Les tourtons du Champsaur (ou la Fée Tourtonnette)

Publié le 4 Décembre 2010

Non mais ! Franchement vous alliez croire que j'allais mettre cette recette secrète non !

 

 

Cette nouvelle rafraîchissante n'a pas été écrite par himself évidemment, mais pour moi, na rien que pour moi, par Tantine. Donc certains paragraphes seront "zappés" C'est une fidèle amie du champsaur, heu la même qui se perd en cherchant des sanguins qui m'a écrit cela et bien d'autre petits morceaux de ma  vie d'avant

 

Elle ne va sans doute pas apprécier que je publie cela mais c'est si gentillet et en plus comme je ne veux plus écrire d'article , vu ......que .....je .....n'ai plus de cuisine, et bé je me débrouille avec des archives secrètes

 

Ok ce ne sont pas celles de la Stasi ni celle du Vatican, loin de là , se sont les archives d'une partie de mon enfance et adolescence.

 

Je profite de son départ en vacances pour diffuser temporairement ce petit récit, si celui-ci disparaît dans peu de temps ne vous étonnez pas.

Voila vous savez presque tout, le reste il faudra que vous le deviniez

 


 
 

 

 

 

  LA FEE TOURTONNETTE

 

4h30

 

Patrick comprit que cette nuit encore il ne dormirait pas.

 Pas plus que les nuits précédentes.

Telle une toupie, il tournait et se retournait dans son lit.

Sa vie défilait en une suite de souvenirs confus qu'il ne pouvait contrôler.

Et ce satané vieux réveil qui faisait un tic-tac d'enfer, l'horripilait. Il devait s'en débarrasser depuis longtemps, mais n'arrivait jamais à s'y résoudre, tant il détestait jeter les choses qui pouvaient encore bien servir.

Des réflexes et des comportements des années 70, où les maîtres mots étaient, décroissance, peace and love, libertad. Ces belles années de joie où il circulait dans sa vieille 2CV décapotée, ses longs cheveux flottant au vent, ses chemises à fleurs et ses pantalons pattes d'éph' qui séduisaient toutes les jolies auto-stoppeuses rencontrées sur sa route.

 

Elles devenaient toutes émoustillées, quand Patrick leur répondait: yes I 'm going to Saint-tropez !

 

Elles étaient si belles, si douces et si consentantes, et ne demandaient qu'à faire lui donner du plaisir. (je relis en même temps, raaa elle y va fort, je vais finir gigolo)

 

5h00 

Trop de pensées se bousculaient maintenant dans sa tête, des amis trop tôt diparus, un mal être permanent, des tourments, des fièvres, de mauvaises analyses sanguines. 

Il réalisait au cours de ses nuits sans sommeil, des recettes qu'il avait tant de plaisir à transmettre à son entourage. Des pâtés, des saucisses, des confiseries, des conserves, le tout provenant exclusivement de son terroir.

 

Son épouse se désolait de tout ce gras, ces éclaboussures sur les murs, toutes ces miettes, ces casseroles et plats noircis, et n'avait de cesse que tout ne redevienne rutilant, bien astiqué et bien briqué.

Patrick n'en avait cure et continuait inlassablement de frire, cuire, ébouillanter, brider, et rissoler.

Le réveil indiquait 5h20.

Un pâle rayon de lumière commençait à s'accrocher aux voilages.

Il tentait de suivre les conseils d'une amie sophrologue: respire profondément et lentement, chasse les mauvaises pensées, visualise des champs de fleurs dans lesquels s'ébattraient de jolies jeunes filles, semblables à celles qui ont fait la gloire de David Hamilton.

Mais rien de tout cela ne favorisait l'endormissement, rien.

Il aurait pourtant été facile d'envoyer la main vers la boîte de Lexomil, mais Patrick avait lu les effets indésirables et cela l'inquiétait.

Un timide rayon de clarté transperçait maintenant la douce pénombre.

 

5h30.

 

Pendant que Patrick s'enfonçait dans une douce torpeur, des souvenirs plus lointains encore le plongèrent dans un nuage de coton blanc, blanc comme la neige, de gros flocons si gros, si doux, les flocons de sa belle enfance à la montagne .

Oh ! La délicieuse odeur qui parvient maintenant à ses narines.

Le voilà redevenu ce petit garçon qui doit braver l'intempérie pour se rendre à son école, il a si froid aux cuisses dans son petit pantalon trop léger, ses chaussures de cuir prennent l'eau, il tape l'un contre l'autre ses petits pieds gelés.

Il revoit bien cette rue de G... cet atelier de cuisine où il s'arrêtait tous les matins, qui sentait si bon et où il pouvait réchauffer ses mains glacées.

La patronne lui disait souvent: "Tu en veux un, de tourton, mon petit Patrick ?

- Oh oui ! Madame ! répondait-il avec bonheur, je le garderai jusqu'à la récréation de 10 heures.

