Tout sur le Porri ferre dit pouaratchou dans le haut Var*

Publié le 29 Mars 2014

En ce moment c'est le moment de ramasser les poireaux sauvages qui pullulent vu l'hiver arrosé  qu'on vient de passer

 

Dans quelques jours , les olives noires au sel, en photo jour après jour


 

* Poireau sauvage

N'oubliez pas non plus que les pissenlits sont gratuits  aussi

porri-ferre--34-.JPG

 

porri-ferre--17-.JPG

porri-ferre--12-.JPG

Dur dur, on se dispute ces poireaux et autres pissenlits avec les animaux sauvages, même entre voisins, la poudre étant trop chère on se bat à coup de fourches lorsqu'on a pas revendu les banes (dents des fourches) au ferrailleur chinois. Je connais même un brave marseillais lorrain, oui ça existe, qui n'hésite pas à braver les kilomètres pour s'en pourlécher les doigts

Pue thym comme dirait mémé on pourait en faire un sketch, heu comment ça se dit en  provençal "cagade" peut être!

 

Donc on récolte les poireaux sauvage pour se nourrir, mais attention "poireaux mal ramassés, cagagne assurée" Mémé vous expliquera

 

Alors c'est quoi un porri ferre hein ? Et bé j'en sais rien, peut être un lointain cousin du poireau domestique, oui, celui dont le prix explose lorsque le gel arrive. Mais moins con son cousin le porri ferre "vient" au printemps dans les champs incultes, ou entre les rangées de vignes (cagagne assurée) mémé vous dira

 

Il existe plusieurs sortes de ces poireaux,

- le porri ferre commun, bof ça ressemble à une cébette pleine de pustules, et je vous dis pas la force qu'il faut pour les arracher, à croire que les chinois tirent de l'autre coté

- le pouratchou varois similaire mais meilleur qu'à flassans , na

- le poireau bleu des oliviers (attention du sulfate de cuivre est tombé par là)

et le poireau rayé vert rouge (danger) en fait il s'agit d'un serpent déguisé en poireau, le fameux Agrafosus Bostichi, ou serpent tchak tchak, sa tête est armé de dents spéciales et sa tête renferme un réserve d'agrafes, méfi, pour peu que vous allongiez pour pique niquer , vous vous retrouvez avec les deux roubignolles agrafées, pas facile pour niquer piquer ensuite

Bon je pars en bibérine il est vrai, alors ne lisez pas tout, please

 

Voila donc le Porri Ferre ou en franglais Poireau Free

Il aime les terres de chez nous et aime vivre en bande mais libre. le goût ? plus fort que le domestique

 

porri-ferre--67-.JPG

oui c'est bizarre

porri-ferre--64-.JPG

le plus long c'est pour le nettoyer, pas vrai cricri !

porri-ferre--66-.JPG

et je vous dis pas pour en arriver làporri-ferre--56-.JPG

Et ensuite déguster ça en omelette, vinaigrette, gratin etc...mais là il va vous falloir attendre pour la recette fastoche, car je suis fatigué

porri-ferre--2-.JPG

 

Rédigé par La Cachina

Publié dans #Spécialités provençales

Commenter cet article

NicoleBdu06 31/03/2014 19:56


Bonsoir Pat, Oui j'ai lu de Pierre Magnant que "la maison assassinee, mais je n'en ai pas trouve sur les bergers, Tu peux me renseigner sur les titres et j'irai voir à la bibliothèque. Merci...
Je n'ai pas pu apprendre comme il faut le Provençal car c'était interdit de le parler pendant mon enfance,  mais ma fille l'a pris en 3ème langue au lycée et le parle bien, moi cala m'a
donné l'occasion de le réviser mais c'est pas ça, mais je le comprends bien !!! et j'adore lorsque tu mets des mots ou des phrases ... Une que j'adore c'est Mémé Mounic !!!!....  Belle
soirée, Bisous   Nicole

