Le Jardinier Père et Gagne

Publié le 20 Décembre 2020

 
3/8
 

DSC06824.JPG

 

 

Après sa déplorable expérience du scorpion et du sorcier (voir le jardinier à l’espère), il entreprit de faire les choses beaucoup mieux et plus professionnellement.

Las de guetter tous les soirs allongé sur une mauvaise couverture où les acariens subissaient la crise du logement, il eut recours à la technique du radar infra rouge avec un fil qui aboutirait dans sa chambre.

 

L’investissement fut modeste mais l’installation compliqué. Comme d’habitude il fit venir un « ami  électricien discret », mais que veux dire discret dans un si petit village. Cela lui coûta une bonne brouillade de truffes, et du vin cacheté ; et oui son « ami » avait le palais délicat, le vin de bonbonne ne lui convenait pas.

 

La rabasse passe encore, la saison avait été bonne, et il avait bien vendu cette année là, mais le vin cacheté ! Mazette, il était allé l’acheter assez loin de son village afin que personne ne le reconnaisse. Il voyait déjà les carroulets* s’estrasser* sur son compte : «  du vin cacheté maintenant qu'il achète!!!!  il y a une femme la dessous  dé ségu*».

 

L’installation en place, plusieurs réglages furent nécessaires, une fois trop bas, même les souris déclenchaient l’alarme, une fois trop haut et c’était le dugou* qui passait devant, bref les réglages lui coûtèrent cher en vin et les rabasses diminuaient.

 

Mais il couchait maintenant dans son lit, et à part quelques fausses alertes, il reprenait un peu du poil de la bête. Les appâts étaient diversifiés afin de faire « venir » les sangliers à portée de tir : pain sec, maïs, œufs durs, pommes de terres cuitent, croquettes pour animaux domestiques, mais tout cela faisait venir tout les habitants de la forêt proches : belettes, campagnols, dugous, chats, chiens, renards, blaireaux, enfin toute la forêt ripaillait sur son compte. Tout ce que les animaux nocturnes laissaient la nuit, les pies et les corbeaux le finissaient le jour. Les vols de corbeaux à heure fixe ne paissaient pas inaperçu au yeux curieux de la population du village : « oh il doit y avoir une charogne chez le fada la haut ».

 

Quelquefois il oubliait de regarnir les appâts, la tension se relâchait. Il se mit à calculer les hypothétiques passages futurs des sangliers,  selon la lune, le vent, la  pluie, même d’après les saints du calendrier.

Pour la première fois de sa vie depuis son certificat d'études il essaya de calculer, mais bon, l' arithmétique c'était loin maintenant.

 

Un jour, tout d’un coup il se mit à penser aux noix, bigre les noix, les sangliers adorent ça. Il entamât donc sa réserve de noix, cela allait éliminer quelques invités nocturnes et tant mieux. Et là miracle, les sangliers ne résistèrent pas à ce festin de choix. Par contre le jardinier en mettait tellement peu que les sangliers ne faisaient que passer et, celui-ci ne voyait que l’arrière train de ces bestioles disparaître dans la trouée de la végétation dense du sous bois.

Il modifia lui-même le positionnement du radar, au pif, et mit une plus grande quantité de noix selon un parcours bien défini qui amènerait les sangliers à l’endroit voulu.

Il avait eu quelques visites de la part du garde communal dit : « la Loi » qui voulait s’assurer qu’il n’y avait pas de charogne dans les environs bien que les vols de corbeaux avaient cessé depuis la pose des noix.

- Oh maistre, tu plantes de noyers maintenant !  faudrait voir à enterrer tes noix si tu veux qu’elles poussent, en plus tu les plantes bien près, tu veux faire une haie couillon, ah, tu devais être beau à voir vu les zig zag  de tes noix,

- et le cordeau tu l’a perdu ? Ça par exemple tu casses tes noix au soleil maintenant, il y a plein de coquilles vides, oh t’es pas un peu déboulonné du ciboulot, est ce radar il marche bien, tu vois passer les avions,  tè vé on rentre un peu au frais pour se remettre (oui se remettre c’est se taper un canon de vin ou plus, au frais sous la treille ou le mûrier, enfin pas au soleil, on marche à l’ombre ici).

- Il paraît que tu achètes du vin cacheté ! oh y a une femme la dessous!

Bref celui lui coûta deux bouteilles

Putain il ne pouvait pas resté sur le cours à l'ombre sous les platanes , le garde, et surveiller les bars ? non mais !

 

Enfin un soir ténébreux le fameux radar détecta quelque chose, lentement il se leva les yeux encore plein de sommeil, il ouvrit délicatement le fénestron* et éclaira avec sa lampe de poche. Oui c’était bien eux, faisant des bruits peu discrets en décortiquant les noix, ils ne les voyait encore pas,  mais savait qu’ils approchaient en suivant le parcours sinueux des noix.