Et il se régalait d'avance, se voyait déjà croquer le chausson tiède et doré, que les bons chrétiens appellent aussi le "coussin de Jésus"

Patrick dormait maintenant et rêvait. Il revoyait les grandes friteuses ou bouillonnaient les carrés de pâte farcis à la purée, au fromage, aux pommes en dégageant des vapeurs et des brumes si odorantes.

Il aurait aimé rester là tout le jour, dans cette moiteur, à regarder la jolie dame toujours souriante qui agitait ses mains et son corps comme si elle exécutait une danse, un ballet. Elle égouttait les tourtons avec son écumoire, puis les posait sur un papier sulfurisé et puis vite en replongeait d'autres dans la friture bouillonnante.

Elle était jolie la dame des tourtons, avec son tablier en broderie anglaise blanche et ses bras roses qui s'agitaient, qui s'agitaient.....

Le sommeil de Patrick devenait de plus en plus profond.

Il rêvait.

 La belle dame des tourtons était maintenant tout près et penchait sa tête vers lui.

Il ne la reconnut pas tout de suite. Elle était toute nimbée de lumière et portait un chapeau pointu d'où s'échappaient des fils d'or. Une fée peut-être ? La fée des tourtons ? Elle se mit à parler:

 

- Patrick, mon enfant, m'entends-tu ?

 

- Oui, Madame.

 

- La veux-tu la recette des tourtons ?

 

- Oh oui Madame, j'attends depuis si longtemps.

 

- Alors je vais te la donner, écoute bien, c'est la vraie, l'authentique, tu pourras la transmettre à ta descendance. Mais il te faudra acquérir un bon savoir-faire. Cette recette que tu as tant attendue, me vient de ma mère qui l'avait eu de sa mère à elle.

 

- Et vous madame, vous n'avez jamais eu d'enfant ?

 

- Non, mon petit Patrick, c'est un peu toi mon enfant

 

- Maintenant écoute moi bien:

 

Pour en faire 80 ou 100, il te faudra aller voir le meunier et lui demander

 

1kg de farine

 

Puis tu iras à la ferme et tu demanderas 200 gr de beurre un peu d'Astra tiède (!) et 2 oeufs.

 

Tu mettras du sel, de l'eau tiède et tu pétriras le tout.

 

La pâte devra être souple, et s'il le faut tu rajouteras de l'eau tiède

 

Tu laisseras reposer au moins 2 heures.

 

Tu étendras finement en grands carrés ou rectangles, en veillant à ce que la pâte ne colle pas.

 

Pendant le repos de la pâte, tu auras fait frire dans l'huile, des poireaux émincés vert ou blanc peu importe.

 

Tu auras fait cuire des pommes de terre, puis les auras écrasées, puis mélangées avec les poireaux et l'huile qui en aura pris le parfum.

 

Il te suffira de poser des petits tas de cette pâte en rangées régulières sur la feuille de pâte, puis de recouvrir avec une autre feuille.

 

Tu appuieras fermement du tranchant de la main pour faire tes rangées, puis tu pourras utiliser la roulette pour découper en jolis carrés.

 

C'est le principe des raviolis que l'on fabrique dans les pays chauds, mais tu les connaîtras un jour, toi aussi.

Tu plongeras tes petits coussins dans une belle friture, et tu veilleras à ce qu'ils soient à peine dorés.

 

Rappelle toi, mon enfant, que j'en faisais aussi aux épinards, au fromage, aux pruneaux, à la confiture.

Lorsque Patrick se réveilla 10 heures et quelques plus tard, il sut seulement qu'il avait très bien dormi et qu'il se sentait enfin heureux.

 

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existées ne serait que pure coïncidence.

 

 

 

tourtons tourtons tourtons

 

 

 


Avez vous aimé ? moi beaucoup mais me file un coup de cafard tout de même, que de souvenirs tout de même, cela fait du bien et du mal en même temps

Quelle belle écriture et facilité  elle a notre Tantine

 

bisous à toutes et tous

 

 

Rédigé par jupiter

Publié dans #Entrée chaude

Commenter cet article

mounic 09/12/2010 17:02



bé heureusement que t'es pas marylin! tu serais mort, couillon! bisous venteux!



mounic 07/12/2010 13:18



mais kés tu fous à 3 hdu mat' sur les blogs! file au lit, que tu vas aganter!!!!bisous de mémé



jupiter 09/12/2010 05:20



bé je me "réveille" à 3 heures du mat, que veux tu , rien n'y fait, je vais pas manger un tube de somnifère non


chui pas marylin moâ



Fanny 06/12/2010 19:51



C'est une bien belle mais bien triste histoire tout de même Jupiter ! je comprends bien que ça vous fasse du mal aussi... gardez-en les belles choses... aaaaah... que de nostalgie à l'arrivée de
Noël... vivement le Printemps ! je préfère ! Bonne soirée, courage et ne nous oubliez pas... gros bisous



jupiter 07/12/2010 03:46



merci Fanny,


ce Noël va être assez dur en effet, ce n'est pas une fête pour moi, et cela deviens de plus en plus compliqué d'année en année


bisous



michelotte 06/12/2010 17:04



bonjour Patou: comment vas-tu ?...


moi sa va pas trop (mes vertiges)


je voulais te piké la recette de tes tourtons mais impossible.Ils mon l'aire bien bon et croistillant.


calin de Michelotte



jupiter 07/12/2010 03:59



et bien j'ai des vertiges aussi qui ne veulent pas partir, et bien d'autres choses pas très "cool"


voici la recette


 


 


Pour en faire 80 ou 100, il te faudra aller voir le meunier et lui demander


 


1kg de farine


 


Puis tu iras à la ferme et tu demanderas 200 gr de beurre un peu d'Astra tiède (!)
et 2 oeufs.