La Cachina 01/04/2014 12:14



ah, je ne rappelle pas, c'est dans plusieurs livres, il a aussi celui qui plantait les glands, mais je crois que c'est une femme, il y a longtemps que n'ai pas relu pierre magnant


je vais chercher


mon papa à connu cela à l'école, dans la cours c'était interdit


il parait que cela s'est fait à cause des sodats français de 14/18de toutes régions qui parmaient leurs patois et qui ne se comprenaient pas (vrai pas vrai, j'en sais rien)


mémé mounic parle le provençal couramment, moi pas tout à fait , je le comprends, lorsqu'il est écrit il faut que je le lise avec "l'accent" dans la tête, ça aide beaucoup pour l'espagnol et
l'italien


bisous



Mireille 30/03/2014 17:26


Je te parle du "Clos des Vignes" du temps du créateur Henri et sa femme Odette, ça fait au moins douze ans qu'ils ont vendu, depauis je n'y suis plus allée, je ne sais pas comment c'est.
Ici pas trop de vent, ça souffle mais ce n'est pas terrible, je crois que c'est plutôt de l'autre côté de l'Esterel que ça souffle fort.
Gros bisous.
Belle soirée.

La Cachina 30/03/2014 23:13



oui je pense que ça doit souffler à partir de fréjus  heureusemt que j'ai envoyé mon yatch aux caraïbes se mettre à l'abri


gros bisous


prenez soins de vous



Nicole B du 06 30/03/2014 16:28


Oh ça me rappelle  ce que mon pépé qui était berger dans les années 60, ramenait lorsqu'il allait garder ses moutons dans les campagnes du 06 (ou l'urbanisme ne s'était pas encore
développé), bref il ramenait  ce "poireau" dont tu parles que j'ai toujours pris pour des cebettes !!!!! En tout cas je me souviens des bonnes omelettes que nous cuisinait ma mémé....que de
bons souvenirs d'enfance .......Bonne journée Pat,  gros bisous...........Nicole

La Cachina 30/03/2014 23:10



Et bientôt tout cela disparaitra, une fois mort , je ne pense pas que nos enfants, même s'ils en ont goûté continueront à cuisiner ouchercer ces petits bonheur de la nature
pffff, ma fille ne comprends que 3 mots de provençal, tout tout se perd
gros bisous

il y a de belles histoire de bergers, si toutefois tu as l'occasion de lire "pierre magnant"



marithe 30/03/2014 16:18


On dirait des petits oignons ?

La Cachina 30/03/2014 16:39



oui, mais c'est entre les deux oignons/poireaux, c'est assez fort, ensuite la tige devient dure



Mireille 30/03/2014 14:39


Je les connais tes asperges "sauvages cultivées" c'est un producteur de ton coin qui les fait.
J'en avais mangé il y a longtamps au Clos des Vignes à Coti.
Bon je ne sais pas passer une photo chez toi.
Je t'envoie ma ridicule recolte.
Gros bisous Jupinou.
Belle journée.
Bises à Li

La Cachina 30/03/2014 16:37



ah, je ne savais pas, bizarre


moi j'avais été déçu au clos des vignes , c'était la première fois que je voyais un civet de lièvre , carré comme les poisson, ça alors !


et bien moi j'ai encore eu moins que ça, ma belle soeur en trouve plein, moi nada !


bisous, à lili aussi



Liliane 29/03/2014 22:38


J'ai encore bien ri ! Et tu sais comme j'en ai besoin...
Ce sont bien des poireaux qui forment des gousses ? Ici on les appelle des poireaux indiens ! Seulement on les cultive... Bien en rang dans le jardin ! Des asperges sauvages il n'y en a pas non
plus...
Bonne soirée au Sud. RÔOOoooo bisousssSSSS mon Jupinou.

