Articles avec #galejades tag

Publié le 6 Juillet 2016

 

 

Allez zou un petit article plein de fautes comme d'habitude.

Suite à un aioli* qui a du mal à passer (foie), je me suis dit : il faut que tu t'aères la tête , histoire de me déziper les neurones à défaut du foie. Vous savez se faire piquer par les cigales ou attaquer par un renard en plein jour cela demande des nerfs d'acier que je n'ai pas , mais cela est une autre histoire.
Un bon conseil si vous voyez courir un provençal en été, n'appelez  pas la maison des fous, c'est un réflexe que nous avons dans notre ADN , nous courons seulement pour aller d'une flaque  d'ombre à une autre, voila, vous savez tout. A non, on court aussi lorsqu'il pleut car on jamais de parapluie, cette fois vous savez tout.

Donc me voila parti avec ma tuture non climatisée, sous le cagnard de 14 heures, notez que cela fait 12 heures en vérité, donc le zénith, ou plus simplement l'heure où on est obligé de passer de l'écran total sur la voiture pour éviter qu'elle ne bronze.
L'heure où le goudron sent le goudron, les pins sentent la résine, les cigales passent le turbo et où les écureuils vous canardent avec des bousarins (pignes fermées).
L'heure où les olives prennent la grosse tête

L'heure où l'on ne  touche pas les boules de pétanque sous peine d'avoir des brûlures au 9ème degré.

L'heure où il est interdit de jouer à l'estivant qui s'entraîne à faire de l'acupuncture avec des aiguilles de pins
L'heure où même les moins calus* se rapprochent de la fraîcheur  ou de l'eau, l'heure où il est bon de contempler  son orteil dans un hamac à l'ombre et de bronzer sous une canisse
L'heure de faire la sieste, et de basculer sans vider la piscine , vers un monde pleins de rêves fait de gnocchi à la chantilly chaude ou de polenta à la rillette tiède.

 

Bref l'heure du paradis sous un enfer de soleil




* aioli : est masculin chez nous car on dit bien souvent "un aïet" pour dire aioli
* calu : fada, fadoli, quoique fadoli écrit " fa d'oli" veut dire faire de l'huile, et pas de l'huile solaire hien!

Voir les commentaires

Rédigé par La Cachina

Publié dans #Galèjades

Publié le 7 Juin 2016

L’aïoli des estivants ou comment se faire piéger.

 

Galéjades datant de quelques années

 

Aioli veux dire en Français "d’en haut", agapes, plat de fêtes, plat incontournable, peste ce n’est pas cela du tout et c'est simple comme bonjour.

 

Donc chaque année plusieurs aiolis sont organisés sur le Cours dans mon village, en principe ce sont des associations qui organisent cela, certaines sont au top , mais d'autres heu..... « à peu près » n’ayons pas peur des mots.

 

Bonne poire que je suis, on m’a demandé ( il y a bien longtemps) si je pouvais donner un coup de main à  une de ces  « cagades » d’aïoli . Déjà le nom de l'association "la choucroute Bas Varoise" était un peu bizarre, le nom de la présidente pas très local : Mme moulltfrit  (nan, j'ai changé le nom mais il y a des soirées moules frites ici !!!!)

Je me suis pris en train de dire

- Oui, mais alors on la fait comme il faut !
- mais oui il n’y a pas de problème, qu’on me répond.

Gnagna, gnagna, et quelques kilomètres de paroles plus loin, plusieurs jours plus tard, on me présente l’équipe de l'association

 

Bon , la commence, n’ayons pas peur des mots, les emmerdements. D’habitude les associations pour ce genre de trucs sont  constituées de gens  du pays , mais la population a changé.

 

Donc me  voilà en présence des représentant de l'association, en majorité  une bonne partie de l’Europe du Nord, par ordre décroissant, anglais, belges, allemands, hollandais, danois et pour finir quelques inuits avec leur traineaux pour faire couleur locale

 

Il ne faut pas de traducteurs, en principe il parlent tous français ,  mais ils disent toujours oui même s’ils n’ont pas compris.

Comment faire comprendre que l’on allait faire un vrai « Aïlé » cette fois.

Grosse crise : comme au conseil Européen.

 

- non on ne met que de l’huile d’olive du village, pas moitié,moitié
- non pas au mixer ou au batteur
- non pas des filets de poissons, que de la morue séchée dessalée
- non pas de moules, encore moins de bulots (qui c’est qui a dit bulot ?) pas de réponse
- qui a dit surimi ?
- non pas de chou fleur, ce n’est pas la saison
- j’ai entendu quelqu’un dire saumon

Devant toutes ces « c…….ies » j’ai sorti le carton rouge, ben oui j’avais que celui la dans la poche. Donc j’écris sur ce carton la recette de l’aïoli comme elle se fait « ICI »

- et vous vous la faites passer, ceux qui ne comprennent pas se font expliquer par le voisin , « moment pas triste ».

- Ceux qui ne sont pas d’accord n’ont qu’à partir.

Bref on s’est retrouvés 3 couillons, et cela c’est terminé devant un bon pastaga bien frais, et ouf pas d’aïoli  à faire pour moi « Yesssss »*.

Sur le carton il y avait écrit :

Pour 1 litre d’huile d’olive vierge = 6/7 personnes bon mangeur

- 10 gousses d’ail ou plus, beaucoup plus, pas d'oeuf évidemment
-  sel poivre

Garniture par personne

2 carottes
2 pommes de terre
2 œuf durs (en principe c’est 1 on est raspi ici)
1 betterave rouge cuite
1 poignée de haricots verts fins  (banettes) si c'est la saison
Large comme une main (sacré mesure ) de morue séchée dessalée pochée, ou (et)  des escargots bouillis

Du pain et du vin à volonté

En gros j’avais souligné

 

C’EST UN REPAS DE PAUVRE EN PRINCIPE alors 25 euros pour un malheureux aïlé !!!!

En réalité les gens n'achetaient que la betterave et la morue, et encore, au moments des escargots ils n'achetaient pas la morue

- Zont pas dû apprécier
 

* noms fictifs bien entendu
* très vieux mots provençal qui veut dire : oui

Voir les commentaires

Rédigé par La Cachina

Publié dans #Galèjades