 


Tu mettras du sel, de l'eau tiède et tu pétriras le tout.


 


La pâte devra être souple, et s'il le faut tu rajouteras de l'eau tiède


 


Tu laisseras reposer au moins 2 heures.


 


Tu étendras finement en grands carrés ou rectangles, en veillant à ce que la pâte
ne colle pas.


 


Pendant le repos de la pâte, tu auras fait frire dans l'huile, des poireaux
émincés vert ou blanc peu importe.


 


Tu auras fait cuire des pommes de terre, puis les auras écrasées, puis mélangées
avec les poireaux et l'huile qui en aura pris le parfum.


 


Il te suffira de poser des petits tas de cette pâte en rangées régulières sur la
feuille de pâte, puis de recouvrir avec une autre feuille.


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 





 


Tu appuieras fermement du tranchant de la main pour faire tes rangées, puis tu
pourras utiliser la roulette pour découper en jolis carrés.


 


C'est le principe des raviolis que l'on fabrique dans les pays chauds, mais tu les
connaîtras un jour, toi aussi.


Tu plongeras tes petits coussins dans une belle friture, et tu veilleras à ce
qu'ils soient à peine dorés.


 


Rappelle toi, mon enfant, que j'en faisais aussi aux épinards, au fromage, aux
pruneaux, à la confiture.


Gros bisous



Julima 06/12/2010 16:55



Youhouhou cher Jupi :0010:


tout plein de neige sur Minouland et toujours rien sur le blog mais... je résiste ! ^^
Je concocte un mini-article sur le calendrier des sapeur-pompiers 2011, le temps de recharger l'appareil photo... etc...


bizz bisous ronronrons
yours ever


Julima



jupiter 07/12/2010 04:01



il faut résister, je suis sûr que cela sera une raticle sympa avec de la neige autour, hi


ici 1 delie cm c'est tout mais une temps de cochon qui ne facilite pas la cueillette des olives


bisous



Liliane 05/12/2010 12:25



Tu es encore au lit mon Jupi ? Tu vas bien ? On s'inquiète tous pour toi...
Je fais "tes" "casse-dents" aujourd'hui ! Je t'enverrai des photos s'ils sont beaux !
Gros bisous beaucoup...



jupiter 07/12/2010 04:24



oui, et hier aussi,


il faut à tout prix que je sache ce que j'ai


mais est ce que je veux vraiment le savoir , ça c'est une autre histoire


 


gros bisous



René l'anchois. 05/12/2010 12:17



Bon dimanche à tous surtout à toi jupi.



jupiter 07/12/2010 04:25



merci René, que ta semaine soit "tranquille"



isdael 05/12/2010 10:50



Merci à la TANTINE quel bon moment !!!!!bizzzzzzzz






jupiter 07/12/2010 04:26



merci Isdael,


aujourd'hui une autre page  écrite pas tantine


à bientô



cricri d amour :0025: 05/12/2010 10:47






 


Un bel article sur Cotignac,


ce matin dans la Provence.



jupiter 07/12/2010 04:35



bon je vais voir si c'est possible d'y accéder


 


j'ai point trouvé peux tu me mettre le lien direct; merci


bises



lasidonie 05/12/2010 09:44



Bien longtemps sans apparaitre ici, comme ailleurs, et puis la nostalgie des effluves de terroirs, matinées de brins de pagnolade, m'y ramène pour retomber en nostalgie ! Oh  oui qu'elle est
belle l'écriture de tantine, elle va droit où ça fait à la fois mal et bien...comme le temps qui passe et donne parfois envie de jeter la montre avec l'eau des mauvais jours. Yes i have
been...and now ? what ?...


Désolée que les tourtons ne puissent répondre au "what"...mais j'aime bien qd même



jupiter 07/12/2010 04:40



et oui, "What Now"


Nothing....juste des souvenirs pour aiser à vivre


merci Lasidonie



cricri d amour :0025: 05/12/2010 08:17






Bon alors, par ce beau temps


que va faire notre bon Jupi ?


Bises



jupiter 07/12/2010 04:41



quel beau temps ?


ici pas beau temps, on se bronze pas la pillule comme dans le 13


bises itou



:0014: ♥ dom ♥ 05/12/2010 08:16



Belle histoire mais elle n'a pas un peu "embelli" la réalité ???
OK, je sors ...


