings qui cuisent, huummm c'est si bon la pâte de coings maison ! bises, bon Wefrançoise

Béa 25/10/2008 06:47

Quelle belle histoire, on croirait te voir avec ta mémé dans la cuisine avec l'odeur en plus. Bisous et bon samedi.

:0014::0010:dom:0075: 25/10/2008 06:34


Bonjour,merci pour ces explications car j'ai voulu en faire, l'an dernier, et c'était plutôt raté ...Bisoux frisquets.


André Bouchaud 25/10/2008 05:53

Coucou Le Beauf que ton histoire est belle et surtout chargé e d'émotions je n'est pas eu la joie étant petit d'avoir une Mamy comme on dit, mais j'ai souvent pu profiter de l'aubène de celles des copins et oui elles ce ressemblent toutes et de la patte de going j'en ai mangé autantque mes pots Hii!! bisssssssousa vous deux et Bon W-K mARIE d2D2.

Marc Vincent 25/10/2008 02:17

MERCI JUPITER, TES BILLETS SONT TOUJOURS UN RÉGAL, À LIRE ET À RELIRE.
EN AMÉRIQUE NOUS TOURNONS LES *COINGS* ROND. ET PUISQU'IL N'EN POUSSE PAS CHEZ NOUS, ON SE CONTENTE DE GELÉE DE POMMETTES OU DE CANNEBERGES... (OH-LA-LA, UN NOUVEAU MOT, CHERCHEZ CHE WIKIPÉDIA...)
L'AUTRE TRUC À EXPLOITER, CE QUI ME RAPPELLE MON VIEUX PATRIMOINE HISTORIQUE, EST DE PENDRE DANS LA CHEMINÉE DE MÉMÉ , NON PAS LE TARTUFFE QUE JE N'OSE NOMMER, MAIS PLUTOT UNE BARDE DE PORC, OU DE CANARD , QUI SE PARFUMERA ASSEZ RAPIDEMENT D'UNE SAVEUR DE FUMÉE. ASSEZ RAPIDE LE TRAITEMENT, AUTREMENT LE MORCEAU SERA BON À VENDRE AUX ALPINISTES EN MANQUE DE CHAIR DÉSHYDRATÉE...

Marc Vincent 25/10/2008 02:14

MERCI JUPITER, TES BILLETS SONT TOUJOURS UN RÉGAL, À LIRE ET À RELIRE.
EN AMÉRIQUE NOUS TOURNONS LES *COINGS* ROND. ET PUISQU'IL N'EN POUSSE PAS CHEZ NOUS, ON SE CONTENTE DE GELÉE DE POMMETTES OU DE CANNEBERGES... (OH-LA-LA, UN NOUVEAU MOT, CHERCHEZ CHE WIKIPÉDIA...)
L'AUTRE TRUC À EXPLOITER, CE QUI ME RAPPELLE MON VIEUX PATRIMOINE HISTORIQUE, EST DE PENDRE DANS LA CHEMINÉE DE MÉMÉ , NON PAS LE TARTUFFE QUE JE N'OSE NOMMER, MAIS PLUTOT UNE BARDE DE PORC, OU DE CANARD , QUI SE PARFUMERA ASSEZ RAPIDEMENT D'UNE SAVEUR DE FUMÉE. ASSEZ RAPIDE LE TRAITEMENT, AUTREMENT LE MORCEAU SERA BON À VENDRE AUX ALPINISTES EN MANQUE DE CHAIR DÉSHYDRATÉE...