Il prit sa nouvelle carabine sans recul, les dents lui disaient, merci, merci, et épaula pour faire un carton. Une grosse bête se dessina dans la faible lumière de la lampe de poche, il était sur de ne pas la rater à cette distance, le doigt commença à appuyer sur la détente, et tout à coup il vit par miracle plein de tout petits marcassins qui suivaient leur mère, malheureusement la gâchette  était sensible le coup partit mais son coup d’œil vers les marcassins avait fait dévier l’arme légèrement, la laie ne fut pas touchée mais partit comme un boulet à travers ronces et broussailles, les marcassins s’éparpillèrent dans tous les sens et disparurent, sauf un qui s’était pris dans l’enclos du plant de cannabis et qui couinait en ne retrouvant pas la sortie.

 

Comme klaxon il n’y a pas mieux, c’est petit un marcassin mais il devait avoir les piles neuves. Notre pauvre jardinier sortit tout penaud car il venait d’éviter la catastrophe, il alla vite dans l’enclos pour libérer le marcassin. C’est frères et sa mère était loin déjà, il n'avait aucune chance de les rattraper, et deviendrait une proie facile pour les charognards de la forêt.

 

Photo du net

Photo du net

Il était minuscule, et avait encore les petits sabots roses, quelques jours peut être, le jardinier le pris délicatement, mais vous savez dès que l’on soulève un cochon de terre il couine, et bien pour les marcassins c’est pareil, à part qu’il se raidit et que ses poils même à cet âge, sont semblables à un balai en fibres de coco.

Que faire ? Il le mit dans sa veste de pyjama et rentra dans la cuisine, mon dieu qu’il est petit, qu’est ce que je vais faire……………….

 

 

..........A suivre  ayez patience

 

*caroulé : réunion de petites vieilles ou de petit vieux assis sur banc au soleil ou à l’ombre selon la saison mais toujours à heure fixe

*estrasser : éclater de rire, se tenir les côtes de rire

*dugou : grand-duc chouette

*fenestron ou fénestroun : petite fenêtre, diminutif de fenestre (fenêtre)

 

*dé ségu : de sûr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Rédigé par La Cachina

Publié dans #galéjades, #sanglier, #marcassin, #noix, #la cachina Provence

Commenter cet article

marie 20/12/2020 18:21

Coucou Patrick , j'ai adoré ton histoire , et , je vais te raconter la mienne ; un jour , sur le site du barrage en Iran , mon mari m'a ramené un bébé marcassin dont on avait tué la mère ( pas les iraniens mais les italiens présents aussi ) , mais que du lait Nido en boite et pas de biberons ( à 200 , km de la ville la plus proche ) , donc surprise mais tout mignon , l'ai nourri comme je pouvais en faisant un trou ds des sacs plastiques et en avait autant sur moi ! mais , avec la chaleur le gardais à l' intérieur et qd je lavais à terre , aimait essayer de renverser mon seau ! plus gd , dehors aimait courir autour de la maison après mes 3 fils et les dépassait et j'étais " morte derire " car il les cherchait partout ; puis ns lui avons construit un enclos avec une cabane et un trou ou je mettais de l'eau pour qu'il s'y roule ; mais il a grossi , et ce fut des toles en fer à enfoncer autour de son enclos , mais là , il n'y avait plus que moi qui pouvait l'approcher ,et, chance pour le nourrir les tonneaux plastiques de la cantine : il se régalait ; on n'a pas eu le temps de réfléchir de le ramener assez loin ds la montagne , que l'on l'a retrouvé mort un matin , empoisonné par un voisin éloigné , qui ns a dit : " il y a tjrs du bruit la nuit , çà m'empéche de dormir " !! et nous ,nous étions à coté pourtant : voilà , la triste fin de notre sanglier dont je n'ai pu que les photos et qui s'apprivoise comme un chien , mais attention, garde tt de méme son instinct sauvage ; voilà, pourquoi , je viens méme tard ( ai souffert de ma colonne tte la nuit et journée et dois passer en urgence des radios en France et Noel va passer à la trappe si je n'ai pas de RV avant !! mes 2 chiennes avaient aussi étè empoisonnées mais par la croix-rouge iranienne ; et , comme les autres , j'attends la suite ? bises amicales : marie .

