Publié le 7 Décembre 2020

 

Langoustines à l'Armoricaine (révision pour Noël s'il existe encore)

 

Attention je ne fais pas de liaison  au corail

Si vous désirez l'Armoricaine classique et dans les règles il faut cliquer ICI vous allez tomber sur mon petit blog tout simple mais qui fonctionne à la vitesse d'une fusée, en principe.

--------------------------------

Vu que les gambas sont élevées dans de véritables cloaques , que les vrais sont "more expensive",  que les langoustes, et même les homards ne sont plus remboursés par la Sécu, je me suis rabattu sur des langoustines surgelées (snif)

Le pire c'est que j'en ai trouvé des mortes , oui, mortes deux fois. Comment c'est pas possible ? Si c'est possible ! * Pire je les ai encore tuées une troisième fois en les coupant en deux au niveau du thorax.

 

Il vous faut

- 2 kg de langoustines surgelées , fraîches c'est mieux évidemment

- 10 cl d'huile d'olive

- 30 gr de beurre

- 1 gros oignon ciselé finement
- 3 grosses  échalotes ciselées
- 3 gousses d'ail dégermées écrasées 

- 1/2 carotte râpées

- 2 boites (taille 1/2 ou une 1/1) de chair de tomates " hachées aussi" (ou congelées maison)
- 150 g de double concentré de tomate
- 1/2 litre de vin blanc sec
- 3 dl de fumet de poissons(si vous avez), ou du fond de crustacés,  autrement il faut utiliser des étrilles ou des favouilles (crabes verts) , ou comme dans mon  cas, à défaut,  les thorax des langoustines et de l'eau tiède
- 1 branchette d'estragon frais

- 1 feuille de laurier, vi je sais il n'en faut pas, m'en fout

- 1 pincée de thym sec

- qq feuilles de persil

- Cognac de cuisine pour flambage, et un bon cognac pour le cuisinier
- Sel , poivre et poivre de Cayenne.(mollo)

 

Passons aux choses sérieuses

Coupez les langoustines au niveaux du thorax et détachez les pinces , réservez dans une plats différents, mettre les pinces au frais (ne cherchez pas à comprendre)

 

 

Dans une sauteuse faire chauffer l'huile d'olive et le beurre , faites sautez et flambez au cognac , dans l'ordre , les queues de langoustines , les pinces , (que vous allez réservez au frais), ensuite les thorax

 

Déglacez au vin blanc et réservez ce déglaçage.

Pilez les thorax dans un mortier et les mettre dans une mousseline doublée attachée avec de la ficelle de cuisine

Non c'est pas du vomi

Dans une marmite faites fondre les oignons ciselés puis les échalotes et l'ail et enfin le concentré de tomates puis au bout de 2 minutes d'étuvage, ajoutez alors le vin blanc , la carotte râpée, puis la mousseline nouée au centre couvrir d'eau tiède ajoutez les tomates hachées, l'estragon, le sel, le poivre et une pointe de poivre de Cayenne
Faites réduire très lentement en goûtant de temps en temps, si vos tomates sont trop acides vous pouvez mettre un morceau de sucre (ou exceptionnellement quelques pointes  de couteau de bicarbonate de sodium, attention ça mousse)

 

Lorsque la texture et le goût vous convient, retirez la mousseline et exprimant le jus, puis passez votre sauce au chinois ou comme moi à la moulinette manuelle , grille fine


Remettre votre sauce dans la marmite et faites y cuire 20 minutes les queues et pinces qui étaient au frais
 


Ajoutez le persil haché
 

Dressez avec une couronne de riz créole


 

* C'est Pu.... de producteurs ramassent tout dans le bassin d'élevage, vivantes et mortes, ensuite les langoustines sont conditionnées la "queue entre les pattes", d'ailleurs lorsqu'elles sont cuites elles gardent cette forme. Par contre les mortes sont conditionnées de même, mais à la décongélation elles sont toutes flasques et plus claires, berk, allez hop aux chats.

Voir les commentaires

Publié le 6 Décembre 2020

La Roustide commentée

 

 

La roustide «la rôtie » est une tradition plutôt qu’un plat dans notre village, cela se déroule de mi novembre à fin janvier lors de la cueillette des olives. Allez voir Chez Cornello , la vraie roustide ICI http://www.cornellocuisine.fr/2012/11/roustide.html

 

Les éléments de base de cette roustide sont le pain et l’huile et l'ail et les olives "mûres"  bien sur, les anchois accessoirement mais fortement recommandés , et évidemment le vin gratuit

 

Achetez donc un bon restaurant chez son boulanger et dirigez vous vers le moulin à huile de préférence le matin à l’heure du casse dalle ou le soir vers 5 heures , moment où les mouliniers font la pause avant d’attaquer la deuxième partie de soirée. 

 

Je sais ce n’est pas facile d’en trouver un en milieu urbain, et c’est tant mieux, cela vous fera sortir de votre ville.