La Cachina 30/03/2014 14:21



je sais qu'il y a une variété d'asperges cultivé aussi





mais cela n'a rien à voir avec les vraies asperges sauvages


 


roooo bisous



Danielle 29/03/2014 19:48


Coucou Jupi.


Morte de rire!! tu as une façon de nous raconter tes histoires!!! Pas de poireaux sauvages par içi,ni asperges d'ailleurs quel dommage! Demain une heure de moins de sommeil! quelle merdouille!


Bises

La Cachina 30/03/2014 14:18



mais tout cela se perd, beaucoup de jeunes ne connaissent qu'une herbe!!!!!


coté sommeil cette nuit fut la cata , je me suis levé à 4 heures du matin, c'est pas le top


bises



Mireille 29/03/2014 18:13


Coucou Jupinou.
Bon perso je ne les ramasse pas parce que ma paysanne du marché le fait pour moi.
Mais je les mange et je les prépare en gratin aussi.
Mon papa les faisait comme ça aussi, pas varois pour rien !
Hier par contre on a pris le chemin des écoliers pour rentrer de Digne et on à fait un pause à Rians, j'ai ramassé quelques asperges, juste de quoi faire une "melette" de trois œufs, histoire
deme passer l'envie.
je crois que je vais y retourner par ici car ça avait un goût de trop peu !
Gros bisous Jupinou.
Belle soirée.
Bises à Li

La Cachina 30/03/2014 14:16



houla, c'est rare , ici la plupart des gens qui vont au marché ne connaisse même pas ces poireaux


tu as de la chance


je crois que les asperges étaient en avance, mais il peut y avoir une seconde poussée avant l'été


j'aime ces asperges au goût délicat


gros bisous



Miechambo 29/03/2014 18:10


Je suis morte de rire encore cette fois ! Heureusement que tu es là pour faire fonctionner mes zygmatiques ;o))


Plus sérieusement je serai ravie de trouver des poireaux sauvages, mais entre les pavés de la ville c'est pas vraiment ça qu'on trouve !!


Et puis aussi un petit clin d'oeil pour ton sur mon blog aujourd'hui !


Allez bisous mon beau et bon vékende ;o))


MIE

La Cachina 30/03/2014 14:07



Avant il y en avait beaucoup plus, on les appelait poireaux des vignes, mais comme iils traitent la vignes on les ramasse dans les champs abandonnés


je vais voir le blog


bisous, le vent souffle fort



..........♥*¨*•.¸¸❤✿¸.¤*¨¨*¤.¸¸ 29/03/2014 17:38


et miam à table ...c'est bien !!! très bonne soirée ...et grand merci d'être passé.......

La Cachina 30/03/2014 14:05



c'est plus que bio upsala, c'est naturel, piétiné par les sangliers et les renards



René 29/03/2014 17:27


Bonjour Jupi.


J'en suis envahi...Dommage car ils poussent trop serrés donc ils ne grossissent pas. En plus il faudrait les arroser avant de les ramasser ou attendre la pluie.Les pissenlits, c'est déjà fini
ici, ils sont en fleurs. Je vais bientôt pouvoir en faire de la liqueur..


Il fait chaud mais soleil voilé !


Bonne soirée à tous *.

La Cachina 30/03/2014 14:04



on a un vent du diable, il ne fait pas froid (22° au soleil) et le ciel est voilé, ba, il ne neige pas, tant mieux



josette 29/03/2014 16:26


justement, c 'est là qu 'il faut tout lire, quand vous "partez en biberine", c 'est un festival!! je retiens entre autres qu 'il faut faire attention au serpent tchak tchak.... et il me semble qu
'il reste encore une bonne partie de ce beau gratin, miam miam, l 'eau à la bouche!!!


bon dimanche et grosses bises


Josette

La Cachina 30/03/2014 14:03



le tchack tchack sévissait dans les bandes déssinées de spirou où il avait pour nom


l'agraphosus bosticci, on rigolait plus "avant"


bises


patrick