Articles avec #galejades tag

Publié le 16 Décembre 2020

 

L’aïoli des estivants ou comment se faire piéger.

 

Galéjades datant de quelques années

 

Aioli veux dire en Français "d’en haut", agapes, plat de fêtes, plat incontournable, peste ce n’est pas cela du tout et c'est simple comme bonjour. Il existe même l'aioli et la grande aioli chose inconnue bien sur chez nous. Nous, on dit simplement "ana s'y faïre ùn aillet" nous alons nous faire un ailet (aioli) (ba oui il est du genre masculin ou féminin selon que.... idem , un lièvre devient , une lèbre puis une lébrasse )

L’aïoli des estivantes et estivants  (galéjade)

Donc chaque année plusieurs aiolis sont organisés sur le Cours dans mon village, en principe ce sont des associations qui organisent cela, certaines sont au top , mais d'autres heu..... « à peu près » n’ayons pas peur des mots.

 

Bonne poire que je suis, on m’a demandé ( il y a bien longtemps) si je pouvais donner un coup de main à  une de ces  « cagades » d’aïoli . Déjà le nom de l'association "la choucroute Bas Varoise" était un peu bizarre, le nom de la présidente pas très local : Mme moulltfrit  (nan, j'ai changé le nom mais il y a des soirées moules frites ici !!!! oui oui oui)

Bref, je me suis surpris en train de dire

- Oui, mais alors on la fait comme il faut ! une aioli normale
- mais oui il n’y a pas de problème, qu’on me répond.

Gnagna, gnagna, et quelques kilomètres de paroles plus loin, plusieurs jours plus tard, on me présente l’équipe de l'association

Bon , la commence, n’ayons pas peur des mots, les emmerdements. D’habitude les associations pour ce genre de trucs sont  constituées de gens  du pays , mais la population a changé.

Cotignac et le foot des villages ennemis

Donc me  voilà en présence des représentant de l'association, en majorité  une bonne partie de l’Europe du Nord, par ordre décroissant, anglais, belges, allemands, hollandais, danois et pour finir quelques inuits avec leur traineaux pour faire couleur locale

 

Il ne faut pas de traducteurs, en principe il parlent tous français ,  mais ils disent toujours oui même s’ils n’ont pas compris.

Comment faire comprendre que l’on allait faire un vrai « Aïlet » cette fois.

Grosse crise : comme au conseil Européen.

 

- non on ne met que de l’huile d’olive du village, pas moitié,moitié
- non pas au mixer ou au batteur
- non pas des filets de poissons, que de la morue séchée dessalée
- non pas de moules mais des escargots , encore moins de bulots (qui c’est qui a dit bulot ?) pas de réponse
- qui a dit surimi ?
- non pas de chou fleur, ce n’est pas la saison
- j’ai entendu quelqu’un dire saumon

Devant toutes ces « c…….ies » j’ai sorti le carton rouge, ben oui j’avais que celui la dans la poche. Donc j’écris sur ce carton la recette de l’aïoli comme elle se fait « ICI »

- et vous vous la faites passer, ceux qui ne comprennent pas se font expliquer par le voisin , « moment pas triste ».

- Ceux qui ne sont pas d’accord n’ont qu’à partir.

Bref on s’est retrouvés 3 couillons, et cela c’est terminé devant un bon pastaga bien frais, et ouf pas d’aïoli  à faire pour moi « Yesssss »*.

Sur le carton il y avait écrit :

Pour 1 litre d’huile d’olive vierge = 6/7 personnes bon mangeur

- 10 gousses d’ail ou plus, beaucoup plus, pas d'oeuf évidemment
-  sel poivre

Garniture par personne

 

2 carottes

1 oeuf dur
2 pommes de terre
2 œuf durs (en principe c’est 1 on est raspi ici)
1/2 betterave rouge cuite
1 poignée de haricots verts fins  (banettes) si c'est la saison
Large comme une main (sacré mesure ) de morue séchée dessalée pochée, ou (et)  des escargots bouillis

Du pain et du vin à volonté

En gros j’avais souligné

 

C’EST UN REPAS DE PAUVRE EN PRINCIPE alors 25 euros pour un malheureux aïlé !!!!

En réalité les gens n'achetaient que la betterave et la morue, et encore,! au moments des escargots ils n'achetaient pas la morue

- Zont pas dû apprécier l'association
 

* noms fictifs bien entendu
* très vieux mots provençal qui veut dire : oui

Voir les commentaires

Publié le 13 Décembre 2020

 

Les cannibales Varois

Pour mes fidèles lectrices et lecteurs ; je suis un peu fatigué. En ce moment je devrait mettre des recettes en rapport avec ce "Noël triste" qui arrive. Hier pour couronner le tout je me suis coincé le dos sévère en déballant un minuscule colis : cuisiner m'est impossible, s'il y a une fée soigneuse bien gentille , elle peut passer et avec un coup de baguette je vais repartir illico. Comme je ne pouvais pas le penser, ça arrive tout bêtement. je vais mettre mes galèjades foireuses en espérant que cela mettra un peu de baume au coeur au milieu des annonces TV déprimantes.

A terme pourrions nous redevenir cannibales ?