Bon dimanche ! Bisoux et clics








jupiter 07/12/2010 04:41



ben non , c'était comme ça ou presque


bisoux il flotte



mado 04/12/2010 20:58



Oh Jupiter, t'es passé où que tu n'as répondu à personne aujourd'hui. Nostalgie, attention, elle est mauvaise conseillère. Arrivée vers nos âges, je ne crois pas qu'il y ait de jeunots par là, ou
en tous cas pas beaucoup, nous avons tous des raisons de croire qu'on aurait pu faire autre chose. Mais... nous avons fait des choix, ou la vie nous les a imposés, et on ne peut pas vivre
plusieurs vies en même temps. Donc, avançons. Bouilloire bavarde, je vais souvent sur ton site, je prends part à ta peine, c'est la seule qui soit inguérissable, la perte d'un être cher. Bon
courage quand même et fêtes quand même Noël pour les autres, ils y ont droit. Bonne nuit, y compris pour les insomniaques. Surtout pas de tilleul longuement infusé le soir, pas plus de 3 minutes,
sinon il empêche de dormir.



jupiter 07/12/2010 04:44



ba, je répons à retardement Mado


has been, has been, voila à qoui on pense, et cela en effet peut faire mal, mais faut il enterrer les souvenir de jours heureux !


 


je vivrais une utre vie au paradis ou en enfer que sais je !


pas de tilleul mais du chimique qui ne fait rien non plus



bouilloire bavarde 04/12/2010 18:22



l'insomnie est ma vieille compagne depuis des décennies, j'ai appris à la dompter mais pas à la soigner je dors 2 à 3 heures par nuit et ce depuis que je suis toute petite, alors j'ai
appris à agir plutôt que de la subir, j'ai lu et relu tous les bouquins qui peuplent mon énorme bibliothèque, j'ai cuisiné, déménagé des meubles en pleine nuit j'ai rêvé aussi , je regardais
émerveillée dormir mes petits , je me couchais souvent prés d'eux en essayant de respirer à  la même cadence qu'eux en pensant qu'ils allaient m'emporter dans leur sommeil d'enfant.mais elle
est la plus forte, j'ai beaucoup écris aussi la nuit, ton histoire te replonge dans des moments heureux de ton enfance, c'est elle qui nous forge notre caractère, la belle fée des tourtons reste
dans ton coeur d'enfant, à l'approche de Noël on a tous une raison d'être un peu triste, certains êtres chers nous manquent et je sais de quoi je parle, chaque
année quand il faut aller acheter les jouets de mes petits-enfants cela m'attriste énormément car j'achéte 4joujoux et pas cinq car le cinquiéme ne sert plus à  rien,la destinatire n'est
plus là pour l'apprécier, il y a sept ans qu'elle nous a quitté, alors tu vois ce n'est pas Noël pour tout le  monde.


je t'embrasse mon cher Patrick bien affectueusement en espérant que ce passage à vide va vite te quitter, car ici tes fidéles lecteurs comptent sur toi pour les distraire de leurs soucis
ou de leurs chagrins.



jupiter 07/12/2010 04:48



triste histoire que tu le comptes là, et cycliquement celle ci revient , ma pauvre !


Ba tu sais ce passage à vide est induit par beaucoup de choses, je traine u gros sacs de nuages noirs sur ma tête en ce moment, j'espère qu'un bon coup de soleil et un peu de vent chassera tout
cela


 


bises et mille merci



Liliane 04/12/2010 16:42



C'est une bien jolie histoire... Si on pouvait retourner au temps des jours heureux de notre enfance et refaire notre vie avec tout ce qu'elle nous a appris... On est plus riche qu'avant avec nos
expériences, et on aurait maintenant toutes les clés de la réussite pour une superbe vie...


J'aimerais quand même la recette et si les casseroles et les murs sont sales, ben on s'en fiche on fera le ménage un autre jour !


Gros bisous mon Jupi.



jupiter 07/12/2010 04:51



houlala, il ne faut pas parler de ménage ici où la moindre particule y est chassée tous les jours


voici la recette


 


Pour en faire 80 ou 100, il te faudra aller voir le meunier et lui demander


 


1kg de farine


 


Puis tu iras à la ferme et tu demanderas 200 gr de beurre un peu d'Astra tiède (!)
et 2 oeufs.


 


Tu mettras du sel, de l'eau tiède et tu pétriras le tout.


 


La pâte devra être souple, et s'il le faut tu rajouteras de l'eau tiède


 


Tu laisseras reposer au moins 2 heures.


 


Tu étendras finement en grands carrés ou rectangles, en veillant à ce que la pâte
ne colle pas.


 


Pendant le repos de la pâte, tu auras fait frire dans l'huile, des poireaux
émincés vert ou blanc peu importe.


 


Tu auras fait cuire des pommes de terre, puis les auras écrasées, puis mélangées
avec les poireaux et l'huile qui en aura pris le parfum.


 


Il te suffira de poser des petits tas de cette pâte en rangées régulières sur la
feuille de pâte, puis de recouvrir avec une autre feuille.


 


Tu appuieras fermement du tranchant de la main pour faire tes rangées, puis tu
pourras utiliser la roulette pour découper en jolis carrés.


