Articles avec #galejades tag

Publié le 17 Novembre 2020

Tipi story ou le Teppee électrique (galéjade)
 Tipi est le mot francophone , les anglophones disent Tepee ou teepee

C'était il y a bien longtemps,  en 1970 exactement, je travaillais comme électricien chez mon patron Léo, un bon vivant et farceur dans l'âme. Le travail était moins stressant que maintenant et tout se déroulait dans une bonne ambiance dans ces métiers du bâtiment.

Depuis peu j'avais mon permis en poche et mon patron me lâchait dans la nature tout seul au volant de "l'estafette blanche".

 

Un matin au petit déjeuner, oui Moâ j'arrivais à l'heure à l'atelier , ou alors c'était lui qui était en retard, il me dit :
- Il faut que tu aille dépanner le Tipi d'Annette, gàri*
- Comment ça un Tipi, un Tipi indien ?
- Pourquoi, tu as déjà vu des Tipi provençaux ?
- Heu non, mais un Tipi en panne  jamais.
- Allez , vaï*, couillon au moins tu seras moins bête après, tu me raconteras. Et traine pas trop què, pistachier*
Image du Net, ba voui les APN n'existaient pas à l'époque

http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/75/Karl_May_Museum_Tipi.jpg

Annette était un peu excentrique ça je le savais, sa mère aussi d'ailleurs, mais bon un Tipi ! Dans ces années là il ne fallait s'étonner de rien. Il y avait une tribu babacool d'ailleurs qui avait un camp pas loin de mon village  dont le chef s'appelait "Cheval Debout", vrai, cela paraissait régulièrement sur nos journaux car ce "Cheval Debout" n'avait pas d'atomes crochus avec le Maire de cette localité. Ce pauvre maire venait juste d'arriver à faire partir un faux camp de Touaregs, mais ça c'est une autre histoire . Non, mais ! des touaregs sous les pins, avec des chameaux en plus

 

Donc Anette + Tipi, pourquoi pas. Tipi + électricité , heuu!
Tchilin, tchilin* je me rends donc chez sa mère afin qu'elle m'indique l'endroit où sa fille avait planté son Tipi, c'était à cent mètres de la maison, pas folle l'Annette, Tipi oui, mais wc et douche pas loin.
Mazette c'était un vrai Tipi, un vrai de vrai, c'est grand ces machins. Je pense que c'était un vrai importé , il était magnifique, déco et tout et tout.
- Smac, smac , bonjour annette qu'est ce qu'il t'arrive
- Depuis le milieu de la nuit il n'y a plus d'électricité dans mon Tipi
-Tu as le courant la dedans ? et il vient d'où?
- bé oui , on est pas des sauvages, le câble vient de chez ma mère.

 

Je me suis dis c'est bon c'est une biquette qui a dû bouffer le câble , il y avait des biquettes partout, babacool = biquette = fromage de chèvre.  J'en vois une avec les poils tout hérissés, c'est pas vrai je rigole. Donc je suis  la gaine et là ,  surprise le câble était intact, pourtant j'étais prêt à dégainer , "elles sont cons tes chèvres". Après sondage du départ cela ne pouvait venir que de l'intérieur de ce cône à glace géant en toile.
Je rentre dans le Tipi, et alors là , surprise, tout le pourtour était occupé par de grandes banquettes recouvertes de fourrures plus ou moins synthétiques, avec des poils de bêtes et d'autres poils connus, et sur ces banquettes, des corps  Zhumains tous mélangés, gonzesses , mecs ,chèvres curieuses;  qoâ, vous voulez un dessin, un vrai puzzle. Un mikado inextricable, un bras ici, une jambe poilue là!
Une queue qui chasse les mouches (n'allez pas déformer mes propos , c'est la queue de la chèvre). 1970, cela vous dit quelque chose, bon, Woodstock aussi, et bien j'avais devant mes yeux une bactérie de Woodstock en gestation, prête à proliférer.
Canettes pêle mêle, fumée omniprésente, odeur indéfinissable. Bof, je vais faire le blasé; me dis je. Sans faire attention aux centaines de kilos de chair rose et manquant de soleil, je demande à annette :

- il aboutit où ce câble ?
- là dessous, sous la banquette près du frigo?