 

Donc il faut  un bon moulin à huile traditionnel qui extrait encore l’huile à froid avec d'antiques presses hydrauliques, et surtout pas une centrifugeuse de malheur

 

Vous ramassez quelques collègues au passage , si vous ne les trouvez pas c’est qu’ils y sont déjà, ou ils sont à l’apéro (ne faites pas le tour des bars pour voir où il sont , autrement vous n'arriverez jamais au moulin)

 

Vous emportez aussi avec vous, ail, olives ,anchois, cébettes, andouillettes, et un bon Rouge, selon la période de la journée.

 

Le moulinier ne vous fournit que l’huile ,la chaleur et  "l'ambiance"

 

Bref ,emmitouflé vous arrivez à la porte du moulin où une épaisse buée vous empêche de voir l’intérieur.

 

Ce n’est pas la peine de frapper, personne ne vous entendrai ,  entrez donc dans une chaleur juste en dessous du thermostat Enfer, en effet une très grosse marmite bâtie est chauffée tout le temps, celle-ci produit de l’eau chaude pour décoller l’huile des escourtins.

 

Vous évitez les deux énormes meules en granit qui sont en train de réduire les olives en pâte.

 

Vous arrivez sans tomber, et oui le sol est un peu glissant, dans l’arrière salle surchauffée par un poêle à bois, et là vous vous apercevez  que vous n’êtes pas seul, certains ont déjà des longueurs d’avance vu leur état pas très frais. 

Tiens deux anglaises en perdition, elles doivent prendre cela pour un Pub ou alors elles font un reportage, et là elles ne seront pas déçues 

Première chose à faire, s’alléger en vêtements, et bien repérer où vous les posez (because huile partout), le départ est un peu difficile et confus, en plus c'est un peu huileux de partout.

 

Table de ferme oblige, c’est plus costaud, vous vous faites une place, et une fois l’opinel planté dans la table c’est « votre » place. Vous balancez toute votre cargaison sur la table et là elle devient propriété commune. 

Vous coupez le restaurant dans la longueur et vous le mettez à « rôtir » sur le dessus du poêle ;

 

En attendant vous choisissez un verre pas trop sale et goûtez un vin en attendant le bon croustillant du pain. 

Faites-en des tronçons assez gros, avant qu’on vous le pique « c’est déjà fait », bon rabattez vous sur ceux des autres et frottez une gousse d’ail sur le pain et versez de la bonne huile tiède que vous allez cueillir avec la feuille* métallique sur le bassin. 

 

DSC02211

 

C’est pour faire « pro » , en fait il y en a un pichet sur la table toute prête et toute bonne. 

La Vraie roustide c’est du pain de l’ail et de l’huile et des olives bien noires brutes (cette habitude se perd because ça arrache la bouche), mais presque tous le monde met des anchois dessalés ; 

Ensuite vous continuer jusqu'à satiété, vous finissez par les andouillettes ou vice versa, les andouillettes vous finissent, le vin aussi. 

Vous "habillez"   tout le monde de la commune, vous refaites les élections, la crise, le monde même, vous éradiquez le Covid  (ou le casa (casanis) passe le Covid trépasse, quelques mots attristés pour Jeanne d'Arc qui a Free, et pour faire "peur" au anglaises, vous annoncez que la prochaine fois vous allez manger une bonne "sucarelle" des limaces, avec des cuisses de grenouilles, et que même il pourrait y avoir un invité Umicron

Puis le Tic Tic des presses hydrauliques et le lent mouvement réguliers des meules vous assoupissent, le vin aussi. 

- Vous êtes des brutes ! Ah oui les anglaises très éméchées, on ne les avait pas entendu, je les soupçonne de nous espionner pour le compte de sa royale majesté et de ses sujets, que nous avons mis à mal avec nos paillardises.

- vous avez pas de la marmelade pour mettre sur les anchois?

-Oh, les donzelles ; qué confiture ? quand c'est salé , ici , c'est salé, je me demande un peu, elles nous gâteraient la soirée ces "bidets" au cheveux jaunes huileux

 

- Et si on allait boire un coup !

- Où ?

- A Carcès.

- C'est loin ,oh,7 km, et en plus on va chez les ennemis.

On embarque les anglaises, on récupère les vêtements et on sort dans le mistral glacial. Pas de sas d’acclimatation, mais avec les litres de vin et les calories de l'huile vous ne risquez rien, on s’essuie un peu les pieds pour ne pas raspailler* 

Et en route pour d’autres lieux de perdition.

 

Il faut reconnaître que l’ail, les andouillettes, les cébettes et le vin ne facilitent pas les rapprochements humains entre sexes différents.

Les anglaises sont de plus en plus huileuse à force d'être tripatouillées , et elle parlent de plus en plus mal le français

 

Après cela vous êtes partis pour une nuit assoiffée, des gargouillis pleins le ventre et quelques désagréments qu’il vaut mieux taire.

 

La prochaine fois j’en mangerai moins, oui mais de quoi ?  

 

 

 

*feuille : instrument métallique en forme de  feuille de lierre (fer blanc, inox maintenant ) qui permet de cueillir l’huile première qui surnage dans le premier bassin de décantation.

 

*raspailler : déraper dans un chemin caillouteux, glisser sur les fesses, déraper

* escourtins : sac particulier en jute où est mise la pâte d'olives pour être pressée. Maintenant c'est interdit il faux des escourtins en inox (de chine certainement)

 

Voir les commentaires