Articles avec #galejades tag

Publié le 28 Août 2016

 

Ça se passe en Provence, l’automne dernier, beaucoup de gens par resoect pour la planète ne se chauffaient pas au fioul mais au bois.

Un estranger acheta une bastide et s'installa dans la région , Il ne connaissait que le climat d'été lorsqu'il venait en vacances. La bastide lui avait déjà coûté un oeil, alors il se dit que s'il se chauffait au bois comme les indigènes, il ne payerait pas de fioul.

 

Réfléchissez bien avant de choisir le bois comme combustible

Vous savez tous, que le bois chauffe trois minimum , bé oui une fois quand vous le coupez, une autre fois pour le trainasser et le charger, encore une fois pour le vider et le ranger, ensuite lorsqu'il brûle.

J'oubliais, il faut sortir les cendres et désuguer* une fois par an si vous ne voulez pas voir arriver les pompiers qui vont vous vider toutes les bouteilles  "d'eau de feu" de votre bar. En plus pas assez d'avoir écrasé la niche à Kiki avec leur gros pneus, il vous faudra repeindre, refaire le jardin, changer le portail, et bien sûr changer la moitié des tuiles de votre toiture? Si le père Noël est discret, les pompiers laissent des "traces". Et encore heureusement que leurs services sont gratuits.

Mais revenons à notre estranger.

Un soir d'automne précoce la froidure tomba d'un coup et il fitt de plus en plus froid.

Alors il commence à couper du bois pour l’hiver. Bien sûr il achète une tronçonneuse d'occasion, quelques menus outils et une machine à refendre .

Image

Image

Il fait son petit tas, puis il se demande s’il en a assez ou pas assez...

Image

Image

Il voit un vieux couillon de provençal qui fume son infâme tabac gris dans sa pipe, on va l'appeler Zé (Zé d'Aubagne quan plaou si bagne*) , son voisin, et il va lui demander

" est-ce que tu penses  Mon Brave que l’hiver sera rude " ?
- qué "Mon Brave", je suis pas ton manant, putain merde, on peux plus fumer sa pipe tranquille, en plus tu me casses les coucougnettes avec ta tronconneuse de merde, heureusement qu'elle n'a pas de phare autrement tu travaillerais la nuit.

"merci Monsieur mon voisin, mais je voudrais bien savoir si l'hiver sera long et froid" ?

Zé lui dit :
-  Oh ! faut être prudent, avec les hivers de maintenant on ne sait jamais, en plus avec le réchauffement climatique, j'en parlais  encore avec ce Couillon d'Hulot ce matin, il m'a dit qu'il va faire encore plus froid, parce que ça se réchauffe, il doit être un peu fêlé. Vé pour l'hiver il faut prendre ses précautions. Personnellement, mon fils qui habite aux bananas, merde Bahamas, m'a offert de passer l'hiver chez lui car je lui ai expliqué qu'il avait un casse burnes qui me les brise menu menu depuis qu'il a  acheté une tronçonneuse

 

Alors, voyant "l'indigène" un peu sceptique et assez communicatif sur les prévisions météo à long terme , il va recouper un peu de bois, puis il retourne voir Zé quinze jours après et lui demande :

" Alors qu’est-ce que tu en penses, maintenant, as-tu des signes ?"

- non couillon ce sont des grives, qué Cygnes ? Ah ! dit Zé, les signes ?, ça va tout de même être un hiver un peu froid... je pense

Image

" oui, mais comment comment sont les signes annonciateurs" ?

- je viens de le lire dans le calendrier des Postes Télégraphe et Téléphone, mais non couillon, je suis allé voir sur le Net, et il est prévu un hiver très rigoureux le 15 janvier 2032, mais tu vois , tu as encore le temps.

Alors, là, il  à faire un gros tas de bois de pin  et puis il se dit, même si j’en coupe trop, il m’en restera pour l’année prochaine au moins

Image

Alors, il va revoir son voisin Zé, et lui demande :
" alors, tu as du nouveau ?"

- ça pour sûr , ouh la la ! qu’est-ce qu’on va déguster !...mais ce que je ne comprends pas c'est pourquoi tu coupes les pins, ici on se chauffe au chêne. Tu comptes faire un four ? car le pin sert à cuire le pain, mais pas le pin vert, le pin sec, et il se met à s'estrasser* de rire

Alors l'estranger impatient lui demande :

" mais comment fais-tu pour savoir" ?
C’est le lichen sur les arbres ?
Les oiseaux migrateurs ?
La couleur de la lune ?
Le soleil ?