Ben oui, boivent pas tiède les hippies sans lit. Il y avait un moulon* de multiprises dans les fourrures, de quoi foutre le feu mille fois. Guitares, amplis etc......
- mais patrick c'est la lampe qui ne  fonctionne pas
- où la lampe ?
- la haut à coté de la boule
Malgré le brouillard épais et persistant je voyais une boule à facettes et un projecteur tournant à gélatine , tout en haut du Tipi.
- oh annette comment t'as fait pour quiller ça la haut, putain c'est haut ?
- on l'a mise en montant les perches banane !
- ah, et comment je fais pour monter la haut ?
- t'as pas d'échelle ?
- si ensuquée de la lune, mais double si haute non, et elle est simple je l'appuie où, sur les murs ! pfeuuu, des murs !
- ah ouais ...et si on te tient l'échelle à tous
- avec qui, tes zombies d'en bas, t'es fadade ou quoi? tu veux pas que je te mette  un paratonnerre à connerie aussi ,parce qu'ici  elles tombent drus il me semble !
- attends encore un peu ils dorment, après tu verras ils sont forts.
- forts ? fort de fumée et de bières oui, tas d'avachis, végétariens, là je pense au haschish.
- viens on va boire un thé chez ma mère, on va bien trouver un moyen.
Et oui annette était anglaise mais qui parlait le franglais avec l'accent de provence, si ça existe je vous jure !
Ouf de l'air pur, j'avais peur qu'elle me fasse boire une mixture quelconque au ginseng où autres bizarreries poivrées, ce coup la , elle me l'avait déjà fait.
Quatre thés au citron normaux plus tard j'étais survolté (qu'est ce qu'elle avait pu ajouter dans le thé) et en plus la vessie pleine, et puis bon le temps passait, mais à l'époque le téléphone était rare et les portables fonctionnaient encore au silex, belle époque tout de même. On était pas emmerdé tout le temps.

