Articles avec #recettes d'antan tag

Publié le 28 Février 2014

Ce n'est pas un plat typiquement provençal, vous l'aurez deviné

La caille à un chair assez délicate lorsqu'elle est  de bonne qualitée, (j'en trouve chez un éléveur traditionnel de manosque) et ce mode cuisson permet de lui garder ses sucs et sont homogénéité, pitin quel mot bizarre ! Pour faire simple elles sont cuites dans une cocotte fonte, il n'y a rien de mieux que cet ustensile de cuisine indispensable pour faire cette recette)

Il n'y a pas beaucoup de photos pour la réalisation pas à pas , veuillez m'en excuser, c'est comme ça, il y avait grève des pixels hier

 

J'ai accompagné cette recette avec du céleri branche cuit

Beaucoup de gousses d'ail en chemises et des petit oignons

bref du très classique (c'est melleur avec des petit pois et carottes primeurs)

cailles--6-.JPG

 

cailles--2-.JPG

 

Les ingrédients :

 

 

Pour 4 personnes :

- 4 belles cailles à farcir 

- 70 g de farce par oiseau, soit 280/200 grammes ENVIRON

- 2 oignons

- quelques gousses d'ail - thym - laurier, blabla

- 15 cl de vin blanc et un peu de bouillon de volaille

La farce :

5 cl d'un Porto - 150 g de foies de volaille - 50 g d'échalotes sautées, 1 grosse cuillère à soupe de vraie chapelure de pain, vous pouvez mettre des raisins secs, cela va très bien, les mien et bé je les ai oublié, et puis je n'aime pas  trop le salé/sucré

 

Faire la farce:

Hachez vos foies de volailles avec un peu de veau ou de porc, ajouter 1 échalote émincée bruni comme carlita, versez un peu de porto ou cognac, un cuillère à soupe de chapelure, et un peu de persil plat

Liez le tout et farcissez vos cailles vidées bien sur

 

Dans une cocotte fonte mettez un peu d'huile d'olive et dorez délicatement vos cailles sur toutes les faces; attention la peau des cailles est fragile . "et réservez"

 

Mettez votre garniture soit 10 gousses d'ail en chemise, 5 petits oignons, un bouquet garni etc...

Remettez les cailles avec cette garniture et le fond de volaille

 

Versez votre fond de volaille , couvrez et passez au four en cocotte 1 heure à un bon 180°

DSC02482.JPG

 

Pour le céleri, les nettoyer, bien lever les fils et faire cuire dans un fond de volaille, vous les arroserez  du jus de cuisson des cailles ou moment de servir


Voila c'est tout

Oup j'oublais, faire sa sieste, attention, pas dehors car en ce moment même si le soleil tape et ne se montre que de temps en temps, il caille

  

Voir les commentaires

Rédigé par jupiter

Publié dans #recettes d'antan

Publié le 10 Janvier 2013

  La recette est plus bas, mais avant vous allez souffrir pour lire toutes mes horribles  les bêtises, on commence par le poême en provençal de "Mistral", ba oui c'est pas le notre, mais.....

 

L’aigo-boulido

Bouta l’aiet dins l’oulo em’ un pessu de sau,

Leissa bouli lou tèms d’un coublet de Sabòli,

Traire un brout de lausié dins lou bouioun, e, caud,

Lou vueja sus lou pan arrousa d’un fiéu d’òli:

Vaqui coume se fai aquéu famous regòli

Qu’es lou plat favouri di pacan prouvençau.

Cousin de l’anchouiado e fraire de l’aiòli,

Coume éli dous tambèn amolo li queissau.

Pèr vous bouta d’aploumbn quand la fam vous bourrello,

Pèr vous douna la voio emé la bono imour,

Pèr vous douna, mirau dis amo cantarello,

Drole, aquéu regard viéu que rènd mèstre en amour,

Chato, aquéu ten floura que vous fai tant poulido,

Cresès-me, mis enfant, i’a que l’aigo-boulido!

Auzias Jouveau

 

 


Le coeur de l'homme est comme l'habit du pauvre; c'est à l'endroit où il a été raccommodé qu'il est le plus fort.
Paul Brulat (1866-1940)

 


Voici une soupe dont la première lettre annonce la couleur A, non pas comme Ail, mai comme Aïgo  (eau en provençal) , donc le titre de cette recette se traduit tout simplement par eau bouillie

Bon d'accord le second ingrédient commence aussi par A et c'est de l'ail bien entendu

Pour cette recette retournons dans le passé ou peut être dans un futur proche, où nous serons tous retournés à la terre par la force des choses et par la connerie de la mondialisation Alacon.