 


C'est le principe des raviolis que l'on fabrique dans les pays chauds, mais tu les
connaîtras un jour, toi aussi.


Tu plongeras tes petits coussins dans une belle friture, et tu veilleras à ce
qu'ils soient à peine dorés.


 


Rappelle toi, mon enfant, que j'en faisais aussi aux épinards, au fromage, aux
pruneaux, à la confiture.


Lorsque Patrick se réveilla 10 heures et quelques plus tard, il sut seulement
qu'il avait très bien dormi et qu'il se sentait enfin heureux.



Le Bigorneau Masqué 04/12/2010 15:28



Coucou mon ty Jupi


J'aime beaucoup ce "conte" de Tantine.


Comme nous tous, sur ce blog, elle t'aime beaucoup et  elle sait te le dire merveilleusement bien.


Je t'embrasse affectueusement ; Porte toi bien, Betty



jupiter 07/12/2010 04:54



oui , elle écrit toujours des choses justes


et puis avoir habité un même village "oui st tropez  est un village l'hiver" elle sais ce qu'il me manque dans mes collines


grosses bises


patrick



bruno 04/12/2010 14:59



super bravo  de faire monter nos souvenirs d'enfance et plus  bruno



jupiter 07/12/2010 04:55



mais c'est Tnatine qu'il faut féliciter


dur quelquefois les souvenirs !



marithe 04/12/2010 14:38



on voit rien de la recette mon jupinou  tu l'a surlignée en grenat  ..donc  faut  selectionner pour la voir  ..


 


dis donc   tu devais être la coqueluche de st  trop mon jupinou ??   ah  c'était la belle vie ..


 


au fait   t'inquiete pas pour  les casseroles et compagnie, chque année, elle piue sa crise  hihi...  nous les femmes on est des casse ..burettes   je reconnais


 


gros bisous  mon jupinou ..



jupiter 07/12/2010 04:57



voila la recette Marithé


 


cela va plus loin que casse burette tu sais, c'est méchant, très méchant, pgffff, j'en peux plus


roooo bisous


 


Pour en faire 80 ou 100, il te faudra aller voir le meunier et lui demander


 


1kg de farine


 


Puis tu iras à la ferme et tu demanderas 200 gr de beurre un peu d'Astra tiède (!)
et 2 oeufs.


 


Tu mettras du sel, de l'eau tiède et tu pétriras le tout.


 


La pâte devra être souple, et s'il le faut tu rajouteras de l'eau tiède


 


Tu laisseras reposer au moins 2 heures.


 


Tu étendras finement en grands carrés ou rectangles, en veillant à ce que la pâte
ne colle pas.


 


Pendant le repos de la pâte, tu auras fait frire dans l'huile, des poireaux
émincés vert ou blanc peu importe.


 


Tu auras fait cuire des pommes de terre, puis les auras écrasées, puis mélangées
avec les poireaux et l'huile qui en aura pris le parfum.


 


Il te suffira de poser des petits tas de cette pâte en rangées régulières sur la
feuille de pâte, puis de recouvrir avec une autre feuille.


 


Tu appuieras fermement du tranchant de la main pour faire tes rangées, puis tu
pourras utiliser la roulette pour découper en jolis carrés.


 


C'est le principe des raviolis que l'on fabrique dans les pays chauds, mais tu les connaîtras un jour, toi
aussi.


Tu plongeras tes petits coussins dans une belle friture, et tu veilleras à ce qu'ils soient à peine
dorés.


 


Rappelle toi, mon enfant, que j'en faisais aussi aux épinards, au fromage, aux pruneaux, à la
confiture.


Lorsque Patrick se réveilla 10 heures et quelques plus tard, il sut seulement qu'il avait très bien dormi et
qu'il se sentait enfin heureux.



mounic 04/12/2010 13:29



bé! heureusement que je l'aais relévée ,la recette! ouf! la voilà barrée de rouge! on est beaux! ma Biche, t'es pas eul à aller mal! ici ça pète pire que les jours de chavanne!!!en plus je ne
sens plus mes mains, à cause des olives! je ne dors plus! même avec les cachets!


Si tu trouves deux autres comme nous, on joue a la belote ,la nuit venue!!!courage ma biche! et gros bisous !mémé



jupiter 07/12/2010 05:02



je crois que les insomniaques dont légions sur ce blog


on va pouvoir faire un loto peut être


 


gros bisous et bois un demie de gnôle ça fait dormir à coup sûr



Marichante 04/12/2010 13:07



Merci pour la recette des tourtons. Mes petits-enfants vont adorer. Par contre je compte sur toi pour convaincre Tantine du Champsaur de te communiquer la recette des patates à la champsaurine.


