Articles avec #provence tag

Publié le 30 Janvier 2021

Les gens superstitieux ne se font jamais enterrer un vendredi treize de crainte que cela leur porte malheur.

Leo Campion 

N'ayez crainte je lis vos gentils commentaires, à bientôt peut être, Le covid est toujours là, je ne peux pas me faire soigner correctement dans un hôpital , plus mon moral descend inversement plus vite que la courbe des vaccinations. J'espère que vous allez bien toutes et tous . Protégez vous.

Miam le choux vert, c'est le moment. Profitez en pour faire manger un peu de chou à votre progéniture ou votre époux carnassier.

DSC03998

Recette qui demande un peu de temps et d'organisation Pensez aussi à la  potée de choux, le temps froid commence à s'y prêter

Il faut pour un chou vert moyen (cela donnera environ 12 choux farcis)

- 1 chou vert moyen
- 500 grammes de viande de boeuf haché dans le paleron de préférence
- 1 gros oignon
- 100 grammes de champignons de Paris , option
- 300 grammes de branches d'épinards surgelés (ben voui, je ne me décarcasse pas comme Ducros)
- 2 oeufs entiers
- 1/2 côte de céleri
- 100 grammes de mie de pain
- un peu de lait
- de l'huile d'olive
- un peu d'armagnac
- du concentré de bouillon de poule
- un pointe de coulis de tomate

- 1 gousse d'ail
- sel poivre, une larme de thym

Détachez les feuilles du choux une à une et faites-les blanchir fortement dans de l'eau salée, rafraîchissez et réservez sur votre plan de travail ,  puiff travail, c'est de l'amusement pour blogueur

Poêlez avec un mélange huile/beurre  vos épinards et vos champignons

DSC03970

Faites de même avec votre oignon émincé finement et la côte de céleri émincée de même, écrasez votre gousse d'ail avec un presse-ail.
Mélangez le le tout avec la viande hachée mi-cuite. saupoudrez de la larme de thym.

DSC03971

 

Remettez sur votre gaz, flambez le tout à l'armagnac, et donnez deux tours de cuillère en bois d'olivier, pas plus, je vous surveille.
Réservez votre mélange dans un saladier au frais.

 

Dans un cul de poule cassez les oeufs et  battez-les avec un verre, ou plus, de lait. Ajoutez votre mie de pain et  mélangez bien

DSC03972
 
DSC03973

Sortez le mix de votre frigo et mélangez intimement avec vos grosses mains velues ce gloubi

DSC03976

Farcissez dans le sens de la courbure (arasez la nervure ventrale blanche des feuilles) ,  repliez-les sur elles -mêmes délicatement

DSC03983

Déposez les feuilles ainsi préparées dans un plat allant au four

DSC03981

Versez dans le plat , un fond de jus de volaille

DSC03989

Enfournez à mi- hauteur sur la grille , thermostat 190° pour 45 minutes, attention de ne pas laisser brûler. Regardez le thermomètre et restez au chaud

 

DSC04019

Voir les commentaires

Publié le 23 Décembre 2020

Image du net

Image du net

Que devient le sanglier ?

6/8


En Provence il en faut plus que cela pour se battre, les insultes sont très courantes et quasiment dans le langage de tous les jours, et ça, ce n'est pas des blagues.
Juste un petit aperçu pour ne pas trop choquer.
"Oh putain de con, merde j'ai oublié la clef"
Bon passons cette aparté qui pourrait faire un article plus tard.

 Mon arrière grand père : il padronne, il parait que c'est tout moi, sans les moustache ni lou capéou (chapeau)


- je sais ce que fait ma femme et je te réserve une surprise Toine, enfin une demie surprise , à force de te balader soi disant dans la colline et de mettre des laçades (collet de braconnage) fait gaffe de ne pas te prendre dans une grosse laçade à sanglier, tu serais beau avec la langue bleu et les yeux cavés par les agaces (pies) , et il y  aurait pas beaucoup de gonzesses pour ton enterrement , charogne !

 
Des mots , toujours des mots. Tout compte fait le mari de Fine  ne se mouillait pas du tout, ces laçades tous le monde peux en mettre, et par cette manœuvre le Toine serait bien embêté pour se promener sans faire attention dans la colline.
D'un coup sa fureur contenue tomba sur notre pauvre jardinier.