Once upon a time * le pauvre  Mile* rentra dans son cabanon fort tard le soir. La journée avait été épuisante à lever les clavùns* d'un mauvaise restanque, afin d'en faire un petit morceau cultivable pour des pois chiches ou trois oliviers
Mile était vieux garçon, c'était assez courant pour ceux qui n'avait  pas de terre et qui vivaient sur des terre gastes, terres désolées arides improductives sauf pour quelques cultures , par exemple les pois chiches qui poussent au "sec" mais qui épuisent les terres très rapidement, d'ailleurs les seigneurs interdisaient pour la plupart cette culture sur les terres gastes .

Bon, je ne vais pas vous gonfler avec des choses que je n'ai pas connues. Mile devait donc se faire les repas tout seul, et de drôle de repas. Tout son temps , il le passait sur ses mauvaises terres. Il n'allait pas souvent à l'épicerie du village, l'argent était rare, et la situation s'aggravait depuis que l'Allemande Merquerelle avait ajouté à son royaume la toute chaude Provence, tout ça à cause d'une petite crise financière et de du mépris qu'elle avait pour les gens improductif du Sud, une peu comme Berlusconno et le Sud de l'Italie

Ce soir la , le placard était vide, mis à part un mauvais bout de fromage dur comme de la pierre, un fromage de chèvre dont la DLUO aurait pu se dater au carbone 14.

Comme beaucoup d'autre soir il se fit donc une soupe d'aïgo bouillido

Les ingrédients  étaient tous gratuits, les oeufs du poulailler, le thym, l'ail, le laurier, la sauge, l'huile, le fromage de ses chèvres,  le pain aussi car il laissait ses céréales au boulanger qui lui donnait autant de pain de son dépôt  , moins une partie qu'il gardait en dédommagement de son travail de boulangerie. Cette pratique était très commune "avant".

 



AÏGO BOULIDO à la moi

DSC00170

- 1/2 tête d'ail mais vous pouvez allez largement au delà, l'ail est bouilli, la soupe n'est pas "forte"

- 3 bonnes cuillères d'huile d'olives

- un bouquet garni (laurier sauge queues de persil) ficelé, "j'ai pris une bout de laine de ma chaussette car cela donne un peu de goût"

- un mini branchette de thym sec

- 3 jaunes d'oeufs (congelez les blancs)

- sel poivre

- et de l'eau

- 2 clous de girofle

- en principe de grosses tranches de pain de campagne avec un fromage dur

DSC00165

Épluchez vos gousses d'ail et aplatissez les avec le plat de la lame d'un gros couteau

Faire chauffer votre huile dans une casserole à fond très épais jetez l'ail , le thym, les clous de girofle et le bouquet garni et faites revenir deux trois minutes

Verser lentement votre eau et faire monter en ébullition très rapidement, salez et poivrez

Couvrez et baissez le feu, cuire 25/30 minutes

Pendant ce temps grillez votre pain frais ou coupez simplement vos tranches de pain rassis, puis râpez y du fromage

Un peu avant la fin de la cuisson mettre vos trois jaunes dans une soupière tièdie

Poubellisez les clous de girofle, le thym et le bouquet garni, donnez un petit coup de mixer !!!!!! en principe Mile n'avait pas ce genre de truc et mangeait cette soupe clairette.

Versez votre liquide bouillant lentement sur les jaunes en les fouettant constamment

Servez très chaud sur vos tranches de pains

DSC00168

 

Finissez votre raclure de fromage avec le pain dur, buvez une bonne quille de rouge et allez dormir d'un mauvais sommeil sur votre paillasse près des chèvres et du bouc pour ne pas avoir froid

* once upon de time : il était une fois, expression qui lors de mes année collège m'avais donné du mal à traduire mot à mot

* Mile : diminutif d'Emile

* Clavùns : pierre de la taille d'un poing maximum que l'on enlève au fur et mesure des champs cultivables, pour en faire des clapiers (gros tas de cailloux ressemblent au ballast)

Voir les commentaires

Rédigé par jupiter

Publié dans #recettes d'antan