 

- qué oiseaux mi-gratteur, t'é fada, tu met quoi dans l'essence de ta tronçonneuse, du jus de cannabis ? oh, faut arrêter de me seringuer avec "ton" hiver

"Oui mais comment tu sais, alors" ?
 

 

- Vé , c'est pas compliqué,  il y a un vieux proverbe provençal qui dit  : quand l'estranger coupe beaucoup de bois c'est que  l'hiver sera rude,très rude ! Tchao je vais aux Bahamas, et estubes* toi bien dans ta piaule à triple vitrage, je t'enverrais des cartes postales

Afficher l'image d'origine

 

*Zé d'Aubagne : simple un peu idiot qui reste sous la pluie , Zé d'aubagne quand il pleut il se mouille

*estranger : toute personne qui n'habite pas la région proche, les carçois qui ne sont qu'à 7 km sont des estrangers, alors pensez un peu un estranger d'en haut .

Voir les commentaires

Rédigé par La Cachina

Publié dans #Galèjades

Publié le 26 Août 2016

 

L'histoire que je vais vous conter est assez répandue en Provence.


Les chasseurs de l'époque, chassaient vraiment, c'était une source de protéines animales non négligeable, gratuites  surtout pour ceux qui n'était pas agriculteur et qui n'avaient pas d'animaux de basse cour.
Bref, le gibier était abondant mais les fusils pas très performants, c'étaient encore des fusils à chiens qui se rechargeaient par la bouche avec poudre, grenaille et bourre.

Afficher l'image d'origine


Tous ces éléments étaient introduits au fur et à mesure des coups de feu. Chaque coup de feu était bien calculé, la poudre coûtait tout de même, ainsi que les plombs.

-------------------------------

Aujourd'hui pour  Guiseppe la chasse était très bonne, des grives par dizaines passaient au dessus de sa tête. Bien que piètre tireur sa gibecière  était presque  pleine, mais les munitions commençaient à baisser, surtout les plombs, mais Guiseppe pensait aux nombreux pâtés que Joséphine sa femme allait pouvoir réaliser.(ben oui, niet congélo à l'époque)
Tout d'un coup la grenaille de plomb vint à manquer, zut et re zut, je ne peux pas vous transcrire les injures en italien qui suivirent.
Mais Guiseppe n'était pas à court d'idée, avec son gros couteau il arriva à arracher les clous de ses semelles, les souliers étaient tous cloutés à l'époque, c'est vrai le projectile était assez  peu adapté, mais cela fonctionnait un peu et quelques autres grives vinrent s'ajouter aux autres.

Afficher l'image d'origine
 

Giuseppe en était quitte pour rentrer pieds nus, il ne fallait pas abîmer les chaussettes et il serait quitte pour les faire ressemeller .
Les clous vinrent aussi à manquer. Il se rappela qu'il lui restait de vielles pois chiches sèches au fond du "carnier", bon se dit-il, on verra bien.
Il venait juste de recharger avec des pois chiches lorsque un chevreuil passa à portée de tir.
L'occasion était trop belle, mais extraire les pois chiches d'un fusil à bourrer était impossible, il aurait pu mettre les boutons en fer de sa vareuse, mais trop tard.
Il épaula, ajusta et tira en visant soigneusement la tête. L'animal perçu quelques picotements et parti à toute allure.
Giuseppe désolé d'avoir râté ce gibier de choix et de l'avoir blessé,  quitta son poste et rentra avec sa "cargaison de grives" pieds nus à la maison, les souliers autour du coup.
Le lendemain matin au café il raconta sa mésaventure en provençal mélangé de français et d'italien.
Ce fut une franche rigolade pendant de longues minutes, personnes ne croyait Giuseppe, le "chasseur aux pois chiches".
Chaque fois qu'il venait boire son café il y avait droit :
- oh tu gardes toujours des pois chiches dans les poches on sait jamais !
Bref il supporta cela toute une année.
Cet automne comme d'habitude il jouait aux cartes le dimanche soir, se faisant chambrer comme d'habitude. Tout d'un coup un chasseur entra et s'écria "je viens de voir le chevreuil de Giuseppe"
- et alors ?
-Bé il y avait deux plantes de pois chiches à la place des bois sur la tête.

 

Afficher l'image d'origine

 

Certains rient encore d'autres sont "morts" de rire ce jour là à force de s'estrasser* . Personne ne cru le chasseur, et Giuseppe qui croyait sa délivrance arrivée par cette nouvelle, en reprit une "couche" ce jour là. Depuis cette blaque fait le tour du Var.

 

 

 

*S'estrasser : se tenir les côtes de rire, une estrasse est aussi un mauvais bout de chiffon

Voir les commentaires

Rédigé par La Cachina

Publié dans #Galèjades