Qu'est-ce qui arrive à ta cuisine ? Bisous





 



jupiter 07/12/2010 05:00



je l'ai questionner "au fer rouge"  nenni elle ne sais pas au juste il va falloir qu'elle revienne dans une semaine de son jéjour chépazou et qu'elle demande


patience


ma cuisine ? ba ma femme à un toc "ménage" alors il ne faut rien salir, durd dur


bisous



Véga 04/12/2010 12:46



Bonjour Jupi, Ha non tu ne vas pas nous priver de tes écrits, ce n'est pas permis une chose pareille; et nous alors qu'allons nous devenir .... de pauvres petits enfants abandonnés dans la
noirceur de la non connaissance de ces choses que tu pourrais nous faire découvrir avec tant de bonheur! Oui la vie est parfois bien difficile, mais il reste toujours un petit rayon de soleil
quelque part, à nous de le découvrir.


La champsaur... fin des années 60 j'y ai passé ce qui fut mes plus belles vacances avec une troupe d'amis... nous nous sommes un peu, beaucoup perdus de vue depuis hélas, la vie est ainsi faite.
Dommage que je ne puisse découvrir cette recette........


Ici dans le nord du nord.......... il neige, il fait trèèèès froid!



jupiter 07/12/2010 05:10



houla le nord du nord, c'est froid ça !


je cherche un rayon de soleil  mais c'est tout gris , les nuages gris et noirs me suivent et ne me lâchent pas


voici la recette


 


 


 


Pour en faire 80 ou 100, il te faudra aller voir le meunier et lui demander


 


1kg de farine


 


Puis tu iras à la ferme et tu demanderas 200 gr de beurre un peu d'Astra tiède (!)
et 2 oeufs.


 


Tu mettras du sel, de l'eau tiède et tu pétriras le tout.


 


La pâte devra être souple, et s'il le faut tu rajouteras de l'eau tiède


 


Tu laisseras reposer au moins 2 heures.


 


Tu étendras finement en grands carrés ou rectangles, en veillant à ce que la pâte
ne colle pas.


 


Pendant le repos de la pâte, tu auras fait frire dans l'huile, des poireaux
émincés vert ou blanc peu importe.


 


Tu auras fait cuire des pommes de terre, puis les auras écrasées, puis mélangées
avec les poireaux et l'huile qui en aura pris le parfum.


 


Il te suffira de poser des petits tas de cette pâte en rangées régulières sur la
feuille de pâte, puis de recouvrir avec une autre feuille.


 


Tu appuieras fermement du tranchant de la main pour faire tes rangées, puis tu
pourras utiliser la roulette pour découper en jolis carrés.


 


C'est le principe des raviolis que l'on fabrique dans les pays chauds, mais tu les connaîtras un jour, toi
aussi.


Tu plongeras tes petits coussins dans une belle friture, et tu veilleras à ce qu'ils soient à peine
dorés.


 


Rappelle toi, mon enfant, que j'en faisais aussi aux épinards, au fromage, aux pruneaux, à la
confiture.






Annie 04/12/2010 12:20



Dommage pour la recette,mais ça a l'air compliqué à faire tout de même


Ce matin,je me suis "décarcassée" :j'ai fait deux tourtieres(pourtant je ne suis pas en grande forme)pour les chasseurs,car demain ils vont à la chasse aux faisans et après ils vont faire un bon
gueuleton.Ils m'ont invité,mais il est plus raisonnable que je reste à la maison ,car il fait trés froid


Je vous souhaite de meilleures pensées,la vie est belle!


Vos amis anonymes sont là et vous aiment beaucoup



jupiter 07/12/2010 05:05



oui il vaut mieux reter à la maison lorsque ce froid pique autant


voici le recette très simple qmias qu'il faut bien respecter


 


 


 


Pour en faire 80 ou 100, il te faudra aller voir le meunier et lui demander


 


1kg de farine


 


Puis tu iras à la ferme et tu demanderas 200 gr de beurre un peu d'Astra tiède (!)
et 2 oeufs.


 


Tu mettras du sel, de l'eau tiède et tu pétriras le tout.


 


La pâte devra être souple, et s'il le faut tu rajouteras de l'eau tiède


 


Tu laisseras reposer au moins 2 heures.


 


Tu étendras finement en grands carrés ou rectangles, en veillant à ce que la pâte
ne colle pas.


 


Pendant le repos de la pâte, tu auras fait frire dans l'huile, des poireaux
émincés vert ou blanc peu importe.


 


Tu auras fait cuire des pommes de terre, puis les auras écrasées, puis mélangées
avec les poireaux et l'huile qui en aura pris le parfum.


 


Il te suffira de poser des petits tas de cette pâte en rangées régulières sur la
feuille de pâte, puis de recouvrir avec une autre feuille.


 


Tu appuieras fermement du tranchant de la main pour faire tes rangées, puis tu
pourras utiliser la roulette pour découper en jolis carrés.


 


C'est le principe des raviolis que l'on fabrique dans les pays chauds, mais tu les connaîtras un jour, toi
aussi.


Tu plongeras tes petits coussins dans une belle friture, et tu veilleras à ce qu'ils soient à peine
dorés.


 


Rappelle toi, mon enfant, que j'en faisais aussi aux épinards, au fromage, aux pruneaux, à la
confiture.


Lorsque Patrick se réveilla 10 heures et quelques plus tard, il sut seulement qu'il avait très bien dormi et
qu'il se sentait enfin heureux.