Des cannibales il y en a déjà eu dans le Var il y a des milliers d'années. En fouillant les abris sous roches des gorges du Verdon, des ossement humains grattés y on été retrouvés.

 

Cette petite réflexion anodine m'est venue en me remémorant une conversation que l'on avait eu une fois sur un feu de forêt où on crevait la dalle. En effet la nourriture n'est pas la préoccupation majeure de l'état major, car eux baffrent comme des sagouins dans leur PC mobile 3 étoiles, les vaches ils ont même un expresso

Quand à nous simples couillons, on se sustente) comme on peut. N'ayant pas de chromosomes communs avec les écureuils, les pignes ne nous tentent pas trop ; les glands de même, les lézards calcinés non plus. Alors que reste t'il, hein ?

Ce jour là parmi les vieux, la discussion hautement philosophique, - oui nous avons des livres à bord, des engins incendie : « la Bible », entre autre, « le traité sur la quantification des quarks dans l'univers fini » et « Platon , et Aristote» coincé entre Playboy et Tricotage pour tous -donc la discussion tourna à la bouffe; En principe on rêve une fois l'intervention finie d'une bonne daube et des pâtes, vous voyez on est pas compliqués, mais un couillon parla de bouffer le « bleu » bien tendre. Pour arranger le tout il y avait un ancien boucher dans cette équipe de morts de faim

Un équipage se compose en général de quatre êtres (humains), prêt à tout, dont forcément un « bleu » bien tendre.

Un jour proche je vous montrerais l'intérieur de ces "fameuses " boites de ration, identiques en tous points à celles de l'armée, il y a même un livre de recette avec !

Fan de chichourle*, ici tout le monde sait espeiller* un sanglier, mais un homme !!!

-         ba ! dit le boucher, c'est comme pour un pouar* à part que tu n'enlèves pas les poils

-         Bonnard, dis-je, j'ai horreur de ça, mais on laisse la peau

-         Vouai, mais pas de partout

Et comme ça l'un l'autre on s'est endraillé* dans cette conversation sous les yeux écarquillé du pauvre jeune pompier bien blanc qui était venu faire un stage feu de forêt, loin de son département natal

-         et si on lui coupait juste un jambe il pourrait durer plusieurs jours, car on a rien pour le saler

-         banaste, ensuqué *, on peut le fumer c'est pas ça qui manque, la fumée

-         Ok on te laisse faire, mais c'est quoi les meilleurs morceaux ?

-         Peuhh, comme pour un cochon , la partie arrière

-         oh, vous me les brisez un peu, c'est le haut de la cuisse avec un bout de fesse,  vous êtes content maintenant ?

-         Et le goût c'est comment, tu as l'air d'y avoir goûté ?

-         Evidemment, dans ma dernière vie lorsque j'étais crocodile dans le Nil. Bon vous voulez quoi se soir ?

-         De la daube et des pâtes

-         Oh, vous me prenez pour un con, je vous parlais de morceaux à griller, car pour la daube il faut de la vieille carne un peu comme toi le vieux (c'était moi) et du vin, comme le sac à vin qui est à coté de toi (je vais taire les nom car cela deviendrai délicat)

-         Ça va ... je veux juste de l'entrecôte

-         Je vais péter un câble, vous voyez pas qu'il est fin comme une esquinchole*, alors tapez dans les parties charnues s'il vous plait, mon couteau perd patience

-         Moi je veux une escalope pannée

-         Tronche de câpres, panée avec quoi ? de la sciure de pin et des œufs d'agaces*

-         Moi des rognons frits

-         Ah oui, avec l'huile du moteur, bande tarés. Je n'ai qu'un Zopinel alors je vais tailler dans le facile,  vous voulez pas des carpaccios aussi ? Allez, zou !  finies les conneries on vas bouffer les deux cuisses grillées pour ce soir

-         Oui mais de qui ?

-         Bé de l'autre

-         Il y a un moment  qu'il s'est barré

-         Merde alors, et bé ça !  On va manger les caramels qui restent des rations

-         Putain il s'est barré avec les caramels, rattrapez le et qu'il les rende

 

Vous savez un vol de caramels, ça va chercher loin comme sanction, faut pas rigoler avec ça !

Depuis il n'est plus revenu faire des stages et  cela lui fera des histoires à raconter à ses petits enfants. L'histoire de trois pompiers affamés, hirsutes, mâchurés et barbus avec leurs ZZZopinel à la main, qui voulaient bouffer le moussaillon du bord.

 

* fan de chichourle * exclamation les chichourles sont des jujubes

* espeiller : enlever la peau d'un gibier ou d'un lapin domestique

* pouar : cochon , ici on dit pour pour désigner un cochon (sanglier) aussi bien au propre qu'au figuré

* endraillée : prendre un draille , petit sentier, prendre un sens dans une conversation, ou plutôt s'engrener, se laisser prendre  dans une conversation. Stage gratuit, venez en Provence c'est plus facile à expliquer

* Banastes, ensuqué : mots doux , banaste vient de banaston ???

* esquinchole :un être  malingre, osseux et chétif.

* agaces : pies 

Voir les commentaires