Bref, retour dans le Tipi des bras cassés
.Quelques uns et unes étaient vaguement réveillés , mais sans doute en plein rêves éveillés. J'étais téméraire en ce temps là, mais pas rassuré pour la suite.
- putain , annette t'as pas un truc fort pour les réveiller tes zoizeaux de nuit.
- bien tu sais on a plutôt des trucs qui endorment, des trucs cool
- tu vas voir je vais leur balancer le jus où je pense ils vont se bouger le cul!
- cool patrick, je te vois bien énervé, positive un max , prends-le du bon coté (je vous évite les blagues à deux sous grivoises , à souhait)
- Cool, cool, cool, évidemment avec l'herbe et autres substances que vous prenez, tout est cool, oh ça fait deux heures que je suis ici, juste pour une ampoule de merde perchée en galère dans une tente de mes c.....s , hoooo annette je crise là. ! et mon patron il va dire quoi ?
- et alors prends ton temps, krishna nous enseigne la patience
- et la fornication aussi ! non la j'invente
- je te préviens je vais poser l'échelle contre la toile , te plaint pas après !
- ah non !
- alors réveilles un de tes singes et fait le monter au poteau !
- ils sont si fatigués de la nuit
- je vais les secouer ou les griller comme des porcs , oui!
Manifestement la fumée et les thés ne faisaient pas bon mélange, le pire c'est que je m'en apercevais presque.
- allez viens dehors tu vas te calmer, à ce stade là on va se fumer une clop tranquille tous les deux et ça ira mieux
J'ai pas percuté, je devais avoir pris déjà une bonne dose dedans, clop, clop, pourquoi pas .
- ça vas pas tu as l'air tout drôle, je préférais quand tu étais énervé
- beuuuuuh, c'est bizarre on dirait que je plane sur le dos d'une libellule qui a des hoquets.
- viens sous la terrasse , près de la maison , je vais te mettre un linge mouillé sur la tête
- oui anette , mais une serviette avec des fleurs oranges alors !
Me voila allongé sous la terrasse au frais avec une espèce de turban humide autour de la tête qui devait avoir triplé de volume. malgré la tête qui flottait vaguement, me voila parti dans un trip érotique !. Qoâ, vous n'avez jamais été jeune en 70 ?
Bref l'affaire étaient mal partie , lorsque j'aperçois  la R16 Renault bleu flashi de mon patron arriver.
- oh, petit couillon c'est Léopold qui te parles
Mauvaise limonade, quand il disait son vrai prénom , c'était pas bon.
- tu joues au fakir lubrique maintenant, pendant les heures de travail, t'as fini au moins.
- heuuu, presque, j'attends de l'aide
- en ce moment je vois que tu es bien aidé, tu te démerdes pas mal , t'as pas choisi un vilain chantier, c'est bien de toi ! Debout et qu'on en finisse, c'est où feignasse.
Gniii, gniii, quelques explications plus loin on arrive au Tipi
- c'est quoi ce "chose" ?
- rien patron , juste un Tipi, il y en a beaucoup dans la région
- pfeuuuuuuuuuuu ! ce qu'il ne faut pas entendre! oh t'as fumé quoi ?
Annette restait muette, les colère à Léopold étaient connues dans tout le village (vrai)
Bref;
J'ai oublié de vous dire que l'été mon patron marchait tout le temps avec des tongues infâmes, alors que moi en short j'étais obligé de mettre de gros souliers en cuir (dans le bâtiment il y a toujours de méchantes choses qui traînent, rester sur les barreaux d'une échelle pendant deux heures par exemple avec des semelles fines c'est une torture l'inquisition c'est de la rigolade à coté ) avec de fortes chaussettes, vous voyez la dégaine lorsque j'allais boire un coup au bar pleines d'estivantes, Casséééé !!!
Et crac le Monsieur se pique le pied juste en entrant dans le Tipi, mais non pas sur une seringue , hola on était en 70 , mais juste période herbes de chanvre.
C'était tout bêtement une épine de cade sèche, ces couillons faisait brûler du cade pour que la fumée les purifie.
Il venait donc de s'imaginer le pire, en plus c'était un sanguin le Monsieur, je vous dis pas le cri, même le grand manitou aurait perdu toutes ses plumes. Les indiens d'occasions aussi. Pardon eux ils perdaient les poils.
- lopettes , tas d'enculés de merde, c'est une porcherie ici, "vaou garça fué qui dedin per touti désinfecta, dgens et besti" -je vais foutre le feu la dedans pour tout désinfecter, gens et bêtes- et où elle est cette panne ?
- la haut, j'attendais que les gens , pardon lopettes, se réveillent pour qu'ils me tiennent l'échelle à coulisses
- vouai, vouai ! en attendant c'était pas l'échelle que tu avais dans les mains. Tu vas voir un coup de tronçonneuse et je vais te la raccourcir moi, la perche. Si je ne vais pas à l'ampoule ............(là, jupi t'es nul)
- non dit annette d'un coup, on se la changera  nous même.
- c'est pas beau çà, trois heures que mon couillon de biche (c'est moi) branle rien , et il faut plus rien toucher en plus ! non mais !
- allez zou , arrives toi, tu viendra finir ce dépannage ce soir après tes heures de travail, et gratis.
- pas de problème patron, je vais y arrivé tout seul, j'en suis sûr.
- je l'aiderais dit annette
- j'y compte dit Léopold

Heureuse époque, patron compréhensif, pas de DRH, no problemo, ainsi se passait la vie dans nos petits villages


Plus tard dans l'atelier au retour , Léopold me dit : il faut toujours satisfaire la clientèle, mais , après avoir encaissée la facture.
Pas folle la guêpe

Je m'excuse de vous avoir obligé à lire ce tissu de bêtises...........Il y a un peu de vrai et beaucoup de faux

*gàri : pitchoun , petit garçon affectueusement , mais cela veut dire rat en réalité
* vaï : allez, allons y
*tchilin, tchilin : doucement , doucettement
*moulon : un gros tas , beaucoup, un moulon de sable, amoulonner , faire un tas
 

Voir les commentaires

Publié le 12 Novembre 2020

La recette de la 2CV au vin rouge

Remontons le temps dans les années 70, ba oui j'étais jeune et apprenti chez l'électricien de ma commune.
Ne rigolez pas à l'avance cette galéjade est vraie, bien sur je rajoute quelques parties croustillante.

C'était une fin d'après midi un mois d'été, nous revenions en Estafette mon patron et moi d'un chantier tchilin tchilin * (doucement sans se presser) en discutant de tout sauf d'électricité c'est évident, ni de la journée du lendemain qui était un samedi "à l'époque on travaillait le samedi matin , et oui).