 



Rosedesneiges 04/12/2010 11:15



bonjour Jupi.J'ai bien aimé ton histoire ,elle t'a peut être mis encore plus nostalgique mais je suis sûr que tu te sens mieux aujourd'hui.On dit qu'il faut écrire pour évacuer.Par contre je te
donnerais des cours de sophro pour que tu te rendormes plus vite ,à mon prochain passage à cotignac.Mon mari connait bien les tourtons du champsaur ,puisqu'il est de la région del a Mure d'isère
.Ce qui ressemble un peu ce sont les oreilles d'ânes ,de la Région d e St Firmin c'est très bon.


Allez jupi respires un bon coup ,celà détend et ne nous quittes pas comme disait Le grand Brel


bisous ensoleillés mais hyper glacés


rosedesneiges



jupiter 07/12/2010 05:14



se sont des écrits de Tantine, pas les miens, comme ceux de l'article de ce mardi


 


la Mure et st Firmin à ame dit quelque chose, je n'ai jamais mangé d'oreilles d'ânes , pourtant je sais que c'est une spécialité


mais tu sais je n'y suis pas remonté deouis des décennies


 


aujourd'hui mardi, il fait sombre et la pluie sera encore au RDV


la T° remonte par contre


gros bisous



gisou 04/12/2010 11:08



C'est vrai que les souvenirs font à la fois tant de bien et peuvent être tout aussi douloureux quand rien ne va plus..on voudrait retourner dans l'enfance mais quelque fois s'il fallait revivre
sa vie....on n sait pas toujours si on recommencerait....Mais il faut garder l'espoir....la vie réserve parfois des surprises...même quand on n'y crois plus   bon courage Jupi(je me
permets)


tenez bon!!!!!!!Gisou.



jupiter 07/12/2010 05:17



oui on se racroche à ce ui était les temps heureux


en tout cas je ne crois plus en rien , ni bon ni mauvais, quelquefois on se roue eboule et on attend, Quoi? je n'en sais rien


merci Gisou



René l'anchois 04/12/2010 09:50



Bonjour Jupi.


Ben, tu me rends nostalgique et en plus comme l'approche des fêtes me donnent le bourdon......J'aimerai me réveiller au 3 janvier .


Tu parles d'arrêter. C'est interdit même d' y penser. Tu dis toi-même qu'en ce moment c'est ton seul moyen d'évasion alors !! Personne n'est indispensable, d'accord mais Jupi, n'oublies pas que
tu est sans cesse imité mais jamais égalé et que tu es le rayon de soleil de beaucoup d'entre nous.


Ton récit ( de tantine ) part  sur une période de ta vie à laquelle nous aimerions tous revenir,l'école, où quand nous y allions , nous disions bonjour à tous le monde et pouvions parler
avec les anciens qui savez qui nous étions et connonnaisez tous nos parents.C'était la vie, la vraie sans télé , sans téléphone portable mais avec des livres et les histoires qui se
transmettaient de générations en générations.On jouait dehors avec des copains sans attraper de rhume ou si peu au lieu de rester sur sa play station.C'est le coucher de soleil qui nous disait
qu'il fallait rentrer à la maison.


Enfin, on vivait sainement et simplement pour la plupart de nous tous mais nous étions riches à notre façon et sans le savoir encore.


Heureusement, il y a ta bonne fée..Même si nous n'avons pas la recette des tourtons elle nous fait comprendre que tout petit , "Tantine le sait bien" que tu étais tombé dans la marmite des chefs
maitre-queux.Tu vois, tu ne peux pas échapper à ton destin .


Et puis ce petit flash-back sur les années 70 !!!Quelle époque.Quelle belle époque.


Bon j'arrête ou je vais chialer.


La suite STP.


 


 



jupiter 07/12/2010 05:20



les temps heureux, oui ceux  où on filait droit mais où les pnitions étaient mérités


l'autorité conservés


que dire de maintenant , hein, c'est la déliquescence de toute socité


 


un taloche par ci ou par là n'a jamais traumatisé les marmots que nous étions


La recette


 


Pour en faire 80 ou 100, il te faudra aller voir le meunier et lui demander


 


1kg de farine


 


Puis tu iras à la ferme et tu demanderas 200 gr de beurre un peu d'Astra tiède (!)
et 2 oeufs.


 


Tu mettras du sel, de l'eau tiède et tu pétriras le tout.


 


La pâte devra être souple, et s'il le faut tu rajouteras de l'eau tiède


 


Tu laisseras reposer au moins 2 heures.


 


Tu étendras finement en grands carrés ou rectangles, en veillant à ce que la pâte
ne colle pas.


 


Pendant le repos de la pâte, tu auras fait frire dans l'huile, des poireaux
émincés vert ou blanc peu importe.


 


Tu auras fait cuire des pommes de terre, puis les auras écrasées, puis mélangées
avec les poireaux et l'huile qui en aura pris le parfum.


 


Il te suffira de poser des petits tas de cette pâte en rangées régulières sur la
feuille de pâte, puis de recouvrir avec une autre feuille.


