Publié le 30 Avril 2012

Voici une recette classique de Provence , un lapin mariné dans de l'huile aromatisée aux bonnes herbes, puis préparé en fricot. Cette recette est tirée de l'excellent livre

"le Chanier Bullot , veilles recette provençales"

Acheter de préférence la version bilingue. Vous découvrirez la cuisine provençale spécifique si l'on habite Arles ou Marseille, et surtout la vraie cuisine Provençale , pas les copies  "à la provençale". Oui je défends ma culture, c'est pas de l'intégrisme loin de là, mais de la résistance tout simplement, parce que quand je vois des Conneries comme si dessous , je fais des cauchemars  

 

La Truffière de Rabasse

 


  Ci dessous la version classique traduite en bleu  à ma façon

Lapin en fricot eis óulivo

Lapin en fricot aux olives

 

DSC07374Accompagnement à votre choix , ici des pommes de terre au four


Coupas un lapin quàuqueis ouro d’avanço pèr lou faire marina dins de bouen òli, emé de farigoulo, de pebre d’ai, de lausié e quàuquei gran de pebre.

Coupez un lapin quelques heures à l’avance pour le faire mariner dans de la bonne huile, avec du thym, de la sarriette, du laurier et quelques grains de poivre

Fasès-lou reveni dins la sartan emé de moussèu de ventresco

Faites-le revenir dans la poêle avec des morceaux de ventrèche ou petit salé

Acò lèst, retiras lou lapin, salas cade moussèu e metès en plaço dins la sartan de fino lèsco de cebo que farés couina sènso leissa prendre coulour, ajustas un kilò de poumo d’amour pelado e chaplado, e leissas couina en prenènt siuen de remetre leis aroumat,puei, uno veno d’aiet escrachado, e assesounas.

Ceci fait, retirez le lapin, salez chaque morceaux et mettez  en place dans la poêle de fines lanières d’oignon que vous ferez cuire sans laisser prendre couleur, ajoutez un kilo de tomates pelées et coupées, et laissez cuire en prenant soin de remettre les arômates, et puis une gousse d’ail ecrasée, et assaisonnez

Ligas la sausso uno  fes à pount em’ un pau de farino, ajustas un pau d’aigo caudo e quouro lou coulis sara quasimen lest vuejas li dedins uno grosso pougnado d’óulivo verdo, qu’aurés fa trempa un moumen pèr leva la sau.

Liez la sauce une fois à point avec un peu de farine, ajoutez un peu d’eau chaude et quand le coulis quasiment prêt versez y dedans une grosse poignée d’olives vertes que vous aurez fait tremper un moment pour lever le sel (blanchir)

Remetès lou lapin dins la sauço e acabas de couina la sartan tapado.

Remettez le lapin dans la  sauce et finissez de cuire la poêle couverte

 

 

En principe avec toutes ces indications vous devez y arriver facilement , il faut préciser que l'huile d'olive était bon marché à l'époque. Si vous voulez faire un lapin avec un bon goût d'ail qui se marie bien avec la tomate cuite, il suffit de rajouter 5 gousses d'ail, puis de hacher finement deux autres que vous rajouterez 3/4 minutes avant la fin de la cuisson.

petit fricot à se lécher les doigts , si si c'est vrai


fournitures : 

 

  • 1 beau lapin fermier de la fermière

  • De l'huile d'olive en quantité suffisante pour la "marinade"
  • 2 gros oignons

  • 5 gousses d'ail

  • 2 boites de tomates pelées au jus ½ (en été cela sera de belles tomates du jardin bien mûres

  • 1 cuillère à café de sucre facultative

  • Sarriette (pèbre d'ail)*, laurier, thym

  • Sel , poivre fin et en grains



Voir les commentaires

Rédigé par jupiter

Publié dans #Spécialités provençales

Publié le 29 Avril 2012

Flemme , sainte flemme, cette fois je suis allé "piquer" la recette chez notre Mémé Mounic qui se fait acclaper* par les courgettes
 INFOS : aujourd'hui c'est la fête des pignons car le mistral va "gangasser" les pins, alors courrez vite les ramasser mais attention de ne pas vous faire assommer par les pignes ou agresser par des écureuils à qui vous volez leur nourriture



_______________

Quand on a un jardin, le problème, c'est que les légumes poussent tous en même temps!!!
Vous vous retrouvez avec des kilos de salade, de petits pois, de banettes (haricots verts) de tomates....
On a beau cuisiner, congeler, donner aux voisins....ça déborde!
Cette semaine j'ai décidé de farcir "leï cougourdetto" comme disait ma mémé! (les courgettes).J'ai mis 3 pommes de terres farcies aussi, car pépé n'aime pas trop le "vert".....

c'est un peu long, mais c'est très bon!et facile à faire!
vous évidez avec une cuillère à café vos courgettes auxquelles vous aurez retiré le "chapeau";vous ôtez les graines et gardez un peu de chair que vous réservez.Puis , dans un mixeur, vous hachez de l'oignon (1), de l'ail (2 gousses)la chair de 4 chipolatas,et celle des courgettes, que vous avez réservée.
 Vous faites revenir tout ça dans une poêle, avec très peu d'huile,et,quand c'est revenu , sans dorer, vous mettez du riz lavé (un bol).Vous ajoutez la même quantité de lait et vous laissez cuire un moment, à petit feu.
Sel, poivre, un peu de chapelure, un soupçon de noix muscade.mélangez bien.
Vous versez cette préparation dans vos courgettes auxquelles vous remettez le chapeau....
Au fond du plat une goutte d'eau, pour le "fondant".
Hop, au four. Trois quart d'heure environ.
Une heure pour que ça "attrape" un peu.
Surtout le four pas trop chaud!
Comme quand on cuisait le plat dans le four du boulanger quand il avait sorti sa fournée....
Souvenirs! souvenirs!
Puis....c'est tout! J'aime ce plat aussi bien chaud que tiède!
C'est à vous de voir!


Bisous du jardin!
mémé


Acclaper* : se faire ensevelir en principe par des pierres, attention j'ai pas dit lapider ! Cela vient de clapier qui est chez nous un tas de petites pierres arrachés péniblement du champs par nos ancêtres

Voir les commentaires