 

- et toi vieux pourraque (pire que sale et sentir mauvais) ça te regarde ce que fait ma femme, occupe toi de ta truie, vieille brêle.
Notre pauvre jardinier était presque content d'avoir planté ce merdier, mais il était un peu empêgué (saoul), un peu, faible est le mot. Il voulut dire une méchanceté de plus mais il s'écroula sur le parquet.

Le cafetier en avait vu d'autres.
- oh , vous pouvez pas le sortir il pue , et l'asseoir à l'air, ça lui fera du bien , et à moi aussi vu qu'il consomme plus aussi, merde alors!
Et, hop, dehors il se retrouva, mais pas en état de rentrer chez lui, il s'escaffagna  (intraduisible) comme un merde, dans les caisses de vin vides.
Pendant ce temps à l'intérieur la température montait, mais le cafetier savait désamorcer les crises.
- putain , tous les deux , vous avez finis oui ! ou alors vous continuez dehors,  ya des gens qui veulent être tranquilles ou jouer aux cartes peut être, merde alors ! allez je sers une tournée générale !
Merde alors ! était assez courant dans sa bouche.


Rien de tel pour ramener le calme, mais il était certain que les deux finiraient par se tanner ou se tuer, ils prirent la porte chacun de leur coté et bien sur plus question de se croiser dans les rues, c'est comme ça encore ; et cela sera une autre histoire.


Les autres à l'intérieur continuèrent leurs bavardages , bien sûr, sur le dos de Fine et autres. Vous m'avez compris* (expression très usuelle ici)
Le mari de fine qui avait pris la honte à cause du jardinier alla de ce pas jouer un tour de con pendant que l'autre cuvait.
Il prit sa pétrolette son fusil et monta au cabanon du jardinier !
Ouais on ne sait jamais avec ces sales bêtes, et puis je me faire un sanglier bien dodu, car je suis sûr qu'il le nourrit mieux que lui même.
Mais il faut que le l'attrape et que je le tirasse bien loin pour le tuer et qu'il ne trouve pas de trace de sang.


La journée baissait et l'ombre commençait à tout masquer.
C'était un temps idéal, il n'emporterai que les bons morceaux pour ne pas trop se charger, le reste aurait vite disparu, avec tous les charognards qui rodent la nuit.
En arrivant la haut il tomba sur un vrai foutoir, l'intérieur ressemblait à une renardière et sentait lou felun  (odeur de fauve prononcée), mais c'était l'enclos du sanglier qui l'intéressait.
Depuis qu'il pesait environ 35 kg , le jardinier avait fait un enclos grillagé pour choucou, en effet celui ci faisait trop dégâts lorsqu'il était libre dans la maison.


Choucou couchait donc dehors avec une petite avancée de tôle ondulée pour s'abriter des rares pluies, d'ailleurs c'est couillon les sangliers ne craignent pas la pluie
La porte avait un simple loquet sans cadenas quelconque, pourquoi faire d'ailleurs !
Bonne pâte comme tout choucou vis arriver cet homme comme un visiteur, en poussant avec son groin contre la porte il lui fit comprendre qu'il voulait sortir en promenade, comme le jardinier l'avait habitué.
Notre petit cochon connaissait les heures mieux que nous, et l'absence de son maître lui paraissait bizarre.


Tout les soir, le jardinier ouvrait l'enclos , et choucou partait à fond de train vers la colline toute proche, et quelques minutes après revenait se blottir contre son maître, Pourquoi ? mystère.
La première fois que choucou avait fait cela le jardinier avait un peu pleuré, car il croyait que choucou venait de prendre le large définitivement. Mais non, choucou revenait toujours.
Donc lorsque le malfaisant ouvrit la porte choucou bondi vers la forêt.
- ben merde alors ! il a senti venir le coup, pas folle la guêpe, mais je t'aurai, en plus tu me facilite la chose , je n'aurai pas à te traîner.
Il parti donc à sa recherche, mais cela se corsa, choucou était parti bien plus loin que d'habitude et il tomba sur  le territoire d'un gros mâle d'une centaine de kg, malgré ces petites pattes il parvint à échapper à ce monstre, mais celui-ci le coursait toujours.
Le mari à Fine se dit je vais faire une beau doublé avant la nuit , il mit deux belles balles dans son vieux calibre douze et épaula, il pensait déjà aux bonnes daubes, aux gigots bien tendre de choucou, aux multiples boites de pâté.
Il était prêt !!

La suite 7/8 bientôt

Voir les commentaires