 


Tu appuieras fermement du tranchant de la main pour faire tes rangées, puis tu
pourras utiliser la roulette pour découper en jolis carrés.


 


C'est le principe des raviolis que l'on fabrique dans les pays chauds, mais tu les connaîtras un jour, toi
aussi.


Tu plongeras tes petits coussins dans une belle friture, et tu veilleras à ce qu'ils soient à peine
dorés.


 


Rappelle toi, mon enfant, que j'en faisais aussi aux épinards, au fromage, aux pruneaux, à la
confiture.





à bientôt



Babette 04/12/2010 08:56



bonjour la cachina !!!!


les tourtons je connais bien ,car avant de resider dans le 34 nous etions dans le 38 pas tres loin de la region des tourtons ,tres belle region ,ou nous aimons faire de belles ballades en moto .
les tourtons avec une belle salade hummmmmmmmmmmmmmm un regale


bonne journee


BABETTE



jupiter 07/12/2010 05:24



à la pomme de tere, froid ou chaud je me ragalait étant petit


merci Babete


bon mardi



lizagrèce 04/12/2010 08:51



Comment ça ça te fout le cafard ??? Tu connais une Fée et en plus tu as la recette des tourtons ... De quoi tu te plains ... Alors qu'il y a des pauvres grecs qui n'ont au-dessus de leur tête que
la baguette du FMI qui n'est pas magique ... Oh ! lalla !!!



jupiter 07/12/2010 05:24



oui la baguette du FMi est la baguette de la mère fouettard



alba 04/12/2010 08:06



 Mzrci Jupi.... mais je t'en supplie ne nous prive pas de ta présence, tu nous donnes des bouffées d'oxygène, et
nous remets un peu les pieds sur cette terre, loin des artifices et du "bling-bling", tu es authentique et cela fait du bien. Gros bisous et à demain de te lire.



jupiter 07/12/2010 05:27



Merci Alba,


diantre que d'éloges,  c'est de la boustiffaille pas plus, le miam de tous les jours, rine de plus


bisous


patrick



biker06hello 04/12/2010 08:01



hello Jupi





Je termine ma recolte ce week end





je te souhaite un bon week end et penses y, en pays de Nice , l'huile d'Olive et la Sauge sont les deux ingredients pour la santé ... Mais chez toi aussi je crois ! hi hi hi


@ +


Pat



jupiter 07/12/2010 05:28



ici il flotte je sens qu'il va en rester sur les arbres


 


sauge dans le jardin , pas besoin de médecin


 


jupi



cricri d amour :0025: 04/12/2010 07:38






mais c'est bien de partager avé nous, tous ces souvenirs,


d'ailleurs on aime t'écouter et te lire.


Fait pas chaud, hein mon Jupi.


Bises



jupiter 07/12/2010 05:29



ha non , je ne vais pas faire une section "audio" non plus


fait plus tiède en ce mardi pluvieux


bises



mado 04/12/2010 07:12



Snif, elle est où ta recette ? J'aurais bien aimé la lire aussi. Tartine écrit bien et devrait publier ses textes. Et cette ville de G, je crois la reconnaître et je pense que c'est là que j'ai
passé quelques étés chez des amis de mes parents, j'étais petite à l'époque. Excuses-moi, mais est-ce que je peux te demander ce qu'est devenue ta cuisine ? Bonne journée glaciale - 10, ce matin.
A bientôt, bises



jupiter 07/12/2010 05:31



rooo, ma cuisine ! c'est une vulgaire histoire de couple, pas plus


 


et oui c'est Gap


voici la recette


bises


 


Pour en faire 80 ou 100, il te faudra aller voir le meunier et lui demander


 


1kg de farine


 


Puis tu iras à la ferme et tu demanderas 200 gr de beurre un peu d'Astra tiède (!)
et 2 oeufs.


 


Tu mettras du sel, de l'eau tiède et tu pétriras le tout.


 


La pâte devra être souple, et s'il le faut tu rajouteras de l'eau tiède


 


Tu laisseras reposer au moins 2 heures.


 


Tu étendras finement en grands carrés ou rectangles, en veillant à ce que la pâte
ne colle pas.


 


Pendant le repos de la pâte, tu auras fait frire dans l'huile, des poireaux
émincés vert ou blanc peu importe.


 


Tu auras fait cuire des pommes de terre, puis les auras écrasées, puis mélangées
avec les poireaux et l'huile qui en aura pris le parfum.


 


Il te suffira de poser des petits tas de cette pâte en rangées régulières sur la
feuille de pâte, puis de recouvrir avec une autre feuille.


 


Tu appuieras fermement du tranchant de la main pour faire tes rangées, puis tu
pourras utiliser la roulette pour découper en jolis carrés.


 


C'est le principe des raviolis que l'on fabrique dans les pays chauds, mais tu les connaîtras un jour, toi
aussi.


Tu plongeras tes petits coussins dans une belle friture, et tu veilleras à ce qu'ils soient à peine
dorés.


 


Rappelle toi, mon enfant, que j'en faisais aussi aux épinards, au fromage, aux pruneaux, à la
confiture.