patrick 22/12/2020 07:19

La dernière infiltration par Mélania n'a rien donnée du tout, je ne sais plus quoi faire, Si souffrir. Tu as eu des opérations lourdes, moi je ne vais plus dans un ch depuis le début du covid, je ne ferais opérer si c'est possible si je reste bloqué au lit, pffff la poisse la santé. Oui j'ai un fauteuil réglable avec coussin à mémoire de forme, mais je souffre tout de même. Bises Marie, jamais je n'imaginais ma vieillesse comme ça.
Que Dieu te protège des cette peste Jaune qui rode. Patrick

marie 21/12/2020 15:28

Recoucou Patrick , je porte aussi une ceinture et les mémes problémes la nuit , car on souffre jour et nuit ; c'est Melania qui te fait les infiltrations ?? car , elle n'a pas voulu me faire quoi que ce soit car avais eu 2 opérations à Montpellier trop délicates et de 9h chacune : 1 année les Lombaires ( disques en titane et surprise , vertèbres s'émiettant , donc cimentage en plus des vertèbres mais avais la pompeà morphine !! ) et ai du réapprendre à marcher car en fauteuil roulant : 6 mois à chaque fois car la 2 ième année ; les cervicales , en plein étè !! mais il y a de celà 18 ans , et, tout se dégrade maintenant , mais j'avais étè avertie qu'on reculait le processus , mais que je risquais de finir en fauteuil roulant : ma pire hantise !! là , j'ai RV le 30 décembre pour radios complètes de tte ma colonne , on verra bien , mais j'espèreque tu as une bonne chaise pour tes écrits sur internet , c'est important !! ( malin de dire celà , car ici , n'ai qu'une chaise , mais quelle différence avec Frejus !),: bises : marie .

patrick 21/12/2020 08:38

Vraiment c'est moche et méchant d'empoisonner un sanglier, ça alors....En plus tes deux chiens......quel pays. Mon Dieu Marie, maintenant je comprends ce qu'une colonne abimée peut faire souffrir, cela pais presque un an que je souffre des lombaires malgré les infiltrations, je porte une ceinture. la nuit je cherche une position qui ne me fait pas mal mais mais mais, c'est l'enfer. La suite c'est aujourd'hui 21. Bises amicales, patrick

René 20/12/2020 10:26

Puthym, tu vas nous faire le coup de l'adoption et pas du MIAM ! Je suis déçu ! hihi..Bon dimanche à tous *.

patrick 20/12/2020 10:38

C'est moins compliqué que d'adopter un chien ou un chat René. Bof le Miam ça sera vite fait, qq huîtres, une petite épaule de sanglier à la broche, et des pommes de terre sous la cendre ou sous le jus de l'épaule, le dessert c'est pour ma femme , elle fera ce qu'elle veut et basta. Bonne journée, ici il pleut de temps en temps.

Fred 20/12/2020 10:25

Bonjour , je vous écris du grand grand nord ( la Normandie !!) et oui ...
j’aime beaucoup vos galéjades ( j’espère ne pas me tromper de mot , pauvre de moi ) et vos histoires , , on s’y voit : l ´attente la nuit , les coups à boire avec les poteaux etc etc ...
et bien sûr , vous ne pouviez qu’adopter le petit..
Vivement la suite .
Frédérique près du Mont St michel

patrick 20/12/2020 10:45

Bonjour Fred, diantre la Normandie ça fait ne trotte. Merci pour mes galéjades, pour moi c'est pas difficile c'est un peu la vie du village "transformée". La vie a changé c'était bien mieux il y a trente ans en arrière. Les gal"jades sont tirées de ce passé bien finit qui ne reviendra plus. Oups je n'avais pas lu , Le Mont St Michel, mais c'est un privilège d'habiter vraiment cet endroit. J'habite à Cotignac un petit village proche de Brignoles. La suite arrive demain. bonne journée.

jluc 20/12/2020 08:21

Ah je l'attendais celle-là !
Vu que je connaissais cette histoire, peut-être en version courte, je savais que tu allais adopter un bébé.
le dur au cœur d'or.
Allez, envoies la suite !
amista

patrick 20/12/2020 09:11

Bonjour Jean luc, je l'ai déjà diffusé en 2010 je crois. je ne crois pas que j'eusse fait,( qui écrit encore j'eusse en plus je ne sais pas pourquoi j'ai conjuguer ce verde, reste de l'école ou c'est le covid qui me fait dérailler) une version courte, mais je perd un peu la tête. je suis un mou JL, mais j'aime simplement les animaux sauvages, pourtant ils devraient nous en vouloir, Homo sapiens destructor on a plus de place sur cette terre qu'on martyrise . bon , le pauvre je n'allais pas le tuer et il serait mort sous la dent d'un renard. Voila j'ai fait ma BA. La suite arrive. Amista tan bèn.

Roland du 83 20/12/2020 07:07

Oh la ! "Biche" vraiment tu écris bien,vivement la suite. Bon Dimanche sous la pluie.

patrick 20/12/2020 09:13

J'écris bien, tu veux rire Roland, c'est pour me passer la brosse pour avoir la suite ! Oui il a plu cette nuit et maintenant aussi mais la T° n'est pas froide. Bonne journée à rien faire.

Nicolas 20/12/2020 04:56

j attend la suite
bon dimanche a toi
Nicolas

patrick 20/12/2020 09:14

Bien sur Nicolas elle arrive. bonne journée