On était sur une départementale chère à Jean Yanne, à 3 km du village où j'irais déguster un bon Gambetta limonade * (quésaco le Gambetta, simplement du sirop de figues couleur marron très prisé chez nous) et oui on a des spécialité, même du sirop d'amandine de la société Négrel. Bref tout se déroulait pour le mieux sauf pour mon patron qui avait pris une bonne châtaigne électrique sur le chantier , à l'époque on soignait ce genre de mésaventure avec quel coup d'alcool fort.
- conduis petit, j'ai trop mal à la main !
Moi tout fier de mes deux semaines de permis j'étais aux anges.

Source le Net

Source le Net

Tout d'un coup sur une des rares lignes droites de nos routes bien tortueuses, une 2 CV rouge nous dépassa, je ne vais pas rajouter en trombe car les deux véhicule n'était pas des monstres de puissance. Bref pas de quoi même en parler!

Par contre la 2CV était chargée  car cela se voit vite à son arrière qui frôle le goudron.  Puis il y eu quelques zigzag et la 2CV rata le virage. Virage inratable mais ou le bon St Christophe avait mis un petit talus pour freiner les ardeurs de ce genre.

source le net

source le net

Vous savez comme moi que mettre une 2CV sur le toit (et quel toit, une bâche illusoire).
- Oh putain ils sont gaga ceux la ! Freine couillon "couillon c'était pour moi"
J'assistais à mon premier accident en "live", mais à cette époque point de cemartefone !
Comme j'étais déjà jeune pompier  je bondis de l'estafette pour porter secours.
Miracle les quatre portières s'ouvrirent et de bon gaillards bien nourris et au nez écarlate sortirent seul du véhicule.
Comme toute personne normale on demanda comment ils allaient.
- Bonjour mes braves, et bé quelle culbute.
Certains vacillaient, puis tout d'un coup un des quatre retourna au véhicule et à plat ventre (il avait un gros bidon) il chercha un truc sous les sièges parmi les glouglou agonisant de la voiture qui se vidait de son essence.
- Oh fan de garce elles sont toutes cassées mais j'en ai deux entières . WHAT !
Il sorti péniblement deux bouteilles de vin rouge.

- Approchez, on a rien, bé oui je le voyais, venez boire un coup car vous avez du avoir peur non !
Silence.
- On a eu peur pour vous surtout !
- Mais non tout va bien , venez boire un coup avec nous pour vous remettre de cette peur !!!!!
Punaise j'avais jamais entendu celle là.
 Mon patron ne se fit pas prier mais ma dit.
- Pas toi ça va te gâter la bouche buveur de sirop !

Après quelques libations, faut dire que la route était peu fréquentée, ils virent la 2CV à l'envers.
- Ah bé merde, ça alors, zou on va la remettre sur ses roues.
Les 2CV ne sont pas lourdes , même moins lourdes que ces quatre passagers bien imbibés

Et  hop aussitôt dit aussitôt fait. Miracle elle était presque intacte.
On remis donc la voiture sur le bord de la route et les glou glou de l'essence s'arrêta.
- Vous connaissez un garagiste ou dépanneur dans le coin ?
Mon patron leur fit comprendre qu'à cette heure c'était pas possible d'avoir un dépanneur.
- Ba, qu'à cela ne tienne vous allez nous pousser jusqu'à votre village

- ça c'est facile il n'y a presque que la descente , mais regarder si vos freins fonctionnent.
- oui un peu mais on fera avec

Et nous voila sur la route en ange gardien donnant de temps en temps un coup de pare chocs à cette
pauvre voiture qui finissait de se vider des ses fluides.
La descente fut épique car les freins fonctionnait , mais si peu. Tout se finit bien avec l'arrivée au village où l'on poussa cette pauvre voiture très alcoolisée sur un parking.

La suite diverge entre les quatre. mon patron qui allèrent au bistrot et moi qui rentra chez moi me changer de vêtement pour allez boire Mon Gambetta.

Comme quoi St Christophe existe bien,  mais moi je me doutais qu'il allait se fritter dur avec Bacchus et Noé
J'ai eu une pensée par très catholique envers Noé qui avait embarqué sur son arche un couple de moustique. Les cigales très bien, mais les moustiques il avait tout faut ce poivrot aussi !

Si vous êtes sage je vous raconterais "la migration des oursins"

Voir les commentaires